Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2010 Opus Eponymous
2013 Infestissumam
  If You Have Ghost
2015 Meliora
2016 Popestar
2017 He Is
  Ceremony And Devotion
2018 Prequelle
 

- Style : Blue Öyster Cult, Uriah Heep, Black Sabbath

GHOST - Meliora (2015)
Par LONG JOHN SILVER le 14 Septembre 2015          Consultée 3058 fois

TREMBLEZ, misérables mortels ! Car voici que surgit des abîmes infernaux la nouvelle encyclique de l’Église satanique fondée en 2008 à Linköping la maudite, en Suède. GHOST (B.C aux states)*, puisque c’est de celle là qu’il s’agit, publie en effet son troisième recueil maléfique en cinq ans, ce qui tend à démontrer que son activité démoniaque propage sans relâche un cauchemar ascendant en direction des masses crédules et (car ?) écervelées…

Premier constat prévisible : Papa Emeritus II a vécu, un nouveau pape est appelé araignée. Oui je sais c’est un drôle de nom pour un pape, un sort funeste condamnant chaque souverain pontife à se voir destituer de ses fonctions par d’abjectes namelesses ghouls avant la production de chaque nouveau disque, et cela perdurera tant que l’entité Ghost n’aura pas réussi à convertir l’entièreté de la population mondiale à vouer un culte sans partage à Lucifer. C’est comme ça en enfer, on n’est pas là pour rigoler non plus !

Aussi se dessine sur la (très) chouette pochette de Meliora, la silhouette étrange et maléfique de Tob… euh, de Papa Emeritus IIIe du nom**. Or qui dit nouvelle encyclique, dit renouvellement du missel que chaque fidèle sera tenu de connaître sur le bout de ses doigt crochus et de reprendre pendant les grand-messes que le combo s’en ira délivrer aux quatre coins du globe, car si les albums de GHOST regorgent de chœurs aériens, une fois sur scène, le pape se retrouve tout seul devant la foule à posséder un micro voix, les ouailles étant là pour accompagner son chant lugubre. Pour se faire, il convient alors de créer des mélodies rapidement mémorisables ainsi que des refrains fédérateurs. Fastoche pour de pareils esprits propulsés depuis les ténèbres maudites jusque dans votre salon, nos sympathiques goules ayant visiblement biberonné aux œuvres passées des BLUE ÖYSTER CULT, BLACK SABBATH et autres URIAH HEEP, quelques planches illustrées du livret intérieur de l’album étant même largement inspirées par la pochette de Sabbath Bloody Sabbath***. Le cocktail Heavy/Doom mâtiné de pop ayant fait ses preuves jusqu’ici, voici la formule reconduite sur ce nouvel opus. Cependant, on notera tout de même que le ton s’est quelque peu durci par rapport à Infestissunam, jugé trop léger par le nouveau souverain pontife qui souhaite ainsi marquer sa différence avec son prédécesseur. Pas de panique, le tout conserve bien un aspect purement mainstream, chatoyant pour les oreilles, nul ne pouvant ainsi ignorer la beauté du diable.

Donc, refrains imparables il y a : comment résister à ceux de « From The Pinnacle To The Pit », de « Cirice » ou encore de la ballade « He Is », soit autant d’hymnes écrits à la gloire de l’ange déchu qui guide la quête dont Papa Emeritus se fait le conteur ? Mélodies enchanteresses et vénéneuses se mêlent aux accords de puissance ainsi qu’aux courts soli dont on a exclu tout forme de virtuosité afin de les rendre d’une efficacité redoutable. Les arrangements de claviers sont aussi diablement bien fichus, ainsi le titre « Mummy Dust » qui n’est pas sans rappeler FAITH NO MORE - l'agressivité en moins - , bénéficie-t-il d’un soin particulier et remarquable sur ce plan là.

L’album est court, quarante minutes et des charrettes de condamnés, ce qui est largement suffisant pour obtenir l’excommunication sans même avoir à passer par la case baptême. De « Spirit » à « Deus In Absentia », de « Majesty » à « Absolution », sans omettre les courts instrumentaux que sont « Spöksonat »**** et la bien nommée « Devil Church », tout se passe comme dans le plus beau de tes cauchemars, les riffs évidents s’enchaînent en soutien de mélodies ensorceleuses dont certaines sont ourdies pour incruster les cortex aussi facilement que la première vulgaire pop song venue. Nous voilà bien vernis du coup, car force est de reconnaître que l’ensemble tient largement la route, s’écoute en boucle sans souci ni prise de tête.
Papa Emeritus III est appelé à régner donc… De même, il se dit que des cohortes d’ouailles fanatiques de plus en plus conséquentes adhèrent à la nouvelle Église. Par ailleurs, Meliora signifie « meilleur », dans le sens où la formation cherche constamment à améliorer ses funestes travaux. Vu la qualité du rendu, voilà un succès qui n’est pas immérité.
Enfer et Damnation !!! Nous sommes faits ! "He's the shining and the light without whom I cannot see.."

* Pour By Christ ou Because Of Copyrights suivant le degré de crédulité ou de croyance de chacun
** D’ailleurs Tobias Forge a formellement démenti être le chanteur de GHOST or lorsque le pape s’exprime tout le monde est prié de le croire aveuglément
*** BLACK SABBATH 1973
**** Rien à voir avec Star Trek, mécréant/ignorant que tu es : cela signifie la sonate des spectres

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


GHOST
Ceremony And Devotion (2017)
La cité des papes (requiem)




URIAH HEEP
Salisbury (1971)
La quête sans fin


Marquez et partagez







 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Papa Emeritus Iii (chant)
- +
- 5 Vilaines Goules (tout le reste)


1. Spirit
2. From The Pinnacle To The Pit
3. Cirice
4. Spöksonat
5. He Is
6. Mummy Dust
7. Majesty
8. Devil Church
9. Absolution
10. Deus In Absentia



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod