Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Kill'em All
1984 Ride The Lightning
  Live In Toulouse
1986 Master Of Puppets
1987 The $5.98 Garage Days Re...
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc
  Cunning Stunts
  Bay Area Thrashers
1999 S&m
  Whiskey In The Jar
  Cliff'em All
2000 S&m
  I Disappear
2001 A Punk Tribute
2003 St Anger
  St Anger (tribute To The...
2004 The Unnamed Feeling
  Some Kind Of Monster
  Some Kind Of Monster Ep
  Un An Et Demi De La Vie ...
  Metallic Attack: The Ult...
2006 The Videos - 1989-2004
  The Scorched Earth Orche...
  Master Of Puppets Revisi...
2008 The Day That Never Comes
  Death Magnetic
2009 Français Pour Une Nuit
  Orgullo, Pasión Y Gloria
2010 Six Feet Down Under
  Six Feet Down Under 2
  Live At Grimey's
2011 Gothenburg Ullevi, Gothe...
  Lulu
  Black Album 20th Anniver...
2012 Beyond Magnetic
  Quebec Magnetic
2013 Through The Never Soundt...
2016 A Tribute To Master Of P...
  Hardwired
  Hardwired... To Self-...
 

- Style : Annihilator, Slayer
- Membre : Suicidal Tendencies, Lou Reed
- Style + Membre : Megadeth
 

 Site Officiel (315)

METALLICA - S&m (1999)
Par SASKATCHEWAN le 18 Avril 2015          Consultée 1499 fois

Je n’ai jamais compris l’acharnement des groupes de hard-rock/heavy metal à sortir des albums en collaboration avec un orchestre symphonique. Des deux côtés, les intentions sont mauvaises. A ma gauche, un quatuor de métalleux en quête de légitimité artistique, le front haut, le regard fier, l’air de dire « nous n’avons rien à envier aux vieillards des siècles passés ». A ma gauche, un orchestre quelconque, les solistes un peu empruntés, le chef d’orchestre souriant comme une ménagère idéale dans une pub Ajax, tous convaincus par leur nouveau slogan : « Nous sommes jeunes et branchés ! ».

Pour METALLICA, il ne s’agit que d’une case à cocher dans un plan de carrière visant à devenir le plus grand groupe de metal du monde. Un irresponsable avait dû filer une copie du Concerto for Group and Orchestra de DEEP Purple à Lars Urich. Du côté de l’orchestre symphonique de San Francisco, le coup de pouce en termes de notoriété apporté par un concert avec METALLICA est une véritable aubaine. Avec en filigrane l’espoir d’attirer quelques jeunes aux autres concerts de la saison, et se débarrasser définitivement du petit papy du second rang qui gâche tous les enregistrements avec ses quintes de toux dignes d’un système de défense sol-air.

Hélas, ce drôle d’attelage se disloque dès les premières secondes du concert. Il suffit de regarder la disposition des musiciens sur scène pour comprendre là où le bât blesse. Les quatre membres de METALLICA sont mis en avant, l’orchestre est relégué au second plan. Pour proposer une réinterprétation originale, il aurait déjà fallu faire corps avec l’orchestre, intégrer Ulrich aux percussionnistes, placer Hammett chez les violons et trouver une place à Newsted près des violoncelles et de la contrebasse. Sans doute un casse-tête au niveau de la prise de son, mais ç’aurait été la marque d’un début de réflexion sur le rôle de chacun dans une formation rock, rapporté à un orchestre symphonique. La disposition proposée plus haut est sans doute caricaturale, mais elle aurait eu le mérite de ne pas dresser un mur entre le groupe et l’orchestre.

En toute logique, cette ségrégation spatiale se retrouve dans la musique. C’est simple, sur S&M, l’orchestre ne sert absolument à rien. Les meilleurs moments du disque sont ceux où la symphonie de San Francisco se tait. Tout le reste n’est que fioritures insupportables. Faites l’expérience chez vous : écoutez « Call of Ktulu », faites progressivement abstraction des éléments symphoniques glissés çà et là, et vous retrouvez un morceau de métal qui tient bien en place. A aucun moment l’orchestre ne prend en charge une partie essentielle de la partition. Prenez n’importe quelle œuvre symphonique, retirez ne serait-ce qu’une section de l’orchestre, et l’œuvre devient bancale. Ici c’est le contraire, escamotez plusieurs dizaines de musiciens, ça ne change rien.

Choisir Michael Kamen comme chef d’orchestre était sans doute une erreur. A part son travail sur les films de Terry Gilliam, difficile de trouver une B.O. mémorable sur ses vingt ans de carrière. Ses arrangements sur « Nothing Else Matters » annonçaient déjà la couleur : quelques envolées de cordes lacrymales sur un morceau qui n’en avait vraiment pas besoin. S&M est à l’avenant : des parties de cordes dispensables, des coups de trompette sortis de nulle part et des percussions totalement absentes. Bizarrement, ce sont les morceaux de Reload qui s’en sortent le mieux, avec une réorchestration intéressante de « Devil’s Dance » et « Memory Remains ». Evidemment, les morceaux inédits « No Leaf Clover » et « Human » sortent du lot, puisqu’ils ont été composés en tenant compte de l’orchestre.

Un gros raté sur deux CD, avec un DVD pour en remettre une couche sur l’ennui mortel que procure ce concert. Du rock mou, une orchestration cataclysmique, le degré 0 de l’ambition musicale : voilà en résumé ce que représente S&M dans la carrière de METALLICA.

A lire aussi en HARD ROCK par SASKATCHEWAN :


METALLICA
Live Shit: Binge & Purge (1993)
Le live définitif de Metallica




METALLICA
Master Of Puppets (1986)
Thrash metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- James Hetfield (chant, guitare)
- Kirk Hammett (guitare, choeurs)
- Jason Newsted (basse, choeurs)
- Lars Ulrich (batterie)
- Michael Kamen (chef d'orchestre)
- Orchestre Symphonique De San Francisco (faire-valoir)


1. The Ecstasy Of Gold
2. The Call Of Ktulu
3. Master Of Puppets
4. Of Wolf And Man
5. The Thing That Should Not Be
6. Fuel
7. The Memory Remains
8. No Leaf Clover
9. Hero Of The Day
10. Devil's Dance
11. Bleeding Me

1. Nothing Else Matters
2. Until It Sleeps
3. For Whom The Bell Tolls
4. Minus Human
5. Wherever I May Roam
6. The Outlaw Torn
7. Sad But True
8. One
9. Enter Sandman
10. Battery



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod