Recherche avancée       Liste groupes



      
IDM/ACID HOUSE  |  E.P

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : M-ziq, Luke Vibert , Squarepusher, Autechre, Venetian Snares
- Membre : Mike & Rich
- Style + Membre : Caustic Window, Gak, Afx/lfo, Bradley Strider , Power-pill, Polygon Window, The Tuss , Afx
 

 Communauté Aphex Twin (719)
 Label Warp (784)

APHEX TWIN - Analord 10 (2005)
Par SASKATCHEWAN le 15 Novembre 2008          Consultée 2609 fois

Qu’est-ce donc que cet Analord esseulé chez le Jumeau Aphex ? Quel triste sort l’accable ? Alors que tous ses petits congénères papotent joyeusement sous le giron du confidentiel AFX, lui, solitaire base décimale, fraye parmi les expérimentations étranges du populaire APHEX TWIN. Ceux qui suivent cette histoire en 11 chapitres depuis le début sauront que l’Analord 10 est en fait le premier Analord à avoir vu le jour, en Janvier 2005, accompagné d’un classeur finement ouvragé destiné à accueillir ses dix petits frères et sa réédition. La réédition en question, un Picture Disc*¹ frappé du logo d’APHEX TWIN, est parue en Juin 2005 pour conclure le déluge d’EP entamé six mois plus tôt.

Noyé dans des détails d’éditions, de rééditions, et de classification, j’ai trop longtemps négligé la question qui ouvre cette chronique : pourquoi l’Analord 10 est-il paru sous le pseudo d’APHEX TWIN ? A mon sens, on peut trouver deux raisons à cela. Premièrement, l’Analord 10, contrairement à ses petits successeurs dévoués à l’Acid House, développe une musique beaucoup plus orientée IDM, malgré ses sonorités vieillottes. On sait que le pseudonyme d’APHEX TWIN accueille la plupart du temps ses titres les plus expérimentaux*², ce que sont « Fenix Funk 5 » et « Xmd 5a ». Deuxièmement, et ce n’est pas un aspect négligeable, il semblerait qu’en sortant le premier EP de la série sous son pseudo le plus populaire, Richard D. JAMES ait trouvé un mini compromis avec sa ligne inflexible de retour à l’anonymat. Sorte de défi lancé aux fans les plus volubiles du cornouaillais, l’Analord 10 semble clamer : « Suis-moi sur AFX si tu l’oses, et en vinyle encore ! ».

Bon ! Et le plat du chef dans tout ça ? « Fenix Funk », placé en introduction de la compilation Chosen Lords, fait figure d’hymne de la série Analord auprès des fans. Rien à redire sur la qualité du morceau : « Fenix Funk » est un titre à la fois mélodieux et rythmé doté d’un break aérien au synthé, le tout porté par les assauts vocaux balbutiants d’une créature étrange, évocation fantaisiste d’un eunuque papou très bavard.*³ Toutefois, si l’on considère la série des Analords dans son ensemble, on remarque que « Fenix Funk » s’écarte résolument de l’héritage Acid House pour verser dans des variations rythmiques dignes du Richard D. James Album. Ceux qui, comme moi, pensent, rêvent et mangent The TUSS depuis le printemps 2007 ne manqueront pas remarquer que des rythmiques folles et des voix extraterrestres alliées à un synthé cheap, ça évoque quand même pas mal les deux TREGASKIN.
« Xmd 5a », le second et dernier titre de l’Analord 10, se rapproche beaucoup plus des canons de la série. Ce morceau sympathique est introduit par quelques beats sombres dignes du Selected Ambient Works Volume II, avant de développer une rythmique acide conventionnelle entrecoupée de quelques notes de piano à la Drukqs.

Plus expérimental que les dix autres Analords, l’Analord 10 semble plus être une conclusion qu’une introduction à la série. De l’IDM vers l’Acid House, puis inversement, de l’Acid House vers l’IDM, Richard D. JAMES boucle son cycle nostalgique en beauté et redémontre avec brio le lien solide qui existe entre les premiers temps dansants de la musique Techno et ses développements expérimentaux modernes.

Titres présents sur Chosen Lords : tous.
Titres qui valent vraiment le coup : tous.


*¹ Note : un Picture Disc, c’est un vinyle qui possède une image imprimée sur toute sa surface (voir la pochette pour exemple).
*² Note « imbroglio de pseudo » : Bien sûr, il y a des exceptions : les deux Hangable Autobulb, Smojphace et le morceau « Mangle 11 (Circuit Bent V.I.P. Mix) », bien que semblables aux expérimentations d’APHEX TWIN sont sorties sous le pseudo d’AFX.
*³ Note « image grotesque » : « Les eunuques papous très bavards ça n’existe pas, une recherche sérieuse sur la culture papoue vous aurait amené à découvrir que les Papous ne pratiquent pas la castra… » Hého ! Stop ! Un peu d’imagination !

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


DOPPLEREFFEKT
Gesamtkunstwerk (1999)
Techno du nouveau millénaire




AIR
City Reading (tre Story Western) (2003)
Lecture des textes d'alessandro baricco


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Richard D. 'aphex Twin' James (tout)


1. Fenix Funk 5
2. Xmd 5a



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod