Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON FRANçAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Francis Cabrel , Georges Brassens , Alain Souchon , Julien Clerc

Maxime LE FORESTIER - Le Cadeau (2013)
Par GEGERS le 18 Juin 2013          Consultée 1558 fois

Finalement, 41 ans après, rien a changé. Il y a 41 ans, en 1972, Maxime LE FORESTIER sortait son premier album, Mon Frère. Aujourd'hui, en 2013, sort Le Cadeau, 15ème album du bonhomme. Entre les deux, un gouffre, un monde, une constellation d'albums, de collaborations, d'hommages. En bref, une carrière. Mais voilà qu'entre Mon Frère et Le Cadeau, la différence est ténue, très peu marquée. Bien sûr, le temps a passé, Maxime use de métaphores poétiques et d'analogies bien senties au lieu d'attaquer frontalement et brutalement les thèmes qui le débectent ou lui tiennent à cœur. Mais l'essentiel est là.

Cinq ans après le décevant Restons Amants, qui mettait lui-même fin à une période de huit années de silence, Maxime vient donc nous démontrer qu'il n'a pas encore tout dit. Et c'est vrai, il y a encore de la vie, de l'inspiration et de la dextérité au bout des doigts de ce sexagénaire fringant. S'il se fait aider un peu pour proposer un single diffusable en radio (le mignonnet « Le p'tit air », composé par Julien Clerc), l'artiste s'en sort encore très bien tout seul. Le Cadeau est en effet un album varié et riche, qui malgré sa courte durée de 33 minutes propose une vue d'ensemble somme toute exhaustive de la carrière du chanteur. La voix chaude et la guitare de Maxime font le liant entre ces dix morceaux qui parviennent à se faire convaincants dès la première écoute.

« Le Cadeau », qui ouvre l'album, se fait une délicate valse acoustique, proche de certains titres de Saltimbanque ou Hymne à sept temps. Nostalgique, poétique, agrémenté d'un violoncelle délicat, ce titre aux airs de Calimero (« Je ne suis pas un cadeau »), marque un retour à l'intimité des premiers albums, alors que les plus récents se faisaient bien plus riches en arrangements. Ce n'est pourtant pas ce titre d'ouverture qui constitue la plus sympathique offrande. On lui préférera en effet « Les coups », dont la mélodie contemplative et la guitare électrique lancinante mettent parfaitement en musique un texte aux allures de récit initiatique, décrivant ces nombreux « coups » qui forment notre personnalité et parsèment notre parcours. De même, on ne peut rester insensible au charme évident de « La p'tite hirondelle », reggae-folk doté de choeurs vahinés, typiques des albums des années 90 de Maxime, qui traite du destin souvent dramatique des sans-papiers.

Plus subtile, mais aussi plus féroce, « La Bête curieuse » fustige la presse à scandale sur une mélodie country-folk enjouée et entraînante. Il s'agit d'un des meilleurs morceaux de l'album, sans aucun doute. Pourtant, Maxime continue de nous séduire, avec la tendre « Impasse des oiseaux », morceau coécrit avec l'acteur Jacques Weber, qui du haut de sa guitare acoustique et son piano constitue une tendre ballade typique de Mon Frère ou du Steak. Une pépite sortie de nulle part comme le chanteur n'en avait plus proposé depuis bien longtemps.

Plus sombre, moins évident, « La folie », interprété en duo avec Camille, constitue un petit coup de mou dans un album qui se fait bien plus difficile d'accès sur la fin. « Le papillon », entre jazz et bossa-nova, pas vraiment enthousiasmant, « Le caillou », sorte de « Passer ma route » de seconde zone, ou « L'averse », morceau axé sur les percussions, critique peut-être un peu trop facile des parachutes dorés, donnent à l'album une fin en demi-teinte, qui ne parvient pas tout de même à porter grand préjudice à ce retour plutôt convaincant d'un des derniers grands poètes de la chanson française de qualité qui réussit, avec sa voix de velours et ses rimes assassines, à nous emporter avec lui dans son monde. Un album de qualité, pour les nostalgiques comme pour les nouvelles ouailles.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Francis CABREL
D'une Ombre à L'autre (1991)
L'homo moustachus en goguette




CALI
L'âge D'or (2015)
De violence et de tendresse.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Le Cadeau
2. Le P'tit Air
3. Les Coups
4. La P'tite Hirondelle
5. La Bete Curieuse
6. Impasse Des Oiseaux
7. La Folie
8. Le Caillou
9. L'averse
10. Le Papillon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod