Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Kill'em All
1984 Ride The Lightning
  Live In Toulouse
1986 Master Of Puppets
1987 The $5.98 Garage Days Re...
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc
  Cunning Stunts
  Bay Area Thrashers
1999 S&m
  Whiskey In The Jar
  Cliff'em All
2000 S&m
  I Disappear
2001 A Punk Tribute
2003 St Anger
  St Anger (tribute To The...
2004 The Unnamed Feeling
  Some Kind Of Monster
  Some Kind Of Monster Ep
  Un An Et Demi De La Vie ...
  Metallic Attack: The Ult...
2006 The Videos - 1989-2004
  The Scorched Earth Orche...
  Master Of Puppets Revisi...
2008 The Day That Never Comes
  Death Magnetic
2009 Français Pour Une Nuit
  Orgullo, Pasión Y Gloria
2010 Six Feet Down Under
  Six Feet Down Under 2
  Live At Grimey's
2011 Gothenburg Ullevi, Gothe...
  Lulu
  Black Album 20th Anniver...
2012 Beyond Magnetic
  Quebec Magnetic
2013 Through The Never Soundt...
2016 A Tribute To Master Of P...
  Hardwired
  Hardwired... To Self-...
 

- Style : Annihilator, Slayer
- Membre : Suicidal Tendencies, Lou Reed
- Style + Membre : Megadeth
 

 Site Officiel (315)

METALLICA - Reload (1997)
Par SASKATCHEWAN le 23 Septembre 2014          Consultée 1919 fois

Si le Docteur Who aimait vraiment l’humanité, il irait planter son TARDIS à la fin des années 80, et enfermerait Lars Ulrich dans un cercueil en plomb le temps que les Guns N’ Roses soient passés de mode. On se moque souvent de son goût pour la britpop, de ses limites de batteur, de sa lubie pour l’art contemporain (choses qui le rendent plutôt attachants), mais son admiration d’écolier pour Axl Rose, là, tout le monde trouve ça normal. Pourtant, qui Lars Ulrich va-t-il chercher en 1988 pour produire …And Justice for All ? Mike Clink, le producteur de Guns N’ Roses… Heureusement que ça a tourné au fiasco ! Qui a montré à notre ambitieux Danois qu’un groupe de hard-rock pouvait encore avoir du succès ? Guns N’ Roses. Quel groupe a popularisé l’idée foireuse de vendre un double-album comme deux albums séparés ? Guns N’ Roses, avec les deux Use Your Illusion…

Si aujourd’hui Load se traîne son petit frère comme un boulet, c’est sans doute parce que Lars Ulrich a trouvé que le plan marketing de Use Your Illusion était un coup de génie. La catastrophe aurait encore pu être évitée si METALLICA s’était contenté de reprendre la recette de Load à l’identique… Eh bien non, il a fallu qu’ils nous sortent cet album « plus rock mais pas trop », avec un gros son de guitare pour bien mettre en valeur l’indigence des riffs. James Hetfield imitant le diable de Tasmanie en introduction de « Fuel » semble hurler « Attention, daube en approche » aux fans égarés.

« GIMME FUEL GIMME FAAA GIMME TABEUDABEUDA !!! »

Et on parle là d’un des meilleurs titres de l’album, avec un riff accrocheur et un semblant d’énergie rock ! Le reste est mille fois pire ! La France a sa diagonale du vide, la Ligue 1 a son ventre-mou, Reload, lui, a du remplissage à rendre jaloux un album des ROLLING STONES sorti dans les années 80.
De « The Memory Remains » à « Bad Seed » il y a une sorte de dégringolade dans l’horreur que même Lulu n’a pas pu égaler. « The Unforgiven 2 », le titre a beau être un jeu de mot, l’idée de composer une suite à « The Unforgiven » est déjà une hérésie. On peut toujours se réjouir que cela ne soit pas tombé sur « Fade to Black » (« Fade to Black… AGAIN ! ») ou Master of Puppets (« The Master of Puppets strikes back » ?)…

La suite est un enchaînement de titres mous vaguement heavy, avec quelques trouvailles déplaisantes comme la voix trafiquée de « Slither » pour relever la sauce d’une pointe de technologie inutile. A la rigueur, on peut sauver quatre morceaux sur Reload : « Fuel » donc, mais aussi « Where the Wild Things Are », « Low Man’s Lyric » et « Attitude ». « Where the Wild Things Are » est une composition assez originale (comparée au reste), où Hetfield s’essaye en chanteur pop… pas désagréable. « Attitude », dans la même veine que « Fuel », propose un rock énergique pas très futé qui a le mérite de briser un peu la monotonie ambiante. « Low Man’s Lyric », sans doute la meilleure chanson sur Reload, est encore une expérience vocale de Hetfield, transformé en chanteur de folk irlandais par la grâce d’un violon et d’une vielle à roue.

Le plus grand défaut de Reload, tout compte fait, c’est de faire rejaillir sa médiocrité sur Load. J’ai beau défendre bec et ongles la direction prise par METALLICA en 1996, il faut bien admettre que Reload est un album indigne du talent de METALLICA. Le virage artistique des four horsemen restera toujours inachevé, car il n’ont pas su, au contraire du GRATEFUL DEAD avant eux, composer un chef-d’œuvre après avoir sorti un album courageux.

A lire aussi en HARD ROCK par SASKATCHEWAN :


METALLICA
Live Shit: Binge & Purge (1993)
Le live définitif de Metallica




METALLICA
Master Of Puppets (1986)
Thrash metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- James Hetfield (chant et guitare)
- Lars Ulrich (batterie)
- Kirk Hammett (guitare)
- Jason Newsted (basse)
- Bernardo Bigalli (invité, violon)
- David Milles (invité, vielle à roue)
- Marianne Faithfull (invitée, voix chevrotante)
- Jim Mcgillveray (invité, percussions)


1. Fuel
2. The Memory Remains
3. Devil's Dance
4. The Unforgiven
5. Better Than You
6. Slither
7. Carpe Diem Baby
8. Bad Seed
9. Where The Wild Things Are
10. Prince Charming
11. Low Man's Lyric
12. Attitude
13. Fixxxer



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod