Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1979 The Def Leppard E.p.
1980 On Through The Night
1981 High' N' Dry
1983 Pyromania
1987 Hysteria
1988 Historia / Live: In The ...
1992 Adrenalize
1993 Retro Active
1995 Vault
1996 Slang
1999 Euphoria
2001 Leppardmania
2002 X
  Visualize+video Archive
2006 Yeah!
2008 Songs From The Sparkl...
2011 Mirrorball - Live & More
2013 Viva! Hysteria
2015 Def Leppard
2017 And There Will Be A Next...

DEF LEPPARD - Pyromania (1983)
Par ERWIN le 5 Octobre 2016          Consultée 1958 fois

Ce n'est pas tous les jours qu'on a un album de la trempe de Pyromania à chroniquer. Le goût personnel à presque tendance à s'effacer face à une oeuvre d'une telle importance. Nous sommes début 83 lorsque le troisième opus des Léopards sourds sort dans les bacs. Mutt Lange est aux manettes, mais la situation n'est pas rose non plus : le guitariste Pete Willis s'est fait virer du groupe au beau milieu des sessions d'enregistrement, remplacé au pied levé par Phil Collen. Les critiques voient Pyromania comme une grosse évolution du son de DEF LEPPARD,qui tendrait vers plus de radio friendly aux dépens du son plus métallisé des débuts. J'avoue ne pas être en accord avec cela. Certes, le succès retentissant de l'album va propulser certains titres au statut de standards, mais je ne vois là pas une démarche particulière. Pour moi, nous sommes juste dans une saine évolution. L'artwork est super !

Dans un opus majeur, il y a évidemment des classiques. Le premier d'entre eux est une composition d'une importance considérable, il s'agit de "Rock of ages". Tout est mémorable à propos de cette chanson. La production de Mutt, les nappes de synthés, les ricanements, l'intro légendaire de Rick Allen, la fameuse phrase de Joe qui l'introduit "It's better to burn than to fade away", qu'on retrouvera dans le film "Highlander" et sur la lettre d'adieu de Kurt Cobain. Le refrain épique, les orchestrations superbes. Tout concourt à faire de ce titre le plus grand de leur carrière à mon sens. Durant l'été 83, il passera en boucle en alternance avec "Beat it", "Flashdance" où "Let's dance" sur toutes les radios américaines.

La petite merveille "Foolin" est à peine en dessous. Les choeurs y sont super efficaces, la compo passe toute seule, intro slow, refrain scandé. Elle s'est juste bonifiée avec les années, tel un bon vin, et est aujourd'hui un grand classique. "Photograph" est du même tonneau, peut-être un brin plus mainstream. Tous ces titres vont truster de très honorables places du billboard ricain. La mission est réussie pour le groupe, Joe Elliot a conduit ces troupes à bon port, comme il le souhaitait dès le départ, un exemple de management exemplaire ! C'est le superstardom, la renommée Internationale. J'ai clairement moins d'atomes crochus avec "Too late for love" le dernier single, mais il n'a rien de honteux, bien au contraire.

Le disque ne se limite pas à ses singles. "Stagefright" de même que "Rock rock (till you drop)" sont de superbes exemples de métal sous amphétamines, pierre inamovible de leurs concerts. "Billy's got a gun" déploie une atmosphère très originale, la basse vrombissante de Savage et le chant agressif de Joe y sont saisissants d'efficacité. Des classiques, encore des classiques ! Les raleurs pourront arguer des aspects plus commerciaux de "Comin under fire" ou de "Action ! Not words" mais cela ne me convaincra pas. Il n'y a pas de temps faible dans cet album.

La différence de niveau entre High'n'dry et Pyromania n'est pas flagrante, la production est certes gigantesque sur la livraison 83, mais c'est essentiellement sur l'aspect historique que l'opus fait une réelle différence. Il est en tous cas désormais légendaire, et est systématiquement cité comme un des piliers du Hard rock, au même titre qu'un Destroyer de KISS ou un Highway to hell d'AC/DC... ll faut dire que plus de 10 millions de Pyromania vont se vendre ! Ce n'est pas rien ! En 3 petites années, nos félins durs de la feuille sont devenus des rock stars. A cette époque et pour une telle musique, voilà qui était une gageure !

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


SEPULTURA
Beneath The Remains (1989)
Lovecraft en musique




ROSE TATTOO
Pain (2002)
La résurrection des bad boys


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Joe Elliot (chant)
- Steve Clarke (guitare)
- Pete Willis (guitare)
- Phil Collen (guitare)
- Rick Savage (basse)
- Rick Allen (batterie)


1. Rock Rock Till You Drop
2. Photograph
3. Stagefright
4. Too Late For Love
5. Die Hard The Hunter
6. Foolin
7. Rock Of Ages
8. Comin Under Fire
9. Action ! Not Words
10. Billy's Got A Gun



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod