Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : An Triskell , Glenmor
- Membre : Pat O'may , René Werneer , Michel Santangeli , Gabriel Yacoub , Mor, Ys, Keris, Pierre De Grenoble, Malicorne, Dan Ar Braz
- Style + Membre : Angelo Branduardi , Nuit Celtique
 

 Site Officiel (458)
 Musique Progressive Bretonne (336)

Alan STIVELL - Brian Boru (1995)
Par MARCO STIVELL le 17 Décembre 2011          Consultée 2820 fois

Les disques que je trouve excellents dans la carrière d'Alan ne manquent pas, et j'en ai écrit pas mal déjà, des chroniques... Est-il possible qu'il y en ait encore, de l'excellent ? Il y'a quelques temps, je ne croyais pas que cela arriverait un jour, mettre Brian Boru parmi mes préférés : je ne voyais pas Alan aller plus loin que The Mist of Avalon, ça ne m'intéressait pas ! Comme quoi, des bêtises, on peut en dire des fois, merci aux a-prioris! Fort du succès de Again, et donc après un retour sur sa propre carrière, Alan propose un petit (ou plutôt grand) retour sur ses origines musicales, quelques standards, on peut dire principalement et même uniquement celtes, qui l'ont bercé dès son plus jeune âge. Retour (trèèèèèès loin) en arrière, mais à grand coup de modernité quand même. Et autant le dire tout de suite, le rendu fait de Brian Boru un incontournable.

Débarassons nous des "moins". Il y'a une partie de l'album que je trouve agréable, sans réel plus, il s'agit du milieu côté début (si l'on divise l'album en deux), soit du troisième morceau au cinquième inclus. C'est tout de même toujours un plaisir d'entendre ce thème magnifique de "Mnà Na Héireann", mais si, vous savez, l'air qui a révélé le groupe THE CHIEFTAINS en étant utilisé dans la bande annonce du Barry Lindon de Stanley KUBRICK... Alan le chante divinement bien, et l'emploi de la harpe est superbe, c'est certainement une des meilleures parmi toutes les versions modernes de ballades irlandaises. Mais celle de Mike OLDFIELD sur son album Voyager (instrumental, et avec cornemuse), sorti un an après Brian Boru, la vaut très bien. "Mairi's Wedding" et "Ye Banks ar Braes" sont de très jolies chansons aussi. Mais tout cela, bien qu'excellent, reste avant tout "seulement" très agréable. Ce qui est tout de même beaucoup à y réfléchir, mais alors le reste...

Le reste, c'est grandiose, grandiose... Ca commence avec la chanson-titre, introduite par la harpe, début très émouvant, puis s'ensuit un duo magnifique entre Alan et Maire BREATNACH, une artiste irlandaise très talentueuse, et pas que pour le chant (j'en reparlerai après). A n'en pas douter, premier morceau, première "bombe" de l'album, un classique de plus pour notre cher barde. Et on est attendu au tournant par "Let the Plinn". Morceau ô combien surprenant car, sauf erreur, il s'agit de la toute première forme de rap celtique, avant même MANAU ! Certains, parmi ceux qui ont été charmés par "Brian Boru", ont du tomber des nues avec ce morceau ! J'avoue avoir été moi-même surpris la première fois, mais après réecoutes successives, j'aime vraiment ce morceau, pour la rythmique bien forte et les lignes de guitare surtout, mais aussi pour la participation remarquable des chanteuses Sandra et Doreen MACKAY du groupe écossais TANNAS.

Et puis ensuite, après le milieu, c'est encore plus fort et grandiose ! "Cesae Fire" est un morceau en partie chanté et en partie instrumental, et il porte bien son nom : sur album comme en concert, c'est vraiment "le feu" ! Le genre de morceaux qui a de quoi provoquer une grande vague de réjouissance. Et c'est là que Maire BREATNACH démontre tout son savoir-faire au violon irlandais. En bref, un autre classique. Il est suivi par une petite "pause" plus que bienvenue : "De' Ha Bla", avec de nouveau la harpe en dominante (en fait elle est même toute seule), et une fois de plus, superbe prestation vocale d'Alan. Retour ensuite à quelque chose de plus rythmé que "Sword Dance", qui est on peut le dire, un nouveau monument. C'est répétitif à mort, pendant plus de six minutes la même partie de batterie, les mêmes bidouillages, sur les instruments distordus notamment, mais purée qu'est-ce que c'est bon ! Et quand arrive le Pipe Band, si on n'est pas à genoux c'est qu'il y a un problème. Je plaisante bien sûr, mais ces arrangements sont tellement bien faits que c'en est désarmant. Et alors que ça a commencé de manière plutôt éléctronique, ça se termine de façon très traditionnelle sur un reel écossais, le bonheur. Avec "Cesae Fire", "Sword Dance" est un des moments de bravoure dans la carrière d'Alan. Et un classique de plus, un ! On termine plus calmement avec une chanson dédiée au Parlement de Rennes qui a pris feu en 1994. Une tragédie qui a frappé la Bretagne, et Alan l'exprime de manière très émouvante dans sa chanson. Les deux derniers morceaux sont de véritables hymnes ("Lands of My Fathers" étant le "Bro Gozh Ma Zadou", l'hymne breton), avec des instruments et choeurs multiples...

Petite note concernant les musiciens : déjà la liste est impressionante, mais on peut remarquer ça et là quelques "bêtes de studios" françaises comme Guy DELACROIX, François OVIDE, Marc CHANTEREAU... Et puis bien sûr tous les musiciens venus d'Ecosse et d'Irlande, les chanteuses de TANNAS, Maire BREATNACH. Sa prestation au fiddle sur "Cesae Fire" pourrait sembler tout ce qu'il y a de plus classique dans la musique traditionnelle irlandaise, mais là je ne sais pas, ce doit être parce que c'est Alan, c'est tout bonnement génial. Brian Boru, c'est un peu son Héritage des Celtes à lui, en aussi efficace voire plus.

Je ne vois pas autant d'images avec cet album qu'avec un Chemins de Terre, un Tir Na N-Og, ou même un The Mist of Avalon, mais c'est un de ceux qui m'émeut le plus, et sa simple écoute demeure à chaque fois un grand moment. Brian Boru est un album de joie, destiné à rendre heureux son auditeur, du refrain de la chanson-titre au glorieux final de Lands of My Fathers. Le son est clair, pas étouffant comme sur un Terre des Vivants, et ce en dépit du nombre d'instruments utilisés mais bon, la comparaison est nulle, ce n'est pas la même époque, pas les mêmes moyens... Mes goûts sont ce qu'ils sont, mais chaque chanson mériterait de figurer parmi les classiques du Barde. Je n'ai toujours pas donné d'album pour aborder la carrière d'Alan, celui-ci m'a l'air tout indiqué.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


Alan STIVELL
Chemins De Terre (1973)
Chef-d'oeuvre d'Alan Stivell




MYRDHIN
Vol. 3 - An Delen Dir (1978)
Référence du folk celtique seventies


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Alan Stivell (chant, claviers, harpes celtiques, cornemuse écoss)
- Maire Breatnach (chant, violon irlandais)
- Ronan Browne (cornemuse irlandaise, flûte, flûte irlandaise)
- Tracey Booth (chant)
- Marc Chantereau (percussions, snare)
- Guy Delacroix (basse acoustique, basse éléctrique)
- Xavier Desandre (percussions, tambourin)
- James Dollar (guitare éléctrique)
- Jean-jacques Hertz (guitare éléctrique)
- Jim Higgins (bodhràn, bongos)
- Erwan Le Marc'hadour (programmations)
- Moktar Samba (batterie)
- Martin Meissonnier (guitare éléctrique)
- Doreen & Sandra Mac Kay (choeurs)
- Mary Mac Lean (choeurs)
- Mel Mercier (bodhràn, os)
- Frank Torpey (bodhràn)
- Gerry O'beirne (guitare, ukulele)
- Niall O'callanàin (bouzouki)
- François Ovide (guitare acoustique)
- Côr Y Brythoniaid Conduit Par Meirion Jo (choeurs)
- The Sound Of Welsh Rugby (choeurs additionnels)
- Glasgow Skye Association Pipe Band


1. Brian Boru
2. Let The Plinn
3. Mnà Na Héireann
4. Ye Banks Ar Braes
5. Mairi's Wedding
6. Cease Fire
7. De' Ha Bla
8. Sword Dance
9. Parlament Lament
10. Bro Gozh Fy Nhadau (lands Of My Fathers)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod