Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Francis Cabrel , Georges Brassens , Alain Souchon , Julien Clerc

Maxime LE FORESTIER - Dans Ces Histoires (1981)
Par GEGERS le 20 Mars 2015          Consultée 850 fois

Une traversée du désert. Compliqué. Sans eau, sous un soleil de plomb. Mortel. Mais à genoux, comment s'en sortir ? Et Maxime LE FORESTIER ne s'en sort pas. Les années 80 sont une longue agonie pour celui qui n'est alors plus qu'une ombre de lui-même. Et encore, un peu d'ombre aurait pu lui permettre de reprendre des forces. A bout de souffle et d'inspiration, le chanteur tente de combler le trou dans lequel il est en train de s'enfoncer par une frénésie créatrice désespérante de vacuité. Le néant.

Un an à peine après l'imbitable Les Rendez-vous Manqués, Maxime remet le couvert avec un Dans Ces Histoires que l'Histoire, justement, a fort heureusement oublié. Le travail d'exhumation n'en est que plus douloureux, car voici bien un album qui ne présente aucun, mais strictement aucun attrait. Si, allez, reconnaissons que "La petite vieille de Saint Petersbourg" retient l'attention, grâce à ses instrumentations pesantes et son ambiance mélancolique. Et puis, si l'empathie est votre fort, vous trouverez peut-être quelque attrait au morceau-titre, "Dans ces histoires", dont l'introduction acoustico-sympathique constitue l'attrait essentiel. Ce sera tout. Cet album, le septième de Maxime, sonne de manière affreusement datées, les guitares acoustiques habituellement si pertinentes se voyant ici noyées sous un amas sans queue ni tête d'arrangements typiquement 80's, une tonne de claviers désuets qui donnent à l'ensemble un goût de variété de supermarché.

La participation de Jean Schultheis n'y fait rien. Le multi-instrumentiste, qui accompagne alors Maxime depuis quelques années, participe à la composition de morceaux à la fois alambiqués et désespérants de pauvreté. "L'homme à la tête de loup" est symptomatique du "mal des mélodies" qui frappe alors l'artiste, tandis que "Grand Match de Blues à Mineville" voit Maxime tenter d'imiter Michel Jonasz, en proposant un titre aux intonations jazz et couvert de cuivres, certes jazzy mais laissant une triste impression de vide. Jazzy, voici un adjectif qui convient également pour décrire "Les trois sirènes et le miroir", détruit par des choeurs féminins horripilants et une ambiance "musique d'ascenseur" agaçante. Le piano de "Berceuse triste", petite pièce délicate tristement transparente, ne fait rien pour arranger les choses, et donne l'impression de construire une bande-son censée illustrer le marasme ambiant qui plombe l'album.

Pas d'oasis en vue. Rien que du vide, du futile, pire, de l'énervant. Dans Ces Histoires constitue, avec son prédécesseur, le diptyque du néant pour Maxime LE FORESTIER qui, tant au niveau de ses textes que des mélodies proposées par ses petits camarades, donne l'impression d'un artiste en roue libre. Un triste aperçu du talent du bonhomme. Ignorez cet album, vous lui rendrez service.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Maxime LE FORESTIER
L'echo Des Etoiles (2000)
Le voyage comme une évidence.




Les FATALS PICARDS
Septième Ciel (2013)
Allons donc faire un tour du côté de chez slam


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Maxime Le Forestier (chant, guitare)
- Gérard Kawczynski (guitare)
- Jean Schultheis (batterie, piano, claviers, percussions)
- Jannick Top (basse)
- Olivier Masselot (claviers)
- Christian Padovan (basse)
- François Cousineau (piano)


1. Raconte-moi
2. L'homme à Tête De Loup
3. Les Trois Sirènes Et Le Miroir
4. L'enfant Et L'Étang
5. Courant D'air
6. La Petite Vieille De Saint-petersbourg
7. Berceuse Triste
8. Grand Match De Blues à Mineville
9. Le Fermier, Le Dompteur, Le Président Et L'autre
10. Dans Ces Histoires...



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod