Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-PUNK/POST-ROCK/...  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Unsane, King Crimson, Ministry

SWANS - To Be Kind (2014)
Par SUNTORY TIME le 10 Novembre 2014          Consultée 2376 fois

Tous aux abris ! Le Cygne des ombres, la terrible créature de Michael Gira réapparait dans un ciel lourd d'électricité ! De ses plumes d'aciers, tranchantes comme des rasoirs, il avait ni plus ni moins provoqué une sorte de fin du monde en 2012, tout en prenant l'apparence d'un yorkshire au sourire des plus humains... donc des plus glauques. Avec le double The Seer, SWANS avait retrouvé sa splendeur destructrice, moins chaotique qu'à ses débuts, mais sa férocité toujours aussi redoutable.

Mais voilà qu'en 2014, il nous présente un tout autre visage. Celui d'un bébé en pleur. A bien y regarder, il y a six différentes têtes de poupins, certains en larme, d'autres grimaçants, ou l'air incrédule. C'est 'ti pas mignon, des pitis enfants ? Certes, le peintre Bob Biggs les a quelque peu déformés par endroit. Maladresse ou volonté cynique ? Allez savoir. Mais cette pochette divisera. Les plus sensibles à l'ironie reconnaîtront bien là l'esprit vicelard des SWANS, les autres se laisseront attendrir... et se feront écraser par un rouleau compresseur.

Car To Be Kind ("Etre gentil") n'a rien de gentil. Au contraire. Ce troisième double album de la discographie des SWANS (Children of God mis à part), se veut dans la droite lignée de son terrible prédécesseur. C'est à dire sournois, étiré, menaçant, violent, délirant et survolté. Si "Screen Shot" commence l'album en relative douceur, à l'instar de "Lunacy" sur The Seer, la tension reste néanmoins présente dans ce minimalisme de la musique et des paroles, le tout dans un crescendo émotionnel des plus réussis. Lenteur et menace sont toujours de mise sur "Just a Little Boy", hommage à Chester Burnett, guitariste de blues plus connu sous le pseudonyme de HOWLIN' WOLF. Ces 12 minutes d'un blues caverneux et la voie nasillarde de Gira ne sont pas sans rappeler les oeuvres musicales de David LYNCH. Malgré le calme relatif de cette longue piste, "Just a Little Boy" offre quelques décharges électriques dans sa dernière partie, comme pour nous réveiller brusquement de cette pesante litanie.

"Kirsten Supine" (qui fait référence à Kirsten Dunst dans le film Melancholia de Lars Von Trier), reste dans cette veine de chanson longue (dans les 10 minutes) à la fois paisible et tendue, comme si la fureur pouvait éclater à tout moment. Si Michael Gira et Annie Clark alias ST.VINCENT, illustre invitée sur l'album, apportent une touche de douceur, les guitares du finale nous rappelle que SWANS est maître de la musique sombre et imprévisible. Ecoutez donc "Something We Do", lente et répétitive, aux cordes lancinantes. Michael Gira récite d'une voix grave les "choses que l'on fait": "We craw, we seek, we fail, we pray, we fuck, we regret, we love, we love..." sans interruption, jusqu'à ce que... la musique s'arrête. Là où on se serait attendu à une explosion rock et martiale...

Et pourtant, des explosions rock, il y en a à la pelle sur ce double skeud ! Prenez "Oxygen", véritable coup de folie rock, avec un groove imparable et entêtant. Michael Gira y gueule plus que jamais, les cuivres concluent une cacophonie dévastatrice. Cette furieuse envie de respirer fait référence à une violente crise d'asthme qu'a subie Gira alors qu'il était seul chez lui. D'où cette incroyable énergie dégagée par "Oxygen", comme un désir ardent de vivre. Performance exceptionnelle pour un type de soixante balais !
Et "She Loves Us" alors ! La version live de Not Here / Not Now le présentait déjà comme un titre majeur de To Be Kind. Dans sa construction, ces 17 minutes épiques rappelle "The Apostate" qui concluait The Seer. Intro lourde de danger, chaos bruitiste, puis la chanson elle-même trouve son rythme de croisière. Mantra rock ponctué de "Fuck!" et de "Aleleleleleleleluya!" délirants. "She Loves Us" est probablement la pièce maîtresse de l'album, même s'il ne s'agit pas du morceau le plus long.

"Bring the Sun / Toussaint l'Ouverture" domine largement les neuf autres titres par sa longueur gargantuesque. Trente-quatre minutes de riffs acérés, de minimalisme martial et de rugissements bestiaux ! Les guitares les plus féroces qui soient s'en donnent à coeur joie (haaa cette intro !!!). Mais, ce double morceau est aussi le seul (très relatif) point faible de l'album. Car il s'agit tout bonnement d'une suite au déjà monumental "The Seer", morceau titre du précédent album. C'est la même note (ré mineur) répétée en boucle par les guitare et les claviers. Sur Not Here / Not Now, "The Seer" et "Bring The Sun / Toussaint L'Ouverture" formaient un ensemble de trois quarts d'heure, ce qui confirme l'unité d'une pièce sûrement en grande partie improvisée. Donc "Bring the Sun (...)" ne surprendra pas l'auditeur autant que "The Seer", même si sa construction est assez différente. Quand "The Seer" proposait une progression linéaire, le monstre de To Be Kind a une progression en dents de scie, alternant les déferlements rock et les ambiance éthérées, où le maître Gira imite les bonzes tibétains, ou encore rugit en espagnol ou français des paroles à la gloire du révolutionnaire haïtiens Toussaint L'Ouverture. Pour ma part, ma préférence va aux 14 premières minutes du titre (ces choeurs avec ST. VINCENT, putain !), le reste faisant un peu office d'étirement plus ou moins nécessaire, mais néanmoins d'une qualité exceptionnelle (galops de chevaux et coups de baïonnettes en prime !).

To Be Kind est un monstre de puissance, d'ambiances féroces voire malsaines. On ne manquera pas de le comparer à The Seer, puisqu'il s'inscrit dans la lignée de ce génial prédécesseur. On peut, pour le distinguer, lui confier une luminosité rendant l'ensemble moins lourd, et plus foutraque, quand The Seer est d'une noirceur abyssale et d'une cohérence fascinante. On notera aussi une influence de musique du monde, en particulier dans l'intro de Nathalie Neal, épique mais moins violente que les autres titres. To Be Kind est plus électrique aussi, là où The Seer proposait quelques chansons folk. Ici la guitare acoustique ne se manifeste vraiment que sur "Nathalie Neal" et le morceau titre, même si c'est un mur du son assourdissant qui conclut "To Be Kind" la chanson, comme To Be Kind l'album.

To Be Kind, tout comme The Seer, est donc un morceau de choix dont il faudra bon nombre d'écoutes pour pouvoir en apprécier toute la richesse, cachée derrière des monolithes bruts de décoffrage. Est-il meilleur, aussi bon, ou moins bon que The Seer ? Cette question, je ne saurais y répondre objectivement (subjectivement, j'ai une toute petite préférence pour The Seer...). Quoi qu'il en soit, c'est un groupe au sommet de sa forme et de sa créativité, malgré trente ans de carrière. Donc oui, To Be Kind est un chef-d'oeuvre de fureur rock. La créature de Michael Gira est toujours aussi puissante et destructrice. Et Dieu que c'est bon ! Bon à en faire chialer les sales morveux de la pochette. Si vous n'aimez pas les enfants, cet album fera votre bonheur !

A lire aussi en POST-ROCK par SUNTORY TIME :


DAUGHTER
If You Leave (2013)
Musique aussi intense qu'insaisissable ...




SWANS
The Glowing Man (2016)
L'ultime pièce de la trilogie finale des cygnes...


Marquez et partagez







 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Michael Gira (chant, guitares, claviers, harmonica)
- Norman Westberg (guitare, choeurs)
- Christoph Hahn (guitare, lap-steel guitare, choeurs)
- Thor Harris (percussions, dulcimer, clarinette, piano, choeurs)
- Phil Puleo (batterie, percussions, dulcimer)
- Christpher Pravdica (basse, choeurs)
- ##
- St. Vincent (chant, choeurs)
- Little Annie (chant, choeurs)
- Jennifer Church (choeurs)
- Rex Emerson (mandoline)
- Sean Kirkpatrick (piano, clavecin)
- David Pierce (trombone)
- Evan Weiss (trompette)
- Daniel Hart (violon)


1. Screen Shot
2. Just A Little Boy (for Chester Burnett)
3. A Little God In My Hands
4. Bring The Sun / Toussaint L'ouverture
5. Something We Do

1. She Loves Us
2. Kirsten Supine
3. Oxygen
4. Nathalie Neal
5. To Be Kind



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod