Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Arcturus
 

 Page Officielle (sur Jester Records) (290)

ULVER - Childhood's End (2012)
Par RED ONE le 10 Décembre 2012          Consultée 2673 fois

L'album de reprises psychédéliques d'ULVER, encore un disque qu'on aura attendu longtemps ! Et pour cause : ULVER nous annonce la sortie de cet album depuis l'année 2008, date à laquelle une reprise des ELECTRIC PRUNES, "I Had Too Much To Dream Last Night", apparaît sur la page MySpace du groupe (c'est dire si cette affaire remonte, étant donné ce qu'est devenu MySpace depuis tout ce temps). Entretemps, les affaires du groupe norvégien sont allées bon train, prenant une tournure inattendue : recrutement d'un quatrième membre officiel en la personne du Britannique Daniel O'Sullivan, retour du groupe sur scène en 2009 après plus de 15 années d'absence, et finalement, sortie d'un nouvel album studio entièrement inédit, Wars Of The Roses (2011). La finalisation de l'album de reprises semblait donc prendre gentiment tout son temps ...

Mais l'album sortira finalement en 2012. Et lorsque l'on analyse un peu le résultat, on se rend compte qu'ULVER ne s'est vraiment pas fichu de nous, puisque l'album compte 16 titres. En fait, on comprend mieux pourquoi l'album a pris du temps à sortir lorsque l'on ouvre le somptueux livret noir et or cartonné qui sert de packaging à Childhood's End : les titres ont été enregistrés en deux sessions, l'une durant l'automne 2008, et l'autre durant l'été 2011. Visiblement perturbé par l'arrivée inopinée de Daniel O'Sullivan au sein du groupe et par les tournées mondiales d'ULVER, le projet a certainement du être revu et corrigé plusieurs fois avant d'aboutir.

Et cet affinage en cave, dans des bois norvégiens de la plus grande saveur gustative, a eu du bon : Childhood's End est un véritable petit bijou, un réel travail d'orfèvre musical. Les groupes sélectionnés par ULVER ne sont pas tous inconnus du grand public, puisqu'on retrouve quand même des têtes célèbres de la scène psychédélique : les 13th FLOOR ELEVATORS, The TROGGS, le CHOCOLATE WATCHBAND, ou bien encore JEFFERSON AIRPLANE. Le titre de l'album est également lui-même une référence ouverte à PINK FLOYD. Mais le reste ne parlera pas systématiquement à tous, et on se plongera ainsi avec passion dans la découverte de nombreuses formations oubliées de cette époque charnière de l'histoire du rock. Il semblerait d'ailleurs que les membres d'ULVER aient énormément écouté la mythique compilation "Nuggets" (dont vous trouverez la chronique dans nos pages), puisque de nombreux groupes repris ici apparaissent sur cette compilation...

Les habitués des deux périodes principales de la discographie d'ULVER (la période black metal des années 1990 et la période electro/avant-garde des années 2000) ne pourront qu'être une fois de plus décontenancés par les nouvelles orientations artistiques de leur groupe favori : les reprises étant issues du répertoire psychédélique des années 1960-1970, cela signifie qu'ULVER, en reprenant ces chansons, va donc parfois s'aventurer sur les territoires ... de la pop. Eh oui. Le ton est donné dès le début, sur la première reprise ("Bracelets Of Fingers", des PRETTY THINGS), puisque les premiers mots prononcés par Rygg sont bel et bien "love love love love ..." Mais ne nous y trompons pas : malgré des sonorités pop, voir garage rock à certains moments (je pense en particulier à "Street Song", magnifique reprise du groupe de Rocky Erickson), le son ULVER est toujours là, tapis dans l'ombre. ULVER possède visiblement ce don unique de transformer tout ce qu'il touche en une matière musicale unique, qu'il sait aisément s'approprier ...

Alors certes, beaucoup pourront décrier cet album comme n'étant pas un disque d'une originalité folle. Oui, il s'agit d'un album de reprises. Oui, ce disque est relativement long et on n'y rentre pas si facilement. Oui, les reprises en question ne diffèrent pas tant que ça de leurs versions d'origine. Mais écoutez donc la voix cosmique et aérienne de Kristoffer Rygg, écoutez encore cette profondeur dans les enregistrements, ressentez cette froideur nordique, caractéristique du son ULVER, qui semble émaner de ces reprises. Oui, ULVER fait des reprises. Mais ULVER fait ici aussi et avant tout du ULVER. Ne tournons pas autour du pot bien longtemps : Childhood's End est un disque sublime, à la beauté envoûtante. Un album apaisant, mais qui cache bien son jeu : car derrière toute cette douceur dorée, ne sent-on pas fleurir, à l'instar de la tragique photo d'illustration de la pochette (célèbre photographie de la guerre du Vietnam), une froide et sourde colère noire, annonciatrice de lourds évènements discographiques futurs pour nos Loups norvégiens favoris ?

Note : 5/5. Voir plus, si on considère le taux de déformation psychotropique de la base de notation de Forces Parallèles sous l'effet de l'écoute de ce disque, rempli à ras bord de substances illicites.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


HAWKWIND
Sonic Attack (1981)
Les Hawklords passent le mur du son !




HAWKLORDS
Censored (2014)
Hawkwind, à l'agonie ? Les remplaçants sont là...


Marquez et partagez







 
   RED ONE

 
  N/A



- Kristoffer Rygg (chant)
- Tore Ylwizaker (programmations, effets)
- Jørn H. Svaeren (idées, concepts)
- Daniel O'sullivan (guitares, basses, claviers, divers ...)
- +
- Musiciens Divers ...


1. Bracelets Of Fingers
2. Everybody's Been Burned
3. The Trap
4. In The Past
5. Today
6. Can You Travel In The Dark Alone
7. I Had Too Much To Dream Last Night
8. Street Song
9. 66-5-4-3-2-1
10. Dark Is The Bark
11. Magic Hollow
12. Soon There Will Be Thunder
13. Velvet Sunsets
14. Lament Of The Astral Cowboy
15. I Can See The Light
16. Where Is Yesterday



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod