Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Francis Cabrel , Georges Brassens , Alain Souchon , Julien Clerc

Maxime LE FORESTIER - Né Quelque Part (1988)
Par GEGERS le 8 Juin 2015          Consultée 1426 fois

De retour. Ou pas. On ne sait pas trop. Après une décennie de tentatives infructueuses, d'albums aux choix impopulaires ou ratés, Maxime LE FORESTIER nous a perdus. Qui se rappelle, et à juste titre, de ces albums parus dans la première moitié des années 80, légitimement oubliés ? Non, son véritable comeback, même s'il n'a jamais vraiment disparu du circuit, Maxime l'effectue avec ce Né Quelque Part qui témoigne de nouveau de l'adhésion du public. Porté par le titre du même nom, l'album est en effet une bouffée d'air frais dans la discographie de l'artiste, qui ne se débarrasse pas totalement de ces horribles oripeaux électroniques apportés par Jean-Pierre Sabar, mais qui se fait, grâce à une certaine hétérogénéité, ce que le bonhomme aura proposé de plus intéressant dans les années 80.

"Né quelque part", donc, avec sa fameuse ligne introductive "On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille", rentrées au panthéon de la chanson française. Des paroles humanistes, posées avec délicatesse et justesse sur une mélodie mid-tempo rythmée et envoûtante, tandis que les chœurs de plusieurs chanteurs africains invités apportent une saveur supplémentaire à l'ensemble. Un grand titre, comme l'est "Ambalaba", autre morceau devenu un incontournable dans le répertoire du chanteur. Adaptation d'un morceau écrit par l'artiste mauricien Claudio Veeraragoo, ce morceau chaloupé entraîne et séduit, et n'a en aucun cas usurpé son titre de classique de la chanson française.

Le reste de l'album se fait plus complexe, moins direct. Parfois moins convaincant également. On retrouve le Maxime que l'on aimait tant sur "La visite", titre acoustique composé en hommage à Georges Brassens, et qui aurait parfaitement pu être interprété par l'amoureux de Sète. Sympathique. "Frisson d'avril", qui donne une idée de ce que sera la teneur des compositions de l'artiste dans le courant des années 90, se fait également réussi, témoignant d'une certaine "urgence" mélodique du plus bel effet. Quoique légèrement moins emballant, "Les nuits douces", qui évoque Laurent Voulzy ou le "Rame" de Souchon, se fait une bonne surprise.

Le reste souffre de cette tendance incompréhensible de Maxime à proposer des titres creux et vides, illustrées par des arrangements électro qui devaient déjà sonner datés lors de leur enregistrement. "Les deux mains prises", lénifiant, "Si je te perds", chanté en duo avec Geneviève Paris dont la voix puissante constitue le seul intérêt, ou encore "Cool heure" (quel jeu de mots !) sont symptomatiques de cette inaptitude de Maxime à dresser des portraits convaincants ou proposer des mélodies réussies.

Reste que, porté par deux titres intemporels, Né Quelque Part signe un retour fort convaincant de la part de Maxime LE FORESTIER. Non pas bluffant ou explosif, mais le chanteur revient sûrement et timidement par la petite porte. Le chanteur de "Mon frère" est bien loin, mais ce dernier donne l'impression avec cet album d'achever sa mue. Il était temps.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Maxime LE FORESTIER
Mon Frère (1972)
Entre brassens et dylan...




Francis CABREL
D'une Ombre à L'autre (1991)
L'homo moustachus en goguette


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Maxime Le Forestier (guitare)
- Jean-michel Kajdan (guitare électrique)
- Marc Fosset (guitare)
- Patrice Tison (guitare)
- Kirt Rust (batterie)
- Christophe Deschamps (batterie)
- Patrice Caratini (contrebasse)
- Geneviève Paris (voix et guitare électrique)
- Guy Delacroix (claviers et arrangements)
- Aura, Philisine Buthelesi, Helen Tigere, (choeurs)


1. Né Quelque Part
2. Les Deux Mains Prises
3. Une Cousine
4. Si Je Te Perds
5. La Visite
6. Frisson D'avril
7. Les Mots Et Les Gestes
8. Ambalaba
9. Les Nuits Douces
10. Cool Heure



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod