Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1983 Show No Mercy
1984 Haunting The Chapel
  Live Undead
1985 Hell Awaits
1986 Reign In Blood
1988 South Of Heaven
1990 Seasons In The Abyss
1991 Decade Of Aggression
1994 Divine Intervention
1996 Undisputed Attitude
  Live Intrusion
1998 Diabolus In Musica
2001 God Hates Us All
2003 War At The Warfield
  Soundtrack To The Apocal...
2004 Still Reigning
2006 Christ Illusion
2009 World Painted Blood
2013 B-sides & Rarities
2015 Repentless
 

- Style : Metallica, Megadeth, Annihilator

SLAYER - Show No Mercy (1983)
Par ERWIN le 18 Avril 2016          Consultée 1132 fois

Ecrire la discographie de SLAYER, c'est revivre la genèse du thrash metal. Quelle part d'histoire les gars ! Back to 1983 - qu'est-ce que vous croyez, ce n'est pas pour rien que je vous en rabats les oreilles ! Et quand Kerry King, fils de bonne famille, traditionnel bouseux ricain reac, commande sa pizza hebdo pour regarder en rotant le match opposant les Raiders d'Oakland aux traîtres des 49ers, il ne se doute pas un instant qu'en ouvrant la porte au livreur de pizza, sa vie va changer... car Dave Lombardo, un porto-ricain bon à rien en général, sauf que batteur exceptionnel, remarque ses goûts immédiatement. La discussion s'envole et l'idée d'un groupe germe.

Et ca va vite ! Car Kerry et Jeff Hannemann jouent déjà ensemble depuis quelques temps déjà. Le blondin, issu d'une famille de vétérans obsédés par les souvenirs de guerre, est un amateur de Hard core, et va pousser la musique du groupe vers un mix de punk et de heavy encore jamais entendu à présent. Ils recrutent Tom Arraya, émigré chilien, à la basse et au chant, gazier tout calme qui bosse dans le milieu médical comme thérapeute respiratoire. Ils font très vite partie intégrante du circuit des clubs en reprenant des standards du metal, le classique quoi ! C'est alors qu'ils sont remarqués par Brian Slagel, l'homme des compilations Metal Massacre, qui leur offre une place dans une de ses compiles cultes. Ceci nous conduit ensuite à leur premier album, produit grâce aux économies de Tom et aux sous du père de Kerry.

Et voici comment vous avez Show no mercy entre les mains, les mecs ! Sorti en décembre, l'opus va devenir un référentiel du thrash naissant. Quelques classiques apparaissent dans ce disque à l'artwork déjà bien subversif. Le pentagramme aux épées, ce brave gars à tête de bouc, l'imagerie va plaire aux djeuns de l'époque pour sûr. Il me souvient pourtant que l'écoute du groupe n'était guère conseillée dans les cours d'école à l'époque. Et oui, nos garçons étaient de gros vilains satanistes... Du moins, c'est ce qu'on croyait, et nos parents eux, en étaient sûrs !

Les premières collaborations entre Jeff et Kerry voient ici le jour. En premier lieu, se détachent deux des supers classiques du groupe, et ça va faire du bruit ! Il faut dire que quand Jeff et Kerry écrivent un truc qui s'appelle "The antichrist", il ne faut pas s'attendre à ce que les parents apprécient dans les prudes states ! Déjà que MOTORHEAD était tangeant ! Cette petite merveille est déjà un sommet. Le chant agressif de Tom, les rythmiques, le tremolo picking tout est déjà là, le refrain hurlé, jusqu'aux soli épileptiques et guère admirables des deux gratteux débutants, mais qui collent diablement - eh ouais! - à la musique.

"Black magic" dans une même veine avec légèrement moins d'excellence est néanmoins d'une efficacité redoutable en live. "The final command" pêche en revanche par excès de furie adolescente, un peu comme les premiers METALLICA au même moment. "Crionics" sonne moins extrème, plus Heavy speed que réellement Thrash. Enfin, Le long dyptique "Metalstorm/face the slayer" est sympathique mais n'aura guère de postérité.

Jeff a pondu trois compos tout seul : et quand débute la fabuleuse "Die by the sword", on se dit qu'on a trouvé une nouvelle forme de musique, les marshall crachent sévères et les vertèbres vont en prendre plein la gueule ! Lombardo est à deux sons de cymbales de son futur statut de drumgod. On signalera la belle rythmique de "Fight till death" un peu plus loin, ainsi que le speed très germanique de "Tormentor", mais c'est tout de même en deçà, et voila pour notre aryen.

Kerry propose deux titres. On réalise d'ailleurs immédiatement la complicité qui unira les deux gratteux. Kerry privilégie les rythmiques hachées et exacerbées, très répétitives, souvent plus méchantes que celles d'Hannemann, plus lentes et mélodiques. L'éponyme cavalcade de "Show no mercy" nous plonge dans la transe hypnotique des morceaux du King. De la furie incandescente en live, et une violence jusqu'alors jamais atteinte. Enfin, son "Evil has no boundaries" en titre d'ouverture s'ouvre sur un solo épileptique et présente à merveille le groupe de LA. On sait de suite à quoi s'attendre, les choeurs "Evil" fonctionnent, la sauce prend.

Le premier/second classique du Thrash avec le Kill'em all des METALLICA. Les groupes foulaient alors des sentiers non encore battus et sont indubitablement les géniteurs d'un des genres majeurs du heavy metal. A ce titre et malgré quelques morceaux seulement moyens et une technique guitaristique assez rudimentaire, les quatre affreux "massacreurs" de la cité du vice ont réussi leur pari de dégénérés : Passer d'un statut de branleurs à celui d'icônes intouchables ! Ce n'est pas donné à tout le monde !

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


DEF LEPPARD
Hysteria (1987)
L'arlésienne.




ABBA
A Tribute To Abba (2001)
ABBA metal...la classe !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Tom Araya (chant-basse)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Kerry King (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. Evil Has No Boundaries
2. The Antichrist
3. Die By The Sword
4. Fight Till Death
5. Metalstorm/face The Slayer
6. Black Magic
7. Tormentor
8. The Final Command
9. Crionics
10. Show No Mercy



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod