Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : An Triskell , Bernard Benoit
- Membre : Mariannig Larc'hantec , Magic Chaudron
 

 Site Officiel (324)
 Musique Progressive Bretonne (210)

MYRDHIN - Vol. 3 - An Delen Dir (1978)
Par MARCO STIVELL le 8 Mars 2012          Consultée 1554 fois

An Delen Dir ("La Harpe d'Acier"), c'est d'abord le nom d'un poème extrait d'un recueil (Dre an Delen Hag ar C'horn-Boud/Par la Harpe et Par le Cor de Guerre) du barde et druide breton Erwan Berthou, publié en 1904. C'est ensuite le nom de ce groupe formé autour de MYRDHIN en cette fin d'années 70.

Chacun des autres membres a participé à son précédent album, Vol. 2 - Myrdhin publié en 1976, mais nous avons là une meilleure occasion de les présenter. MYRDHIN connaissait Zil depuis 1971 et ils se sont mis en ménage au moment de ce deuxième disque. Jean-Pol Huellou a été invité par MYRDHIN en remplacement de Patrick Molard, c'est sa maison de disques Velia qui l'a orienté vers le flûtiste venant d'enregistrer le 33 T Ar Skrilhed. Jean-Pol s'est exilé en Allemagne où il a rencontré Günther Buchwald et où il a monté des tournées pour le quatuor en train de se former. En 1977, il part en Irlande où il vivra pendant dix ans et où le groupe enregistre son premier album, précisément aux Keystone Studios à Dublin en août 1978. Le succès sera au rendez-vous, et chaque année pendant douze ans, le groupe réalisera deux mois de tournées en Allemagne et deux autres en Irlande, auxquelles s'ajouteront des semaines en Italie, Suisse, Autriche, Belgique, soit l'ensemble de l'Europe occidentale.

Même si on peut aisément parler de groupe, le membre le plus présent et impliqué sur disque demeure MYRDHIN, et de ce fait comme l'indique la pochette ("Myrdhin Vol. 3"), ces oeuvres restent d'abord attachées à sa propre discographie. Par ailleurs, Zil n'intervient pas beaucoup au synthétiseur dans ce disque, on note juste une nappe grave sur "Inveran" et "Merrion Jig", peut-être quelques effets sur "Brocéliande, Que Veux-Tu ?" et "Diougan Marv Paris", en bref ce n'est pas un instrument qui ressort autant que sur le précédent album. De même vocalement parlant, les seuls apports féminins réellement notables sont ceux d'Andréa Chauvet, soeur de MYRDHIN et Alma Clissmann sur "Kejaden". Zil officie donc plutôt au bodhran, bien qu'elle n'y soit pas créditée (c'est à Günther que c'est revenu). La harpe de MYRDHIN est omniprésente et le barde arrange ou compose toutes les musiques, à l'exception de "Aranmor" qui est un arrangement de Günther et Jean-Pol.

Ce disque est une grande merveille où chaque morceau est à considérer comme une pépite, preuve des grandes qualités d'une telle formation. Même le morceau gallois "Hobed O Hillion" où MYRDHIN joue seul est empreint de cette pureté et compte telle une indispensable respiration entre les plus denses "Inveran" et "Diougan Marv Paris". Cette dernière est un nouvel arrangement de la chanson qui était parue en face B du single "Graal" de MYRDHIN en 1972. Les parties de harpe instrumentale y sont plus rapides, et le violon de Günther accentue l'intensité dramatique, de même que la voix de MYRDHIN, encore plus grave et menaçante. Les autres chansons sont beaucoup plus gaies, à l'image de l'amusant "Dam'Vair", extrait du répertoire gallo (Haute-Bretagne, à l'est de St-Brieuc et Vannes) auquel la voix de Jean-Pol participe ainsi que de "An Delen Dir", arrangement réjouissant du poème de Taldir où les voix de MYRDHIN dédoublées se répondent et où Günther vient appuyer la rythmique avec son bodhran.

Les instrumentaux mêlent arpèges délicats de harpe avec violon et flûte virevoltants, reproduisant à merveille l'ambiance des danses bretonnes ("Inveran") et gaéliques (jig et reels sur "Merrion Jig" et "Aranmor"). La production claire permet d'encore mieux les goûter. Un seul morceau se démarque : "Kevin". Il voit MYRDHIN dans sa propre composition employer pour la première fois non pas la harpe, mais... le piano ! C'est un véritable retour aux sources pour lui, rappelons qu'il avait été pianiste bien avant de connaître l'existence de la harpe celtique. Et on y retrouve le jeu sensible qu'on lui connait, avec un souffle légèrement jazzy par moments bien que l'on reste dans un univers très celtique. Les parties multiples de violon sont également superbes.

Il y a encore une chanson qui mérite un paragraphe à elle tout seule, car c'est le diamant le mieux caché de l'opus. "Brocéliande, Que Veux-Tu ?" n'est pas seulement le nouvel arrangement musical de MYRDHIN sur un poème de son mentor Angèle Vannier, il est aussi son meilleur, idéal pour clore le chapitre de ces expériences, car le harpeur ne réitèrera pas cela avant longtemps sur ses disques. Ouverte par une note de piano dans une utilisation exactement similaire au "Echoes" de Pink Floyd, elle démarre par une introduction de trente secondes où la harpe joue en harmoniques. Cette séquence a un sens profond, confirmé par le magnifique texte d'Angèle Vannier avec la poésie qu'on lui connait. C'est un cri d'amour envers la célèbre forêt bretonne, berceau de nombreuses légendes celtiques, un cri émanant des poètes et druides et qui reste amplifié par le brise-coeur que représente, en particulier pour eux les divers incendies ravageurs dont elle est victime, comme celui ayant eu lieu en 1976. L'intro évoque la tristesse autant que le brasier ardent, et la chanson qui s'ensuit pendant deux minutes reste exemplaire parmi les plus belles compositions et arrangements de MYRDHIN. On s'extasiera encore devant les participations de violon (archet et pizzicato) et de flûte, ainsi que sur le dernier vers, "Les ourlets de la nuit se cousent dans le temps des morts - Samain !" (prononcer ce dernier mot "chowen").

Si ce disque constitue une nouvelle immense réussite, le souvenir de cette avant-dernière chanson reste particulièrement après l'avoir entendue sur scène, pour les 40 ans de carrière de MYRDHIN...

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


Denez PRIGENT
Ar Gouriz Koar (1993)
Chant traditionnel breton




GWENDAL
Glen River (1989)
Identité celte et esthétique raffinée.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Myrdhin (harpes celtiques, chant)
- Jean-pol Huellou (flûtes, chant)
- Günther Buchwald (violon)
- Zil (bodhran, synthétiseur, chant)
- + Andréa Chauvet, Alma Clissmann (chant)


1. Merrion Jig
2. An Delen Dir
3. Inveran
4. Hobed O Hillion
5. Diougan Marv Paris
6. Dam'vair
7. Aranmor
8. Kevin
9. Brocéliande, Que Veux-tu ?
10. Kejaden



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod