Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benjamin Biolay
- Membre : Catherine Deneuve

Serge GAINSBOURG - You're Under Arrest (1987)
Par BOMBE_HUMAINE le 29 Mars 2015          Consultée 2908 fois

Le voilà, le dernier sursaut d’un des plus grands maîtres de la chanson française. Après le jazz, la pop, la samba, le rock, la musique africaine, les albums concepts, la musique de film, le reggae et le funk, Serge Gainsbourg pose en 1987 ce qui restera son dernier disque en studio : You’re under arrest. On aurait pu douter de sa création ; cette époque est l’époque la plus noire de l’auteur, complètement envahi par son personnage médiatique. Billet brulé, passages alcoolisés à la télévision où il devient presque agressif (Whitney Houston, Guy Béart, Catherine Ringer), Serge Gainsbourg n’est plus l’intellectuel drôle et plein d’esprit, il devient un personnage imprévisible, insupportable, accro à la provocation facile et à l’exhibitionnisme malsain. Dépressif, alcoolique comme jamais, il s’envole tout de même pour New York, afin de prouver à tout le monde (et surtout à lui-même) qu’il est encore vivant et bien vivant.

Il s’est bien rendu compte que Love on the beat était un sommet de provocation excessive, sans queue ni tête. Il décide donc de travailler de manière plus sérieuse sur cet opus et crée à nouveau un concept à son disque : il invente donc le personnage de Samantha, une petite junkie façonnée à l’image de Melody Nelson, adaptée à l’époque et tente de rédiger une histoire, bien plus branlante que les incroyables épopées de Melody Nelson et l’homme à la tête de chou. On sent dans cette tentative, non pas un travail bâclé, mais bien un auteur à bout de souffle, qui ne parvient pas à faire mieux à cause de la maladie et la souffrance psychologique. Même sa voix est dramatique : depuis la création de son personnage Gainsbarre dans Mauvaises nouvelles des étoiles, l’évolution de ses cordes vocales est fulgurante, son timbre est filtré, presque inaudible, il n’est presque plus que l’ombre impuissante de Serge Gainsbourg.

Le style de l’album est un funk aussi glacial que Love on the beat, avec des nappes de claviers métalliques bourrées de chœurs anglais et une guitare aigue funky sur fond de batterie électronique. Une fois de plus, il se montre avant-gardiste avec l’utilisation intelligente de la nouveauté américaine de l’époque : le rap, dont la façon de chanter se rapproche du talk-over dont il raffole depuis des années. L’album, dans son ensemble, s’avère être le disque le plus étouffant de sa carrière, plus désillusionné que jamais, dépressif, torturé, aux tristes élans de provocation. On y retrouve de la violence, beaucoup de sexe et un énorme sentiment de désespoir. Une fois n’est pas coutume, la drogue est également très présente, en particulier dans le chef d’œuvre de l’album, « Aux enfants de la chance », son dernier grand morceau, dans lequel il crache sur les drogues en adoptant un rôle de moralisateur qui lui colle à merveille.

Le gros défaut de l’album est son occasionnel manque total de subtilité. Si « Five easy pisseuses » s’en sort bien grâce à ses harmonies intéressantes, on ne peut que pleurer face à l’intérêt si absent d’une chanson comme « Suck Baby Suck », « Shotgun » ou « Glass Securit ». On songe aux premières chansons sexuelles de Gainsbourg et on les regrette, tout en écoutant d’une oreille discrète « Suck, baby suck, with the CD of Chuck Berry Chuck »… Finalement, outre « Aux enfants de la chance », seules deux reprises s’en sortent avec les honneurs : « Gloomy Sunday », reprise d’un standard de jazz, désespérément sombre et classe et « Mon Légionnaire » d’Edith Piaf, qui prend dans la bouche de Serge Gainsbourg une toute autre dimension ambiguë.

Difficile de clôturer le résumé discographie d’un artiste aussi talentueux que Serge Gainsbourg avec une palette aussi inégale. Elle est pourtant représentative de l’état du chanteur en 1987 : un surdoué à bout de souffle qui, même dans un état physique et mental désastreux, arrive à sortir quelques fulgurances.

Chapeau l’artiste pour cette carrière magistrale. Respect Immense Perpétuel.

* Mon coup de cœur : Aux enfants de la chance
* La reprise qui vaut le détour : Mon légionnaire
* Mon coup de gueule : Suck Baby Suck

A lire aussi en FUNK :


Ebo TAYLOR
Love And Death (2010)
Ebo le magnifique




SLY & THE FAMILY STONE
Stand! (1969)
Une famille en or.


Marquez et partagez





 
   BOMBE_HUMAINE

 
   LONG JOHN SILVER

 
   (2 chroniques)



- Serge Gainsbourg (voix, composition, écriture)
- Brenda White King, Curtis King Jr. (choeurs)
- Tony « Thunder » Smith (batterie)
- Gary Georgett, Serge Gainsbourg (piano/synthé)
- Billy Rush (guitare/direction musicale)
- Stan Harrison (saxophone)
- John K (basse)


1. You're Under Arrest
2. Five Easy Pisseuses
3. Baille Baille Samantha
4. Fuck Baby Suck
5. Gloomy Sunday
6. Aux Enfants De La Chance
7. Shotgun
8. Glass Securit
9. Dispatch Box
10. Mon Légionnaire



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod