Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Led Zeppelin I
  Led Zeppelin Ii
1970 Led Zeppelin Iii
1971 Led Zeppelin Iv
1973 Houses Of The Holy
1975 Physical Graffiti
1976 Presence
1979 In Through The Out Do...
1982 Coda
2002 The Music Remains The Sa...
2007 Mothership
2012 Celebration Day
 

- Style : Cream, The Yardbirds , Cotton Belly's, Rory Gallagher , Whitesnake, Thin Lizzy, Deep Purple, Bad Company, Kingdom Come, Guns N' Roses
- Membre : California Breed, Jimmy Page & Robert Plant, Them Crooked Vultures, Robert Plant
- Style + Membre : The Firm

LED ZEPPELIN - Iii (1970)
Par PINHEAD le 21 Février 2011          Consultée 3827 fois

« Immigrant Song »

...

"Quels branleurs ces mecs, trois albums et toujours la même recette: un bon gros riff bourrin, des voix haut-perchées, un refrain facile à scander... On ne change pas une équipe qui gagne, mais faut penser à se diversifier les gars! A croire qu'ils ne savent pas jouer autre chose que leur musique de sauvage..."

C'est sûrement parce qu'il s'attendait à ce genre de réaction critique que le groupe a choisi une formule pour le moins originale pour son troisième album: une face électrique, une face acoustique. Bob DYLAN avec son Bringing It All Back Home avait adopté la même formule cinq ans plus tôt, et suscité une réaction de dégoût de la part du public, il fût même qualifié d'opportuniste pour avoir électrifié sa musique. LED ZEPPELIN subit les mêmes protestations pour avoir "folkisé" son Hard Rock. Paradoxal mais vrai. C'est donc avec un accueil critique mitigé (malgré les ventes par camions entiers des deux côtés de l'Atlantique) que sort ce Troisième volet de la discographie bénie de LED ZEPPELIN. Ce III succède au II et précède le IV (Ah Ah...). Toujours ce souci de l'éponyme; comme si le groupe savait que ses quatre premiers albums exceptionnels formeraient un cercle culte, impénétrable, à la limite du sacré. Quand on désigne la disco du groupe, c'est souvent "Les quatre premiers" qui viennent à l'esprit, et ce n'est pas pour rien...
La face A est donc constituée de morceaux électriques, de constructions semblables aux chansons du précédent opus: "Immigrant Song", "Out On The Tiles" et "Celebration Day" ont en commun l'archétype du Riff hard qui revient sans arrêt, des breaks assez sauvages, des refrains fédérateurs et taillés pour la scène... Pas foncièrement originaux, mais tellement efficaces, ces trois titres ne seraient pas dépaysés sur n'importe quel autre des quatre premiers albums.

Mais ce III est l'exception. Comme dit précédemment, c'est une face Folk qui succède à la face (presque) électrique. Introduit par le très oriental "Friends" au milieu de la face A, c'est une série de titres aux diverses influences qui se succèdent. Composé au Pays de Galles dans le cottage de Robert Plant, et enregistré dans un studio mobile-home dans une petite campagne de l'Hampshire, III transpire de bribes de musique celtique, traditionnelle, country et bluesy sur un fond folklorique typiquement Anglais.

"Gallows Pole" est l'exemple parfait de cette fusion des styles: à la base une chanson traditionnelle, puis réarrangée en blues par LeadBelly dans les années 30, et enfin reprise par LED ZEPPELIN, ce titre contient Banjo, Mandoline, Guitare Acoustique à six cordes, Guitare Acoustique à douze cordes, guitare électrique, et basse. Six instruments à cordes différents pour un résultat divin, aux accents country grâce à la mandoline de John Paul Jones, qui n'a rien a envier à celle de "The Battle of Evermore" (IV).
On retrouve dans "Tangerine" les prémices d'un "Stairway To Heaven", et "That's The Way" touche au sublime dans une atmosphère paisible et plus conventionnelle.
Et le blues? LED ZEPPELIN a-t-il abandonné ses morceaux électriques aux ambiances 30's? Passé l'inaudible "Hats Off To (Roy) Harper" qui clôt l'album d'une curieuse manière au bottleneck, j'en viens donc à la réussite de l'album: "Since I've Been Loving You".
Plant n'a surement jamais aussi bien chanté et Page aussi bien joué, le tout mené par la basse, pour une fois mise en avant, de l'effacé John Paul Jones. Ajoutez à cela la frappe lancinante et hypnotique que Bonzo envoie sur cette chanson, et vous obtenez un blues blanc exceptionnel d'une rare intensité ou les pudiques ornements d'Orgue Hammond font des apparitions jamais superflues. Un titre comme ca ne peut pas vieillir. Jamais personne ne déploiera son larynx aussi majestueusement que l'a fait Robert sur ce titre. Jimmy Page semble ficeler le tout par ses envolées de guitare parfaites, et non sans rappeler celles de Jeff Beck avec son groupe...
Voila donc un morceau poignant qui est sans doute l'un des meilleurs de la bande à Page. Le groupe attendra cinq ans et la sortie de Physical Grafitti ("In My Time Of Dying") pour renvoyer un titre de cette qualité, encore une fois sans overdub.

4,5/5 (arrondi à 5, cela va sans dire)

Coup(s) de coeur: "Since I've Been Loving You"

A lire aussi en FOLK par PINHEAD :


The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Thank God For Mental Illness (1996)
La musique sans artifice




The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Bringing It All Back Home - Again (1999)
Blonde on nashville skyline revisited


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
   SEIJITSU
   WALTERSMOKE

 
   (3 chroniques)



- Robert Plant (chant)
- Jimmy Page (guitares, banjo)
- John Bonham (batterie)
- John Paul Jones (basse, claviers, mandoline)


1. Immigrant Song
2. Friends
3. Celebration Day
4. Since I've Been Loving You
5. Out On The Tiles
6. Gallows Pole
7. Tangerine
8. That's The Way
9. Bron-y-aur Stomp
10. Hats Off To (roy) Harper



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod