Recherche avancée       Liste groupes



      
POP IRLANDAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Enya
 

 Site Officiel (431)

CLANNAD - Landmarks (1998)
Par MARCO STIVELL le 26 Août 2014          Consultée 769 fois

Landmarks ("repères") offre à CLANNAD l'occasion de retrouvailles en famille pour le moins intimes, après une dernière expérience où l'objectif était encore d'exploiter un succès heureusement prolongé. Dans les magnifiques studios de Ballybetagh Wood, comté de Dublin, les Brennan et les Duggan bénéficient d'un cadre aussi simple qu'idéal : grandes maisons en bois, vue sur la forêt et les collines, discussions concernant la musique autour d'un bon repas...

De beaux repères en effet, propices à une inspiration sans faille. Ce n'est pas pour rien si Landmarks figure comme un point important de leur discographie, sans doute leur deuxième plus bel album des années 90, et l'un des quatre à posséder impérativement depuis le virage pop de Magical Ring, quinze ans plus tôt.

Par rapport à Lore, modelé en produit clinquant grâce à (ou à cause de) Hugh Padgham, ce treizième album est une réalisation toute personnelle, le talentueux Ciaran Brennan s'occupant de l'ensemble de la production. Parmi les intervenants, on retrouve les mêmes noms qui ont largement contribué au succès du groupe depuis plus d'une décennie, ne serait-ce que sur le plan artistique : Paul Moran, Ian Parker, Mel Collins et Anthony Drennan.

L'écriture se partage bien plus volontiers que lors des huit années précédentes, et on a la sensation nette que la famille du Donegal corrige les défauts de Lore. Lui et Landmarks sont similaires sur certains points : moins formatés qu'un Sirius, moins hésitants qu'un Anam, moins diversifiés qu'un Banba. Néanmoins, l'impression d'étouffement qui régnait sur Lore est ici totalement dissipée au profit d'une réalisation superbe, aérée, pour un ensemble bien peu dynamique.

Dès le départ, l'auditeur se laisse conquérir par la voix de Moya et les effets enchanteurs d'un « An Gleann » planant, dans la tradition des derniers albums, et pourtant différent, enrobé d'une production chill-out, typique de cette fin des années 90. Les programmeurs Oisin Murray et Richard Rainey en sont responsables, tout comme pour l'aspect électronique et entraînant de « A Mhuirnín Ó » (« My Love, Will You Come Home »).

Cette folk-song habilement déguisée n'est certainement pas étrangère au succès de l'album, grâce à un refrain obsédant et marqué par la polyphonie vocale de la famille réunie, exercice toujours maîtrisé. Pour le reste des morceaux pop léchés, CLANNAD s'en sort avec les honneurs, en témoignent la ballade californienne « Court to Love » ou, dans une veine soul, « Autumn Leaves Are Falling », où le saxophone de Mel Collins s'octroie quelques échappées, répondant à la guitare.

Cependant, on ne saurait renier les autres chansons, plus calmes, moins évidentes et reprenant aussi des recettes usées depuis longtemps, sans doute mieux que jamais. Vers la fin de l'album, « Let Me See » se voit renforcée par la présence de la harpe et d'une caisse claire martiale. Dédiée par Moya Brennan à l'Irlande et son histoire, « Of This Land » envoûte l'auditeur, mais ce n'est rien à côté du merveilleux « Fadó » (« jadis », en gaélique), composition que Padraig Duggan dédie à une amie proche, emportée par un cancer du sein...

Côté instrumentaux, c'est la même chose : « The Golden Ball », son saxophone soprano et sa rythmique à cinq temps renouent avec les influences jazz du groupe, tandis que « Loch Na Caillí » nous offre une nouvelle et splendide peinture du Donegal. Que dire encore de ce « Bridge of Tears » par Noel Duggan, où le son magnifique des uilleann pipes résonne dans le lointain... Chaque membre a donc ici son mot à dire. L'homogénéité n'est pas un inconvénient, au contraire...

On n'écoute certes pas CLANNAD lorsqu'on veut danser en soirée ni taper en rythme sur le volant de la voiture pendant un trajet (sauf éventuellement, dans les embouteillages...), et ce n'est clairement pas Landmarks qui démentira cet argument. Mais le disque est beau, vraiment. Les sons choisis, les morceaux inspirés, la cohésion des voix et des instruments toujours forte, sont autant d'éléments-clé qui apporteront un nouveau succès au groupe.

En 1999, et au prix d'une troisième tentative, le nom de CLANNAD apparaît finalement aux côtés de ceux de Madonna, Lauryn Hill et Céline Dion, parmi les gagnants lors de la 41e cérémonie des Grammy Awards. C'est que le public se laisse alors encore fasciner par cette musique, cet « old-age » comme dit Ciaran Brennan en plaisantant. Depuis, l'univers artistique international a largement évolué, et le clan du Donegal s'est mis en congé (très) longue durée...

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Sally OLDFIELD
Easy (1979)
Folk rêveur dans la lignée de Water Bearer




Claire HAMILL
One House Left Standing (1972)
Un premier album aussi court que solide


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Moya Brennan (chant, harpe)
- Ciaran Brennan (chant, contrebasse, claviers, guitare)
- Noel Duggan (chant, guitare)
- Padraig Duggan (chant, guitare, mandole)
- + Anthony Drennan (guitares)
- Ian Melrose (guitare, low whistle)
- John Mcsherry (low whistle, uilleann pipes)
- Ian Parker (piano, claviers)
- Deirdre Brennan (bodhran)
- Paul Moran (batterie, percussions)
- Ciaran Toorish (fiddle)
- Mel Collins (saxophones alto et soprano)
- Vinnie Kilduff (whistle)
- David Downes (uilleann pipes)
- Oisin Murray (programmations)
- Richard Rainey (programmations additionnelles)


1. An Gleann
2. Fadó
3. A Mhuirnín Ó
4. Of This Land
5. Court To Love
6. The Golden Ball
7. The Bridge Of Tears
8. Autumn Leaves Are Falling
9. Let Me See
10. Loch Na Caillí



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod