Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Kill'em All
1984 Ride The Lightning
  Live In Toulouse
1986 Master Of Puppets
1987 The $5.98 Garage Days Re...
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc
  Cunning Stunts
  Bay Area Thrashers
1999 S&m
  Whiskey In The Jar
  Cliff'em All
2000 S&m
  I Disappear
2001 A Punk Tribute
2003 St Anger
  St Anger (tribute To The...
2004 The Unnamed Feeling
  Some Kind Of Monster
  Some Kind Of Monster Ep
  Un An Et Demi De La Vie ...
  Metallic Attack: The Ult...
2006 The Videos - 1989-2004
  The Scorched Earth Orche...
  Master Of Puppets Revisi...
2008 The Day That Never Comes
  Death Magnetic
2009 Français Pour Une Nuit
  Orgullo, Pasión Y Gloria
2010 Six Feet Down Under
  Six Feet Down Under 2
  Live At Grimey's
2011 Gothenburg Ullevi, Gothe...
  Lulu
  Black Album 20th Anniver...
2012 Beyond Magnetic
  Quebec Magnetic
2013 Through The Never Soundt...
2016 A Tribute To Master Of P...
  Hardwired
  Hardwired... To Self-...
 

- Style : Annihilator, Slayer
- Membre : Suicidal Tendencies, Lou Reed
- Style + Membre : Megadeth
 

 Site Officiel (301)

METALLICA - Load (1996)
Par SASKATCHEWAN le 11 Septembre 2014          Consultée 2447 fois

Load, ou l’album de la discorde : des cheveux courts, des chemises à motifs, du mascara, un livret arty et une pochette maculée de sang et de sperme. Tout sur cet album crie son rejet du metal, jusqu’au logo du groupe que l’on a gentiment élagué. Est-ce suffisant pour verser les compositions de Load au caniveau, et les nouvelles affinités musicales de METALLICA avec ?

NON !

Load est un incompris. En fait le double Load-Reload est un peu l’équivalent pour les années 90 du changement de cap opéré par le GRATEFUL DEAD en 1970 avec Workingman’s Dead et American Beauty. Les hippies du Mort reconnaissant avaient alors abandonné leur rock psychédélique au profit d’un country-rock méprisé par leur communauté d’origine. METALLICA fait la même chose 35 ans plus tard : il s’américanise, élargit son horizon musical et s’aliène une partie de ses fans. La seule différence, c’est qu’au lieu de monter en puissance d’un album à l’autre comme ses aînés, METALLICA se viande lamentablement sur Reload.

La seule concession faite au passé, c’est le son imaginé par Bob Rock, moins imposant que celui du Black Album, mais toujours très « Big Rock ». Les compositions les plus énergiques en sortent gagnantes, comme « 2x4 », « Until it Sleeps » et « King Nothing ». Dans ce registre « Wasting My Hate » est une perle trop souvent négligée qui n’aurait pas volé sa place sur le second disque de Garage Inc. Pour des morceaux plus alambiqués comme « The House Jack Built », « Bleeding Me » et « The Outlaw Torn », le mix du Bob Rock manque singulièrement de finesse. Ce sont pourtant les trois titres les plus intéressants de l’album, complexes sans empiler les riffs, avec des paroles chargées de symboles et de sous-entendus.

Les fans qui ont quitté le navire à cause de « Nothing Else Matters » n‘y reviendront pas grâce à « Hero of the Day » et « Mama Said ». La première est une composition pop honnête mais quelconque, tandis que la seconde est une belle ballade country qui traduit l’admiration grandissante de Hetfield pour LYNYRD SKYNYRD et le rock sudiste en général (« maladie » inoculée par Burton au départ, rappelons-le !). L’introspection prend une place de plus en plus grande dans les paroles du groupe, au point parfois de verser dans l’auto-apitoiement (« Poor Twisted Me »).

Contrairement à Reload, il n’y a pas beaucoup de traces de la nouvelle lubie d’Ulrich pour la Britpop sur Load, et il semble avoir exorcisé son admiration pour GUNS N’ ROSES avec le Black Album. On se trouve donc dans une sorte de juste milieu musical ; l’album est vraiment un autoportrait de METALLICA et d’Hetfield en 1995, ce qui le rend plus attachant que la machine de guerre de 1991. Ce qui l’empêche d’être véritablement excellent, c’est sa longueur : sans « Ronnie », et « Poor Twisted Me », ç’aurait été parfait.

1996 n’est que l’année où METALLICA a sorti un très bon album de (hard) rock. Ce n’est pas le millésime du retournement de veste, ni de la médiocrité musicale. Death Magnetic l’a prouvé depuis, les four horsemen avaient beaucoup plus d’argent à gagner en flattant leur fanbase qu’en sortant ce disque bariolé et provocateur (le contexte de 1996 était moins favorable au métal que celui de 2008, certes). L’indigence de Reload a un peu terni l’éclat du virage artistique de METALLICA, mais ça ne doit pas empêcher d’apprécier Load à sa juste valeur. Un album majeur et courageux dans la carrière du groupe.

A lire aussi en HARD ROCK par SASKATCHEWAN :


METALLICA
...and Justice For All (1988)
D'un metal à l'autre

(+ 2 kros-express)



METALLICA
Live Shit: Binge & Purge (1993)
Le live définitif de Metallica


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   KORAMA

 
   (2 chroniques)



- James Hetfield (chant et guitare)
- Lars Ulrich (batterie)
- Kirk Hammett (guitare)
- Jason Newsted (basse)


1. Ain't My Bitch
2. 2 X 4
3. The House Jack Built
4. Until It Sleeps
5. King Nothing
6. Hero Of The Day
7. Bleeding Me
8. Cure
9. Poor Twisted Me
10. Wasting My Hate
11. Mama Said
12. Thorn Within
13. Ronnie
14. The Outlaw Torn



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod