Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Francis Cabrel , Georges Brassens , Alain Souchon , Julien Clerc

Maxime LE FORESTIER - Paraître Ou Ne Pas être (2019)
Par GEGERS le 25 Juin 2019          Consultée 350 fois

C'est un album frêle et délicat, posé là. Modestement, presque négligemment. 10 morceaux pour moins de 30 minutes de musique, comme un bonus après six longues années de silence. Son existence tient à la fois de l'évidence et du miracle. De l'évidence, car Maxime LE FORESTIER est éternel, un ménestrel intemporel dont les mélodies et les paroles s'inscrivent encore parfaitement dans le paysage musical contemporain. Un miracle, néanmoins, car rabougri et diminué, Maxime expose sa vieillesse depuis l'album Restons Amants (2008) et cumule les pépins physiques qui affolent ses admirateurs. C'est d'ailleurs un coup de mou qui lui a fait remettre une nouvelle fois le pied à l'étrier et l'a fait s'atteler à l'écriture de ce seizième album studio. S'ennuyant, fouillant dans les bribes de morceaux écrits et disséminés ça et là par son fils Arthur, il glane de la substance, et l'envie de s'y remettre. Aidé par ses amis fidèles (Manu Galvin, Julien CLERC), il signe néanmoins la grande majorité et des textes et une bonne partie des mélodies de ce "Paraître Ou Ne Pas Etre" aux allures de parenthèse sucrée dans un environnement bien fade.

Arthur, encore, offre à son père la plus belles des ritournelles de ce nouvel album. "Les Filles Amoureuses", folk acoustique agrémenté d'un violon celtisant, se fait espiègle et mutin, porté par une mélodie de grande classe. Sur "Mon Ruisseau", paroles et musiques signées Philippe Lafontaine, est prétexte à une union des voix entre le fils et son géniteur, pour une ballade folk évoquant ostensiblement les années 70 et le début de carrière de Maxime. D'harmonies vocales en délicates envolées, l'alchimie artistique donne naissance à une pièce douce-amère qui clôture avec brio cet album bien trop court.

Véritable déclaration d'amour à la guitare (instrument auquel il dédie une chanson, "Avec une guitare"), ce nouvel album se fait à la fois intimiste et épuré, dénué d'arrangements radiophoniques. Nous touchons là l'essence de l'identité musicale de Maxime et, naturellement, BRASSENS n'est pas bien loin. L'ombre du moustachu plane fortement sur "Dernier Soleil" (dont la mélodie est signée Julien CLERC), titre désabusé porté par une basse ronde et guitare guillerette qui contraste avec le propos du morceau. Porteur, comme de nombreux artistes, d'une sensibilité environnementale, Maxime dépeint avec "Ça déborde" le tableau d'une nature asphyxiée sous les déchets. Fustigeant la dictature de l'image et de la séduction immédiate et superficielle, il signe avec "Paraître" (dans une ambiance cubaine) et "Les Ronds Dans l'Air" quelques textes perspicaces et savamment construits qui confèrent un véritable intérêt à l'album. A noter que le second, composé par Manu Galvin, propose sans aucun doute la plus belle mélodie de l'opus. Un brin nostalgique, mais apaisé et apaisant, Maxime propose une poignée de titres marquants, même si on à parfois l'impression que le chanteur rate sa cible. L'allégorie de la "Vieille Dame" pour décrire l'état de la France, ou la tentative de se faire plus mordant avec "Le Grand Connard" peinent à marquer les esprits, et bon nombre de morceaux sont à l'image de ceux qui constituent son album précédent, Le Cadeau : appréciables, mais sans lendemain.

Maxime est toujours là, et c'est bien l'essentiel. Porté par quelques flamboyances, Paraître ou ne pas être séduit grâce à sa tendance à évoquer l'ensemble des périodes artistiques qui émaillent la carrière du chanteur, tout en laissant entrevoir un passage de témoin avec ce talentueux fiston. Le résultat est agréable, et satisfera les amoureux du folk épuré du chanteur. Et l'audace, dans tout ça ? Allons, ce n'est plus de son âge...

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


CALI
Vernet-les-bains (2012)
Vieillir, c'est se rappeler son enfance




Maxime LE FORESTIER
Mon Frère (1972)
Entre brassens et dylan...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Date Limite
2. Ça Déborde
3. Les Filles Amoureuses
4. Avec Une Guitare
5. Paraître
6. Dernier Soleil
7. Les Ronds Dans L'air
8. Le Grand Connard
9. La Vieille Dame
10. Mon Ruisseau



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod