Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1991 1 Ten
1993 Vs..
1994 Vitalogy
1996 No Code
1998 Yield
2000 Binaural
2002 Riot Act
2006 Pearl Jam
2009 Backspacer
2013 Lightning Bolt
 

- Membre : Temple Of The Dog, Eddie Vedder
 

 Site Officiel (150)

PEARL JAM - Ten (1991)
Par ARP2600 le 17 Novembre 2013          Consultée 1461 fois

C'est un grand honneur de pouvoir parler en nos lignes d'un des albums les plus prestigieux de l'histoire du rock. À bien des égards, Ten de Pearl Jam est un sommet, une performance parfaite qui a marqué son époque, de façon bien plus subtile que son concurrent Nevermind de Nirvana. On n'en parle plus assez de nos jours et c'est bien dommage car il a gardé tout son pouvoir d'impact, le temps n'a pas encore trouvé de prise sur ce monument sombre.

Ten est également un des meilleurs premiers albums jamais réalisés. Pearl Jam a frappé juste dès le début, et n'a malheureusement jamais totalement renouvelé la performance bien que certaines publications ultérieures soient de très grande qualité. Ce disque arrive toutefois assez tard dans l'histoire du mouvement grunge, tout juste à temps pour profiter du buzz de ce style et pour le renforcer. Ceci ne veut pas dire que les membres du groupe étaient des débutants. En particulier, le bassiste Jeff Ament et le guitariste rythmique Stone Gossard, principaux compositeurs du disque, avaient fait partie de Green River, projet emmené par le chanteur Mark Arm (qui a ensuite fait partie de Mudhoney), et parfois cité comme le premier groupe de grunge.

Ensuite vient toujours cette question épineuse : qu'est-ce que le grunge ? Certains trouvent le genre mal défini mais la chose a du sens. Il s'agit de rock alternatif, à la base du post punk refusant les majors et peu porté sur les instruments électroniques, mais ayant retrouvé au cours des années 80 des éléments de hard rock classique. Un peu l'inverse du métal en somme, même si le résultat peut parfois paraître proche. Mais surtout, ce qui caractérise le grunge, c'est avant tout Seattle. Tous les groupes de cette ville placés sous cette bannière ne pratiquaient pas exactement le même style mais ils se connaissaient et ont développé une empreinte sonore commune très reconnaissable, par exemple à ses guitares sombres et rugueuses.

L'influence hard rock classique a même amené certains projets assez loin, notamment Mother Love Bone. Après la séparation de Green River, Ament et Gossard ont fait partie de ce groupe aussi excellent qu'éphémère. Leur chanteur Andrew Wood était très doué, Mother Love Bone aurait pu concurrencer Guns n' roses, mais il est mort d'une overdose en 1990, à 24 ans, laissant ses musiciens orphelins. C'est ainsi qu'Ament et Gossard ont recruté un ami guitariste, Mike McCready, puis le chanteur Eddie Vedder, en provenance de San Diego. Avec le chanteur Chris Cornell de Soundgarden, ils ont d'abord publié Temple of the dog en hommage à Wood, puis ont formé leur propre groupe, bientôt nommé Pearl Jam, qui a adopté une musique toujours très hard rock classique mais beaucoup plus sombre.

Le résultat est donc ce fameux Ten, sorti en août 91, disque d'or et classé dans tous les charts généralistes un an plus tard, vendu à plus de dix millions d'exemplaires à nos jours, et ce malgré un son agressif et une ambiance désespérée pourtant assez difficiles pour le grand public. C'est ainsi, parfois la mode a des effets curieux. Un des éléments qui peuvent expliquer ce succès est la profusion de riffs directement hérités de Led Zeppelin, un élément rassurant qui a permis à Pearl Jam d'être la contrepartie de la musique plus directe de Nirvana.

Au-delà de l'histoire, ce sont bien sûr ces chansons fabuleuses qui permettent à Ten de rester aussi crédible, ce qui n'est pas le cas, à mon humble avis, de Nevermind, dont les lacunes d'écritures sont évidentes. Ici, aussi bien les mélodies chantées que les solos et les riffs sont superbes, du début à la fin de l'album. C'est cet équilibre idéal entre des structures conventionnelles et des mélodies modernes à l'époque, une production un peu réverbérée et favorisant les graves, des paroles fortes écrites par Vedder, empreintes de solitude et de désespoir, et une interprétation à la fois énergique et pleine d'émotion, qui rendent ce disque si grand.

Un dernier élément décisif est une agréable diversité, que le groupe a d'ailleurs accentuée dans les albums suivants. Le style est homogène mais les chansons ne sont pas identiques. Les tempos et les motifs rythmiques sont variés, sans que cela se fasse au détriment de l'agencement de l'album. C'est le propre des plus grandes œuvres d'être cohérentes sans être ennuyeuses. Les numéros les plus nerveux ont ma préférence. L'introduction «Once» est déjà un sommet dans le sommet, dont la voix étrange d'Eddie Vedder renforce encore le caractère inquiétant et déchirant. «Why Go» est peut-être le plus bel hybride d'alternatif et de hard rock, avec ces répétitions entêtantes de «why go home», c'est le numéro qui annonce le plus Counterparts de Rush. Et puis, «Deep», plus complexe car en mesure 6/8 et remplie de syncopes, elle aurait fait un final idéal s'ils n'avaient décidé de conclure en douceur.

Bien sûr, toutes les autres chansons mériteraient quelques lignes, le clacissisme d'«Even flow», la nonchalance triste de «Alive», la tension dramatique de «Black», la délicatesse du fameux single «Jeremy», ou encore l'étrange ballade «Oceans», la sublime mélodie de «Garden» et enfin ce final lent «Release» où la voix de Vedder est par moments difficile à admettre, une question de goût plus qu'un défaut. Il est de toute façon impossible de vraiment transmettre par écrit ce qu'on peut ressentir à l'écoute d'une telle musique. Tout a donc été dit, Ten est bien évidemment un des quelques albums que tout amateur de rock doit forcément connaître, on ne peut que recommander à ceux qui seraient par hasard passés à côté de combler rapidement cette lacune.

A lire aussi en ROCK par ARP2600 :


TANGERINE DREAM
Electronic Meditation (1970)
Le début plutôt brutal de td.

(+ 1 kro-express)



RUSH
Exit... Stage Left (1981)
Deuxième grand live de Rush


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   SEIJITSU

 
   (2 chroniques)



- Jeff Ament (basse)
- Stone Gossard (guitare rythmique)
- Dave Krusen (batterie)
- Mike Mccready (guitare solo)
- Eddie Vedder (chant)
- Rick Parashar (claviers, percussion)
- Walter Gray (violoncelle)


1. Once
2. Even Flow
3. Alive
4. Why Go
5. Black
6. Jeremy
7. Oceans
8. Porch
9. Garden
10. Deep
11. Release



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod