Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1991 Ten
1993 Versus
1994 Vitalogy
  Live In Atlanta
1996 No Code
1998 Yield
2000 Binaural
2002 Riot Act
2006 Pearl Jam
2007 Live At The Gorge
2009 Backspacer
2013 Lightning Bolt
2020 Gigaton
 

- Membre : Temple Of The Dog, Eddie Vedder , Mad Season, Mother Love Bone, Green River, Brad, Matt Cameron , Soundgarden, Red Hot Chili Peppers
 

 Site Officiel (381)

PEARL JAM - Riot Act (2002)
Par ARP2600 le 31 Décembre 2014          Consultée 1275 fois

Le rôle de chroniqueur comporte quelques risques, et aussi quelques satisfactions. Dans la théorie, on ne devrait aborder que les groupes qu'on connaît parfaitement bien, du premier au dernier album. En pratique, il arrive régulièrement qu'on prenne en charge des musiciens qu'on souhaite découvrir, le fait de les chroniquer étant un incitant à approfondir le sujet. Ceci amène parfois des erreurs de jugement qu'il faut réparer, mais aussi de belles découvertes. C'est le cas pour PEARL JAM en ce qui me concerne, je n'ai longtemps connu que le grand Ten, puis j'ai découvert ses excellents successeurs, mais n'ai fait qu'effleurer la fin moins brillante de leur carrière. Ainsi, Riot Act semblait un disque particulièrement poussif et peu inspiré, ce qui n'est pas tout-à-fait le cas. Ni génial ni original, il est tout de même un album sombre et insidieux, dans la continuation artistique de No Code, et ne mérite pas qu'on lui fasse un mauvais procès.

La grosse erreur de PEARL JAM est d'avoir intitulé l'album ainsi. Riot act, c'est un titre punk ça, on s'attendrait à une musique bien agressive, or la moyenne des tempos est encore plus basse que sur Binaural, et l'ambiance encore plus sombre. Il paraît qu'ils n'arrivaient pas à trouver un titre et qu'ils ont pris la première suggestion de Vedder qui sonnait bien... mauvais choix, même si les thèmes abordés sont quand même bien alternatifs. Après les attentats du 11 septembre et l'attitude guerrière du gouvernement américain qui s'est ensuivie, le groupe a clairement pris parti contre George W. Bush, ce qui se voit explicitement dans le single «Bu$hleaguer». Il est aussi question de neuf spectateurs morts à un concert du groupe à Roskilde en 2000. En quelque sorte, le groupe fait ici de l'émeute en finesse, et ce n'est certes pas facile à comprendre à la première écoute. Notons que l'album suivant n'aura même pas de titre, ce qui ne sera pas mieux...

Pour apprécier Riot Act, ou du moins être indulgent, il faut comprendre qu'il est manifestement conçu comme un ensemble homogène, moins violent et rapide que ce à quoi nous avait habitué le groupe. No Code alternait quelques morceaux féroces avec des ballades émouvantes. On retrouve surtout la deuxième option ici, avec de nettes touches de folk, notamment sur la très belle ouverture «Can't keep». On n'ira pas jusqu'à dire que c'est soporifique, mais des titres comme «Save You», «Get Right» ou «Green Disease» ne sont que modérément percutants, et ce sont les plus actifs du lot.

On a donc droit à une longue et belle lamentation, qui aura sans doute du mal à plaire aux amateurs de grunge ou, pire, de metal. Comme cela a déjà été dit depuis Yield, le vocabulaire du groupe est devenu assez figé, on avance donc en terrain connu, très peu étonnant, ce qui n'empêche pas les chansons d'être bien conçues, dans l'ensemble. Les meilleures harmonies du groupe sont présentes, notamment sur «1/2 full», qui comporte de magnifiques tensions typiques du rock alternatif, ou encore «You Are». On connaît également l'influence du hard rock sur le groupe, mais ce disque fera plus penser à RUSH qu'à LED ZEPPELIN, notamment sur «Cropduster». Certains titres sont évidemment en-dessous du lot, notamment des ballades comme «Love Boat Captain» ou «I am mine», ou encore ce fameux «Bu$hleaguer», finalement bien peu inspiré. La voix de Vedder est quand même un peu faiblarde ici, mais la plupart des titres présentent au moins un bon passage instrumental, ce qui permet d'écouter Riot Act sans s'ennuyer une fois qu'on a repéré ces passages. Autrement dit, la mauvaise chose à faire est de l'écouter en diagonale, ce qui donnera facilement une mauvaise impression.

Cette fois, on peut raisonnablement dire que Riot Act est le dernier PEARL JAM en date auquel on peut vraiment accorder le titre de bon album, et il faut insister sur le fait qu'il n'est pas facile d'accès (il faut encore réfléchir un peu au cas de l'avocat, mais il n'y a guère de doute pour le piètre Backspacer). À l'instar de Binaural, c'est un disque en demi-teintes qui renforce clairement le répertoire plus calme du groupe. Il vaut mieux ne pas le découvrir un jour de trop grande nervosité, mais c'est quand même un bel ensemble de chansons de rock alternatif qui gagne à être connu.

A lire aussi en ROCK par ARP2600 :


PIXIES
Surfer Rosa (1988)
Musique pour se déconnecter le cerveau




RUSH
Signals (1982)
Du rock électronique valable.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Jeff Ament (basse)
- Matt Cameron (batterie, guitare rythmique)
- Stone Gossard (guitare)
- Mick Mccready (guitare)
- Eddie Vedder (chant, guitare)
- Boom Gaspar (claviers)
- Adam Kasper (piano)


1. Can't Keep
2. Save You
3. Love Boat Captain
4. Cropduster
5. Ghost
6. I Am Mine
7. Thumbing My Way
8. You Are
9. Get Right
10. Green Disease
11. Help Help
12. Bu$hleaguer
13. 1/2 Full
14. Arc
15. All Of None



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod