Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF/PUNK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ludwig Von 88, Les Garçons Bouchers
- Membre : Mano Negra, Dogs
- Style + Membre : Didier Wampas
 

 Site Officiel (525)

Les WAMPAS - Trop Précieux (1996)
Par RED ONE le 3 Avril 2015          Consultée 1737 fois

Pas moins de 3 années se sont écoulées entre Simple Et Tendre (1993), album de transition qui voyait les WAMPAS tenter de se remettre de la mort de Marc Police, et ce cinquième opus à la pochette éminemment fruitée. Jean-Michel Lejoux, ex-Monsieur Miel des SATELLITES, remplace dès 1994 à la basse un Chris Black dont le passage au sein des WAMPAS n'aura duré que deux courtes années. Album après album, les WAMPAS continuent donc d'affiner leur line-up, toutefois Trop Précieux sera le dernier album du groupe enregistré sous la forme d'un quatuor. En effet, peu de temps après la sortie de l'opus, Jo Dahan, ex-bassiste de la MANO NEGRA, viendra prêter main forte à Phil Almosnino à la guitare.

Trop Précieux, comme son prédécesseur de 1993, revêt donc lui aussi les atours d'un album de "transition", à cheval entre deux époques de la carrière du groupe francilien. Néanmoins, si Simple Et Tendre témoignait encore d'une qualité d'écriture brillante et audacieuse, Trop Précieux nous montre des WAMPAS se noyant quelque peu dans le manque total d'inspiration. À l'image de la pochette où le groupe semble perdu au milieu d'un océan de sirop de fraise, les WAMPAS nous livrent ici ce que l'on peut sans difficultés considérer comme étant l'un de leurs moins bons albums. Signés depuis 1992 sur la major BMG, les WAMPAS avaient pourtant à leur disposition des moyens exceptionnels. Preuve en est, Trop Précieux a été entièrement enregistré aux Etats Unis, à Austin (Texas). Le potentiel était donc là. Mais il ne suffit pas de pouvoir se payer un très bon studio pour réussir un très bon album.

Cet album en déroutera donc plus d'un : de nombreux titres très mous du genou, voir carrément ennuyeux ("Trop précieux", "Il viendra", "Pas d'argent dans mon dos"), des textes parfois assez mauvais dont on peine à saisir la poésie ("Le Soleil", "Paolo", "Les Poissons"...). Habitués aux chansons à noms de femmes, les WAMPAS nous en enchaînent ici deux à la suite, "Gisèle" puis "Marilyn"... "Gisèle" est malheureusement très pénible, les paroles n'ont absolument aucun sens et Didier n'est ici accompagné que de la seule guitare de Phil Almosnino. Pas très intéressant. "Marilyn" rehausse cependant le niveau, avec des riffs puissants et un Didier qui chante... en espagnol. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on a vraiment du mal à déchiffrer ce que Didier baragouine, même lorsqu'on maîtrise un peu la langue de Cervantès comme votre serviteur ! Le titre en lui-même n'est pas monstrueusement génial, mais apporte un peu de fraîcheur bienvenue alors que le reste de l'album peine véritablement à convaincre.
Certes, quelques moments de tous ces titres se révèlent parfois brillants, mais globalement la sauce ne prend pas, et Didier Wampas ne semble pas réellement en phase avec les autres membres de son groupe. Si Didier a toujours assumé sa voix volontairement fausse, force est pourtant d'admettre que notre ami en fait ici des kilotonnes et que ce n'est pas souvent réussi, comme en témoigne la très pénible chanson éponyme qui ouvre l'opus. Trop Précieux souffre par ailleurs d'un déséquilibre constant et permanent, les WAMPAS ne donnant pas franchement l'impression de maîtriser leur mixture. Composé de pas moins de 15 titres, l'album se révèle indéniablement trop long, trop rempli et comportant peu de réels moments forts.

Heureusement, quelques titres sauvent les apparences, et permettent d'éviter de justesse la catastrophe totale : "C'est l'amour", pépite juteuse et savoureuse, continue encore à l'heure où ces lignes sont écrites de faire les beaux jours du répertoire du groupe en concert.
Quelques autres moments se révèlent tout aussi réussis, comme "Sur la langue", dont les arrangements semblent flirter avec le heavy metal... Les WAMPAS qui font du MOTÖRHEAD ? Pas loin, oui ! "Johnny Mac Donald" voit pour sa part les WAMPAS revenir à une forme de pop folkisante assez agréable, avec d'étonnantes flûtes et quelques guitares gentillettes. Le titre est efficace, même si encore une fois les paroles n'ont absolument aucun sens et laissent un peu perplexes. "Ne dis pas aux copains", avec sa petite boîte à rythmes à l'ancienne et ses paroles ouvertement mièvres, fera gentiment sourire et passer un bon moment. La comptine punk "1,2,3,4,5..." se révèle également assez sympathique. Le dyptique "Mes amis / Oui, je vous aime" est assez réussi, et "C'est juste une petite voix" fera aimablement sourire avec ses arrangements country et sa... véritable toute petite voix qu'il faut savoir dénicher, planquée au fond du mix, cachée derrière la voix de Didier.

Trop Précieux est malheureusement très loin d'être la meilleure chose pondue par les WAMPAS durant leur longue carrière. Bien que de nombreux arrangements soient ici de qualité, la plupart des bonnes idées de cet album sont souvent plombées par les délires innommables d'un Didier Wampas en totale roue libre, qui ne signe pas ici ses meilleurs textes ni ses meilleures performances vocales.
Il n'est toutefois guère étonnant de dresser cet amer constat : après 3 premiers albums explosifs sortis durant la période 1986-1990, Simple Et Tendre témoignait déjà en 1993 d'une certaine baisse de régime chez les WAMPAS, même si l'ensemble demeurait encore assez réussi. Trop Précieux confirme malheureusement cette tendance, sans pour autant réussir à en tirer parti. La transition n'est malheureusement toujours pas finie.

Anecdotique.

Note réelle : 2,5/5. Arrondi à 2, parce que quand même, cet album est assez décevant par rapport aux précédents.

Meilleurs extraits : "C'est l'amour", "Sur la langue", "Johnny Mac Donald"

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


Les WAMPAS
Tutti Frutti (1986)
"Hey hey hey hey ! On supporte le rock'n'roll !!!"




DISCHARGE
Why (1981)
Discharge, c'est la guerre


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Didier Wampas (chant)
- Phil Almosnino (guitare)
- Jean-michel Lejoux (basse)
- Niko Wampas (batterie)


1. Trop Précieux
2. C'est L'amour
3. Ne Dis Pas Aux Copains
4. Le Soleil
5. Paolo
6. Il Viendra
7. Sur La Langue
8. Johnny Mac Donald
9. Pas D'argent Dans Mon Dos
10. Les Poissons
11. Mes Amis / Oui, Je Vous Aime
12. 1, 2, 3, 4, 5...
13. Gisèle
14. Marilyn
15. C'est Juste Une Petite Voix



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod