Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK CELTIQUE 80\'S  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Enya
 

 Site Officiel (353)

CLANNAD - Magical Ring (1983)
Par MARCO STIVELL le 24 Avril 2012          Consultée 1031 fois

Eithne, future Enya, et le producteur Nicky Ryan étant partis pour de bon, CLANNAD redevient un quintet qui doit avant tout compter sur lui-même pour traverser les années 80. Visiblement, il aura choisi la meilleure manière puisqu'il connaîtra énormément de succès pendant cette période. Je serai autant à l'aise pour vous parler de Magical Ring, que je ne le serai en fait pas. C'est l'album du groupe que j'ai le plus écouté, il figure parmi mes préférés et c'est pour ça que je suis à l'aise. Si je ne le suis pas, c'est parce que j'ai découvert le disque dans un ordre totalement différent de l'édition normale, et cette chronique en tiendra compte plus volontiers.

"Seachran Charn tSiail" ouvrait le disque avec ses accords de guitare acoustique ascendants, et nous mettait déjà dans l'ambiance d'un album encore très acoustique. Une rengaine typiquement irlandaise, soulignée par l'accordéon d'Alan Dunn. "There from Harry's Game" prolongeait le rêve avec ces polyphonies dont le groupe à le secret. Elle est importante à plus d'un titre, puisque c'est la chanson qui donne au groupe son aura si particulière par le biais d'un son froid, feutré où les voix, en particulier celle de Maire, sont comme "soufflées". Et le synthétiseur est employé pour la première fois à la sauce new-age, c'est le seul soutien instrumental de la chanson. Pour le coup, nous avons une autre rengaine des plus charmantes, plaintive et très différente de la précédente. Importante, la chanson l'est encore car elle sera le premier et plus gros tube de CLANNAD, plusieurs fois employée comme bande-son et tout autant récompensée. "The Fairy Queen" ramenait ensuite un peu de souffle typiquement acoustique avec quelques arpèges limpide de harpe et un tin whistle enchanteur. Puis "Ta 'Me Mo Shui" apportait une nouvelle petite perle folk où Maire chante seule sur les guitares acoustiques. Le mythe est présent en cela que même courts, tous ces morceaux sont aussi différents que réussis.

La nouveauté débarquait vraiment avec "Passing Time" et ses synthés très eigthies, joués par James Delaney. La tournure est également pop, bien que toujours très à base de guitares acoustiques. Le petit solo de synthé est le chocolat blanc sur le gâteau. Venait ensuite "Tower Hill", seule chanson de l'album interprétée par Ciaran, et à l'atmosphère particulière. C'est en effet l'un des titres où l'influence acoustique (guitares, mandole) se mélange le mieux avec la modernité (une sorte de digital sound processor, entre autres effets). Ca plus la voix de Ciaran, tout donne une empreinte étrange à ce morceau qui n'en demeure pas moins magnifique. "I See Red" est la seule reprise du disque, empruntée à Gerry Rafferty et faisant idéalement suite à "Tower Hill". On reste dans un genre similaire d'idées, avec un accent mis plutôt sur les synthés cette fois-ci. Les voix de Maire et des hommes se suivent de près.

Dans la même veine, "Newgrange" est plus onirique, rendant joliment hommage au célèbre tertre d'Irlande. C'est aussi de cette idée qu'est extrait le fameux "magical ring" choisi pour le titre du disque. Le "rum de rum 'rud a derimo" vaut largement un "fol lol the doh, fol the day". "Thios Fa'n Chosta" amène un superbe parfum de fin de disque, grâce à une teneur plus rock et au ton conclusif, notamment dans le fameux leitmotiv musical servant de refrain. Le solo de guitare électrique de Ed Deane, très sobre par ailleurs, y est somptueux. Quant à "Coinleach Ghlas an Fhomair", elle méritait vraiment de terminer le disque... N'amenant par rapport à la première version (du deuxième album) que quelques claviers et un son plus feutré, sa durée conséquente et son parfum nostalgique placée en milieu de disque plutôt qu'à la fin me donnent l'impression d'un certain gâchis. Pourtant tout n'allait plus être comme avant, cette chanson pouvait largement le souligner...

Note réelle : 4,5/5, pour l'amour.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


Loreena MCKENNITT
The Visit (1991)
Album de transition




MYRDHIN
Vol. 2 - Myrdhin (1976)
Harpe celtique qui glisse vers la modernité


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Maire Brennan (chant, harpe)
- Ciaran Brennan (contrebasse, guitare, piano, synthétiseur, chant)
- Pol Brennan (flûte, tin whistle, guitare, chant)
- Noel Duggan (guitares, chant)
- Padraig Duggan (mandola, guitare, chant)
- + James Delaney (claviers)
- Charlie Morgan (batterie)
- Franck Ricotti (percussions)
- Alan Dunn (accordéon)
- Ed Deane (guitare électrique)


1. Theme From Harry's Game
2. Tower Hill
3. Seachran Charn Tsiail
4. Passing Time
5. Coinleach Ghlas An Fhomair
6. I See Red
7. Ta 'me Mo Shui
8. Newgrange
9. The Fairy Queen
10. Thios Fa'n Chosta



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod