Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benjamin Biolay
- Membre : Catherine Deneuve

Serge GAINSBOURG - Du Chant à La Une (1958)
Par BOMBE_HUMAINE le 2 Juillet 2013          Consultée 2608 fois

La discographie du Sieur Gainsbourg débute en 1958. Pourtant Dieu sait qu’à ce moment précis, Serge, de son vrai nom Lucien Ginsburg, a déjà bravé des obstacles. Né le 2 avril 1928, cet enfant juif sera très tôt amené à apprendre le piano classique, de manière presque autoritaire par un père musicien. Et c’est un enfant sage, peu sociable, étudiant correct qui dès le début des années 40 portera l’étoile juive, un moment qui restera gravé dans sa vie et rendu musique dans un futur album. Adulte, il gagne sa vie en jouant du piano dans des cafés et restaurants, interprétant les tubes des autres et devient un pianiste habituel du Milord l’Arsouille, un cabaret rive gauche où chantent certaines stars de l’époque comme LEO FERRE ou MICHELE ARNAUD. C’est pour celle-ci que Serge, encore appelé Lucien à l’époque, écrira ses premières chansons, « La recette de l’amour fou » et « Douze belles dans la peau ». Une troisième, encore inconnue à l’époque sera chantée par les Frères Jacques, un certain « Poinçonneur des Lilas ».

Après 4 ans à jouer du piano, Lucien décide donc d’enregistrer son premier album et de poser la voix sur ses premières compositions, aidé par l’excellent arrangeur jazz ALAIN GORAGUER. De cette collaboration naîtra cet album presque magistral, Du chant à la Une.

Musicalement, il est dans l’air du temps : le jazz rive gauche n’a pas encore subi l’arrivée des beatniks et yéyés et Serge y pose sa voix grave et timide. « Le poinçonneur des Lilas », devenu morceau culte et pourtant boudé à sa sortie représente à merveille l’ambiance de l’album et le génie de l’auteur compositeur. Ancêtre du thème de James Bond (sisi, réécoutez le), ce morceau reste le sommet de l’album. Il ne faudrait tout de même pas le résumer à cette chanson, tant il regorge de titres phares. Autant citer les moins bons donc, autrement dit le « Charleston des déménageurs de piano », qui part d’une bonne idée mais frôle le ridicule. Tout le reste est sublime, baigné dans une ambiance de déceptions féminines (« Ce mortel ennui », « Douze belles dans la peau », « La femme des uns sous le corps des autres », « Ronsard 58 » ¹), d’alcool (le bien nommé « L’alcool ») ou d’accidents (« Du jazz dans le ravin »). Il y impose donc un style de dandy torturé, style qui évoluera le long de sa vie, sans jamais vraiment le lâcher (et qui le conduira à sa perte).

Presque rien ne fait défaut : la voix de Serge, complexée et timide, les paroles cyniques voire dérangeantes, ce visage inquiétant et ces grandes oreilles. Tout est là pour que l’album fasse un bide – il n’y échappera pas (malgré les louanges de BORIS VIAN). Et pourtant l’atmosphère demeure inimitable : Serge Gainsbourg est un faux chanteur rive gauche. L’ironie cède au cynisme et au pessimisme. Du chant à la une est un album froid, mais d’une magnifique froideur. On y trouve tous les complexes de l’interprète dans un jazz raffiné et névrosé et cette obscurité est si bellement représentée qu’elle rend la mocheté belle ; le mal est sublimé. A trente ans, le premier album de SERGE GAINSBOURG est déjà un monument de qualité.

A noter également que la réédition CD apporte l'enregistrement studio d'un autre morceau de qualité, sorti en single l'année suivante ainsi que quatre enregistrements en live de l'époque, très intéressants car uniquement piano/voix. On y entend un SERGE GAINSBOURG tétanisé par le trac et peu sûr de lui.

¹ Ronsard 58 est le seul morceau de l’album dont les paroles sont signées Serge Barthélémy

* Le « tube » : « Le Poinçonneur des Lilas »
* Mon coup de cœur : « Ce Mortel Ennui »
* La chanson moins indispensable : « Le Charleston des déménageurs de piano »

A lire aussi en JAZZ par BOMBE_HUMAINE :


Serge GAINSBOURG
N°4 (1962)
La fin d'un cycle




Serge GAINSBOURG
Confidentiel (1963)
Tellement confidentiel qu'il ne se vendra pas


Marquez et partagez





 
   BOMBE_HUMAINE

 
  N/A



- Serge Gainsbourg (voix, paroles)
- Alain Goraguer (arrangement, chef d'orchestre, piano)
- Paul Rovère (contrebasse)
- Christian Garros (tambours)
- Michel Hausser (vibraphone)


1. Le Poinçonneur Des Lilas
2. La Recette De L'amour Fou
3. Douze Belles Dans La Peau
4. Ce Mortel Ennui
5. Ronsard 58
6. La Femme Des Uns Sous Le Corps Des Autres
7. L'alcool
8. Du Jazz Dans Le Ravin
9. Charleston Des Déménageurs De Piano
- bonus De La Réédition Cd
10. La Jambe De Bois (friedland)
11. Douze Belles Dans La Peau (live)
12. La Recette De L'amour Fou (live)
13. La Femme Des Uns Sous Le Corps Des Autres (live)
14. Le Poinçonneur Des Lilas (live)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod