Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Hawkwind
2019 All Aboard The Skylar...
 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (755)

HAWKWIND - Sonic Attack (1981)
Par RED ONE le 21 Septembre 2014          Consultée 1862 fois

En 1981, le vaisseau HAWKWIND semble plus que jamais remis en selle, revigoré par un Levitation (1980) bien dans l'ère du temps, car pourvu d'un son space rock rajeuni et lorgnant sur le hard rock. Mais les ennuis de label du groupe ne sont pas finis : HAWKWIND doit en effet quitter le label Bronze et signe alors en urgence chez RCA/Active, chez qui il publiera les trois albums studio à venir.

Le line-up du groupe n'est par ailleurs définitivement pas fixé, comme en attestent les mouvements de troupes au début de l'année 1981 : Ginger Baker, invité de marque sur Levitation, quitte ainsi le navire peu de temps après la tournée, apparemment vexé que Dave Brock n'ait pas pris en compte son désir de virer le bassiste Harvey Bainbridge (sympa le Ginger...). Keith Hale, claviériste ayant remplacé Tim Blake sur la même tournée, prend visiblement la porte pour les mêmes raisons. Martin Griffin, ancien batteur sur l'album 25 Years On des HAWKLORDS, est réembauché par Dave Brock pour succéder à Ginger Baker. Aux claviers en revanche, pas de remplaçant officiel, Brock et Bainbridge assurant eux-mêmes l'intérim. Le line-up de HAWKWIND n'évolue donc pas de façon trop radicale en cette année 1981, mais l'effectif du groupe est quand même un petit peu plus réduit.
Mais on serait vraiment malpoli de ne pas citer ce bon vieux Michael Moorcock, compagnon de route du groupe depuis déjà fort longtemps, et qui signe ici son grand retour au sein de l'équipage...

Le titre Sonic Attack fait ainsi référence de façon directe à un poème de Michael Moorcock, interprété pour la première fois en 1972 par Robert Calvert, à l'occasion de l'album live Space Ritual... C'est donc une nouvelle version de ce même poème à laquelle nous avons affaire sur la piste d'introduction. Peu de choses à dire, si ce n'est que cette nouvelle version est sensiblement enrichie en effets électroniques, ce qui n'apporte au final pas beaucoup à la version d'origine. À vous de juger...
L'album tout entier semble pour sa part être un vague concept album conçu par Moorcock autour du thème du langage et du contrôle de la pensée. Ce n'est assurément pas ce qu'il a écrit de plus marquant, nous sommes ainsi loin du souffle épique des aventures d'Elric... Néanmoins Sonic Attack se révèle plutôt bien écrit et les paroles écrites par Moorcock collent à merveille avec l'ambiance des morceaux ici présents, plus futuriste que jamais !

« Rocky Paths », chantée par Huw Lloyd-Langton, est ainsi l'un de ces morceaux d'anthologie dont vous ne vous lasserez jamais, des années après l'avoir découvert : un space rock furieux, aux frontières du hard rock, une basse ronflante et cogneuse et des riffs tapageurs, le tout saupoudré d'éléments électroniques futuristes et épiques. Du grand HAWKWIND. Le groupe lorgne ici presque sur JUDAS PRIEST, c'en est réellement surprenant. Et grands dieux de l'Espace, qu'est-ce que c'est bon ! « Psychosonia » en est la suite logique, avec ce bon vieux Moorcock qui revient nous déclamer ses poèmes absurdes avec force et vigueur...
Puis survient « Virgin Of The World », une version embryonnaire de « Experiment with Destiny », qui figurera un an plus tard sur l'album expérimental Church of Hawkwind (1982). Dave Brock nous ressert ici sa vieille formule classique : de longues nappes cosmiques parsemées de guitares étincelantes, dans la plus pure tradition space rock... Sauf qu'ici, les éléments électroniques semblent prendre le dessus, et nous verrons que ce phénomène aura tendance à s'amplifier dans les années à venir. L'introduction semble en tout cas parfaite pour « Angels of Death », nouveau grand moment de l'album : Dave Brock nous y conte un nouveau délire space rock furibard, renforcé par un son plus heavy que jamais.

« Living on a Knife Edge » poursuit sur la même lancée space/heavy, et le tapping stellaire de Lloyd-Langton y préfigure même le « Thunderstruck » d'AC/DC avec 10 ans d'avance ! De l'or en barres... Moorcock revient ensuite aux affaires avec ses « Coded Languages », nouveau poème déclamé où le maître est accompagné de sonorités électroniques et de samples vocaux. Une nouvelle pièce poétique servant là encore d'introduction à un nouveau chef-d'œuvre du Hawk', la très heavy « Disintegration ». Les nappes cosmiques refont leur apparition sur « Streets of Fear », néanmoins les guitares sont toujours lourdes et saturées. L'album se termine sur la géniale « Lost Chances », aux sonorités presque punk, toujours plus shootées que jamais aux amphétamines de l'Espace...

Après la gifle bien sentie que constituait Levitation en 1980, introduction parfaite à cette nouvelle décennie riche en chefs-d'œuvre pour le groupe britannique, Sonic Attack est une véritable confirmation : Dave Brock et ses sbires sont toujours aussi inspirés, nous délivrant ici un album quasi parfait malgré quelques longueurs (tel que le morceau titre en introduction).
Que faire pour lutter contre une telle déflagration ? Après une période Robert Calvert (1976-1979) un poil molle du genou malgré des albums très innovants (en particulier le brillant 25 Years On), voici que le vaisseau Hawkwind nous revient plus brutal que jamais, prêt à faire péter les galaxies dans tous les sens à grand renfort de riffs métalliques et d'ambiances SF électroniques.
Sonic Attack est indéniablement l'un des opus les plus agressifs des Space Lords, et mérite incontestablement la note maximale. Car Dave Brock et ses petits copains cosmonautes nous prouvent ici qu'ils ont su admirablement mûrir et se réinventer avec brio au tournant de la décennie, pour notre plus grand plaisir...

Pas aussi génial cependant que ne le sera Chronicle of the Black Sword cinq ans plus tard, mais d'un niveau de perfection déjà bluffant. Un autre chef-d'œuvre parmi tant d'autres. Profitons-en, ça ne va pas durer...

Moments fétiches : “Rocky Paths", "Angels Of Death", "Living On A Knife Edge", "Disintegration", "Streets Of Fear", "Lost Chances"...

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


ULVER
Live At Roadburn (2013)
Le complément idéal à childhood's end




Nik TURNER
Space Gypsy (2013)
Dommage que ça ne soit pas un album de Hawkwind...


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitare, claviers)
- Huw Lloyd-langton (guitare, chant)
- Harvey Bainbridge (basse, claviers, choeurs)
- Martin Griffin (batterie)
- +
- Michael Moorcock (textes, chant)


1. Sonic Attack
2. Rocky Paths
3. Psychosonia
4. Virgin Of The World
5. Angels Of Death
6. Living On A Knife Edge
7. Coded Languages
8. Disintegration
9. Streets Of Fear
10. Lost Chances



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod