Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1983 Show No Mercy
1984 Haunting The Chapel
  Live Undead
1985 Hell Awaits
1986 Reign In Blood
1988 South Of Heaven
1990 Seasons In The Abyss
1991 Decade Of Aggression
1994 Divine Intervention
1996 Undisputed Attitude
  Live Intrusion
1998 Diabolus In Musica
2001 God Hates Us All
2003 War At The Warfield
  Soundtrack To The Apocal...
2004 Still Reigning
2006 Christ Illusion
2009 World Painted Blood
2013 B-sides & Rarities
2015 Repentless
 

- Style : Metallica, Megadeth, Annihilator

SLAYER - Hell Awaits (1984)
Par ERWIN le 21 Avril 2016          Consultée 894 fois

Le pentagramme aux épées est de retour ! C'est la teuf ! Ouais mais une teuf aux forts relents de souffre, voyez donc la curée qu'est cette jolie pochette ! Des flammes, du sang, de la souffrance, des démons, l'enfer dans tous les sens ! Cette imagerie extrème va poursuivre nos gars avec constance pendant encore quelques années, empêchant même certains metalleux parmi nous d'écouter les berceuses de ce second album... Et oui ! C'était subversif ! De quoi en tout cas refiler des maux de têtes doublés d'insomnies au PMRC de Tipper Gore en ces années Reaganniennes. Les massacreurs n'ont certes jamais fait dans la dentelle en matière d'agression sonore, alors l'expérimentation continue, plus vite, plus fort, plus extrême.

La traumatisante introduction subliminale en "Join us" du titre éponyme "Hell awaits" ne laissera personne indifférent. Tel un rouleau compresseur, les rythmiques accompagnent les roulements de double grosse caisse avec une furie latente digne de la psychiatrie la plus morbide. Et la fin de l'opus sur "Hardening of the arteries" nous replonge direct dans cet infernal abîme en reprenant le thème initial. La psychiatrie : tel est d'ailleurs toujours le sujet des thêmes de SLAYER, leur fond de commerce. Quelques années avant les exploits cinématographiques d'Hannibal Lecter, les quatre méchants de Los Angeles créent la bande son parfaite de ses aventures. C'est infernal, lourd, puis speed, et Tom crache ses imprécations avec toute l'agressivité dont il est capable. Vous l'aurez compris, SLAYER est méchant !

"Kill again " et "Praise of death", des speederies sans concession, sont l'autre visage du SLAYER cultissime adoré par ses fans. D'accord, c'est efficace si on aime bourinner et que les circle pit sont votre priorité en concert. Mais dieu, que tout ceci manque de poésie à la fin, bordel ! Amis des rimes et de la douceur, bonsoir ! Pourtant, "Necrophiliac" est l'exemple sans doute le plus abouti de ce qu'est une tuerie chez nos potes fleuristes massacreurs, ça riffe à donf, Dave martèle ses fûts comme s'il était coursé par le diable et Tom s'y arrache la gueule avec frénésie. Sublimement efficace, cette composition de Jeff Hanneman est pour moi le titre majeur de l'album. Voyez plutôt ... Les speederies ultimes, ça a du bon !

En revanche, la chevauchée de "Crypts of eternity" manque cruellement d'originalité et "At dawn they sleep" est certes plus hachée, mais pas plus exceptionnelle. L'ensemble sonne tout de même encore très brouillon, plus de billes ont pourtant été mises dans la production par Brian Slagel qui commence à humer la bonne odeur des biftons verts. Question technique, alors que la basse de Tom est inaudible et que Dave fait un barouf invraisemblable, les solos de guitare sont presque difficiles à écouter quand ils proviennent de la mimine de Kerry, alors que Jeff parvient souvent à rester un minimum mélodique. Mais au final, les interventions de gratte enrichissent la musique, c'est l'évidence... Quelle importance que Kerry n'ait pas encore pris de leçons !

Ce deuxième album surfe sur les nouvelles ambiances développées précédemment par les quatre affreux. Cette formule magique sera désormais celle de SLAYER, qu'ils resteront à jamais les seuls à maîtriser ainsi à ce degré de perfection, les transformant en titans du thrash metal. Pourtant, seuls quelques titres surnagent réellement dans cette deuxième livraison. Il faut aussi dire que le manque de compositions - seulement sept - n'est pas à son avantage. Pourtant, une voie royale s'ouvre devant la carrière de nos bad boys qui ne manqueront pas de transformer l'essai sur leur album suivant.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


BLUE ÖYSTER CULT
Spectres (1977)
Au coeur de la nuit

(+ 1 kro-express)



THREE MAN ARMY
Two (1974)
Fusion astrale


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Tom Araya (chant-basse)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Kerry King (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. Hell Awaits
2. Kill Again
3. At Dawn They Sleep
4. Praise Of Death
5. Necrophiliac
6. Crypts Of Eternity
7. Hardening Of The Arteries



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod