Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1983 Show No Mercy
1984 Haunting The Chapel
  Live Undead
1985 Hell Awaits
1986 Reign In Blood
1988 South Of Heaven
1990 Seasons In The Abyss
1991 Decade Of Aggression
1994 Divine Intervention
1996 Undisputed Attitude
  Live Intrusion
1998 Diabolus In Musica
2001 God Hates Us All
2003 War At The Warfield
  Soundtrack To The Apocal...
2004 Still Reigning
2006 Christ Illusion
2009 World Painted Blood
2013 B-sides & Rarities
2015 Repentless
 

- Style : Metallica, Megadeth, Annihilator

SLAYER - Diabolus In Musica (1998)
Par ERWIN le 21 Mai 2016          Consultée 622 fois

Mettez toutes les pochettes de SLAYER les unes à coté des autres et vous vous retrouverez avec un bon panégyrique de tout ce que les parents avisés trouveront laids dans la vie. Les quatre affreux ont bien monté leur plan marketing. Les djeuns achetaient l'album juste pour gonfler leurs vieux, c'est une stratégie. Tellement bonne d'ailleurs que j'ai acheté l'album les yeux fermés, ayant pleinement confiance dans le talent des gars. Ouaip... Mais pour moi, cela n'a guère fonctionné et ce "diable dans la musique", ode au légendaire triton, malgré son élégante pochette sympathique, est resté rangé à la droite de "Divine intervention", d'ou il n'a dû bouger qu'à l'occasion des déménagements ou réagencement de mes étagères. Mouais, pas convaincu par cette avalanche de sons distordus et méchants que Jeff Hanneman à quasiment composés tout seul de bout en bout. Moi qui apprécie beaucoup le blondin, c'était une vive déception. Mais revenons donc sur cette livraison avec plus de précision.

Quelques souvenirs ayant traversé avec difficulté les années me reviennent en vrac : ainsi, la force probante de la rythmique tronçonneuse de "Stain of mind", un bel esprit psychopate et expérimental traîne sur ce titre effectivement. Mais le seul morceau qui m'ait laissé une vraie belle impression est "Screaming from the sky", avec ses réminiscences de South of heaven, une vraie petite merveille, mais aucun groupe n'a jamais bâti un album sur un titre ou deux. Allez, on retiendra aussi la petite "Desire" et son riff mammouth qui rappelle les exploits de Arraya sur "Serenity in murder" dans l'album précédent. L'autre point positif est la maîtrise technique des musiciens qui parviennent enfin à un rendu correct sur cet album. Les gratteux ont progressé, et bien que Bostaph ne soit pas Lombardo, il reste le faire valoir le plus capable en l'absence d'un Gene Hoglan ou d'un Igor Cavalera.

Sinon, on est bousculé tout du long, la plupart du temps tels des fétus de paille au milieu d'une tornade du middle west. Voyez donc la charmante "Scrum" qui se rapproche pas mal du hard core adulé par Jeff. Ouais, c'est pas toujours l'extase, même si certains titre restent dans un mid tempo cool - enfin cool... - genre "Point". Généralement toutefois, Jeff cherche à nous briser les cervicales comme sur les chevauchées impitoyables que sont "Perversions of pain", "Bitter peace" ou la charmante "death's head". Difficile vraiment... Dans le même trip, on a aussi "Love to hate" qui porte super bien son nom. Définitivement pas la bande son idéale de vos exploits de dragueurs les gars. Perso, tout ceci a même tendance à me fatiguer rapido. Je reconnais la force latente des compos mais à un moment donné je n'ai qu'une envie : couper le son !

Kerry n'amène finalement dans sa besace que ce "In the name of god" plutôt bien gaulé, mais pas vraiment mémorable. Il surnage toutefois un peu au beau milieu de ce fatras de violence incontrolée, et les interventions en solo y sont réussies, un comble ! Je reste cependant assez interdit devant tant de mauvaises ondes. En fait, c'est exactement ce que je reproche à cet album. Jeff raconte dans les interviews de l'époque qu'il avait "besoin de taper sur quelques chose" lors de l'enregistrement de l'opus. De ce point de vue, c'est une totale réussite, mon Jeff !

Bien, c'était l'histoire de l'album au triton, vue par nos potes les massacreurs. Pas de la dentelle, c'est moi qui vous le dis. Les black metalleux porteront au pinacle ces fameux assemblages de notes interdites pendant des millénaires par notre bien "pesante" église catholique. Ouais, celle de Djizeus. Vous remarquerez ainsi la charmante transition avec les albums suivants qui évoqueront notre saigneur et son pater. Moi, je dois un peu me reposer en attendant ! Déconseillé !

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


THREE MAN ARMY
Two (1974)
Fusion astrale




BLACK SABBATH
Sabotage (1975)
Sommet du heavy

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Tom Araya (chant-basse)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Kerry King (guitare)
- Paul Bostaph (batterie)


1. Bitter Peace
2. Death's Head
3. Stain Of Mind
4. Overt Enemy
5. Perversions Of Pain
6. Love To Hate
7. Desire
8. In The Name Of God
9. Scrum
10. Screaming From The Sky
11. Point



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod