Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benjamin Biolay
- Membre : Catherine Deneuve

Serge GAINSBOURG - Rock Around The Bunker (1975)
Par BOMBE_HUMAINE le 28 Octobre 2014          Consultée 2336 fois

Quand on pense « album concept », on pense à PINK FLOYD, Bob DYLAN, les BEATLES, RUSH… En France, il y a GAINSBOURG, qui après quelques albums remplis de singles bordéliques, a décidé de donner une cohérence à chacun de ses albums. S’ensuivent évidemment « L’histoire de Melody Nelson » et « L’homme à la tête de chou », deux chef-d ’œuvres intemporels, mais aussi ce pas-si-innocent « Rock around the Bunker ». Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de ce disque – c’est normal. Invendable à l’époque, il reste toujours un des plus méconnus de Serge GAINSBOURG, parfois même injustement décrié.

Enregistré en une semaine avec ses musiciens habituels, Rock Around est un album précipité, rapide, confus qui donne une apparence de premier jet (pas étonnant puisque la plupart des prises seront des premières prises). L’ambition ? Ecrire un album sur la seconde guerre mondiale. Le but ? Choquer, bien entendu. Loin de mélodramatiser sur ce fléau mondial (qu’il a connu personnellement, lui qui a porté l’étoile jaune et perdu de la famille dans les camps de concentration), il le tourne complètement en dérision. En 1975, Serge GAINSBOURG porte donc la provocation à son paroxysme en riant du nazisme, en crachant sur les tabous et le respect qui entourent encore cette apocalypse. Se rendant compte que le paysage culturel devient de plus en plus politiquement correct, il décide de tout secouer, ce qui fait de ce disque un album volontairement too much. Les chansons ne sont ni sensibles, ni émotionnelles, ni touchantes, ni mélancoliques : elles sont satiriques, dansantes mais aggressives.

L’ensemble du disque est très cohérent, chaque chanson se ressemble beaucoup : certaines sont des vrais rock ‘n’rolls endiablés, d’autres des boogies plus calmes ; on y trouve même une reprise du standard américain « Smoke Gets in your eyes » interprété par un Gainsbourg plus crooner que jamais. Il n’y a pas de très bon ou de très mauvais morceau, juste certains plus intéressants que d’autres. « Nazi Rock » est le meilleur modèle du disque, avec une joie communicatrice, des chœurs jouissifs et un beau foutage de gueule des SS. « Yellow Star », quant à elle, se moque royalement de l’étoile jaune, cette « étoile de sheriff » qu’il a portée et qu’il présente presque comme une fierté. L’intérêt essentiel des morceaux reste la manière dont les paroles ont été écrites. Serge Gainsbourg voulant avant tout ironiser sur cette guerre, la plupart sont amusantes autant sur le fond (« Eva » ; « Nazi Rock » ; « SS in Uruguay ») que sur la forme où l’on sent que l’auteur s’est particulièrement amusé à jouer avec les sons et les rimes compliquées et à produire un des plus importants éventails d’allitérations françaises (en T pour l’imitation des mitraillettes sur « Tata Teutonne » ; en S sur « Est-ce est-ce (SS) si bon ? »).

Difficile de porter une véritable oreille critique sur ce disque qui ressemble plus à une séance chez un psychanalyste qu’à une œuvre écrite, réécrite, affinée, arrangée comme Gainsbourg en avait le secret (et le talent). Les guitares électriques sont violentes, déballent de longs solos virtuoses ; les pianos ne font preuve d’aucune subtilité, livrant un rock ‘n’ roll classique et bourrin rempli de solos et de glissandos. L’ambiance cabaret devient à la longue un peu fatigante et l’on entend peu Gainsbourg tant les nombreux refrains sont gérés par les choristes. Loin des arrangements subtils et soignés des albums précédents, on a ici plutôt affaire à un Serge Gainsbourg pressé de se débarrasser de cette frustration de jeunesse, d’exorciser ses maux par les mots, de créer un brûlot presque punk dans son essence. Quand on a compris cela, on a compris Rock Around the Bunker et on peut l’apprécier à sa juste valeur, c’est-à-dire en souriant de temps en temps, en n’écoutant pas trop le jeu parfois anti-groovy de certains instruments et en constatant qu’en terme de provocation, on a rarement vu aussi gros.

* La chanson la plus représentative : Nazi Rock
* Mon coup de cœur : SS in Uruguay
* Mon coup de gueule : Zig Zig avec toi

A lire aussi en ROCK'N ROLL :


Billy Lee RILEY
The Legendary Sun Classics (2010)
Le killer oublié




The BEACH BOYS
All Summer Long (1964)
I get around est là !


Marquez et partagez





 
   BOMBE_HUMAINE

 
  N/A



- Serge Gainsbourg (composition, chant)
- Alan Parker (guitare rythmique)
- Judd Proctor (guitare)
- Brian Odgers (basse)
- Dougie Wright (batterie)
- Jim Lawless (percussions)
- Alan Hawkshaw (claviers)
- Kay Garner, Jean Hawker, Clare Torry (chœurs)


1. Nazi Rock
2. Tata Teutonne
3. J'entends Des Voix Off
4. Eva
5. Smoke Gets In Your Eyes
6. Est-ce Est-ce Si Bon ?
7. Yellow Star
8. Rock Around The Bunker
9. Ss In Uruguay



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod