Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF/PUNK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ludwig Von 88, Les Garçons Bouchers
- Membre : Mano Negra, Dogs
- Style + Membre : Didier Wampas
 

 Site Officiel (300)

Les WAMPAS - Les Wampas Vous Aiment (1990)
Par RED ONE le 3 Mars 2015          Consultée 2030 fois

Il est de ces albums absolument parfaits qui changent définitivement la vie d'un groupe, mais également celle de son public. En l'occurence, le troisième album des WAMPAS appartient à cette catégorie.
Avec son titre un peu con mais en définitive totalement représentatif de l'esprit du groupe, "Les Wampas vous aiment" se veut l'album de la confirmation, de la maturité, de l'apogée. Il est toutefois vrai qu'il ne s'agit "que" du troisième album des Parisiens, et qu'avec le recul historique qui est le nôtre à l'heure où cette chronique est écrite, nous sommes en droit de penser que le meilleur reste à venir... Ou pas ? Car oui, "Les Wampas vous aiment" a déjà tout du chef d'oeuvre.

Cet album témoigne d'une évolution très notable par rapport aux deux précédents. Suite au succès médiatique des groupes de la scène alternative française (MANO NEGRA et BERURIER NOIR en tête), les WAMPAS obtiennent de meilleurs moyens pour enregistrer leur nouvel album. Et on le constate aisément ici : la production du son s'est profondément améliorée, elle est désormais nettement plus professionnelle, le son a considérablement gagné en puissance, on entends mieux tous les instruments, le tout sonne plus clair et plus lumineux.
Du coup la musique des WAMPAS y gagne aussi en qualité, tant au niveau instrumental que vocal. Et on ajoutera enfin à cela que c'est avec ce troisième opus que le style des WAMPAS va définitivement se fixer. Autrefois un peu noyé dans le mix final, la voix de Didier domine ici les hostilités et peut hurler à n'en plus finir sa joie et sa bonne humeur, au travers de paroles qui font de plus en plus référence aux années yéyé.

L'album tout entier semble d'ailleurs fortement emprunt d'un son "revival yéyé", ce qui était complètement nouveau pour l'époque, et plutôt culotté au sein du mouvement rock alternatif français. L'étiquette "yéyé punk", qu'on a fini par coller aux WAMPAS avec le temps, trouve ses origines dans cet album qui fleure bon les années 1960 et les vieux numéros de "Salut les Copains".
Il suffit d'ailleurs d'écouter "Le costume violet", ballade totalement surexcitée où Didier n'hésite pas à y clamer son amour d'enfance pour Johnny Hallyday, pour s'en rendre compte. Mais on pourrait également citer comme exemple le single "Petite fille", devenu depuis un tube intemporel de la bande à Didier, et dont le clip est demeuré célèbre pour avoir été l'une des premières apparitions médiatiques de Marion Cotillard. On est en effet pas loin ici d'une atmosphère typiquement yéyé, avec tout ce que le rock français des années 1960 nous pondait de bluettes gentiment kitsch et délicieusement surannées. Revu à la sauce WAMPAS, cela donne un mélange fortement explosif ! Attention c'est contagieux !
La superbe "Vie, Mort et Résurrection d'un Papillon", avec ses magnifiques guitares à effets et ses paroles qui ressemblent cette fois plus à une parodie du yéyé qu'à un véritable hommage (mais bon avec Didier on ne sait jamais), ravira l'oreille, et apportera un peu de réconfort au milieu de cette furie rock'n'roll !

Car oui, malgré cette atmosphère éminemment rétro, "Les Wampas vous aiment" demeure quand même d'abord et avant tout un disque de punk dans la plus pure tradition de la scène française de la fin des années 1980. Et c'est le groupe lui-même qui se charge de nous le faire savoir, avec la chanson "Puta" et ses sympathiques clins d’œil aux autres groupes de la scène alternative ("Puta la Mano Negra, papapadaaaam..."). Un esprit assez proche de ce que les LUDWIG VON 88 faisaient à la même époque se ressent de façon évidente sur certains titres comme "WoHowWoHoWo (Pour Toi)" ou encore "Tataratatata", qui malgré leur apparence, ne sont pas que de simples titres de remplissage.
Par ailleurs, cet album constitue aussi une belle baffe punk dans la figure. Car les WAMPAS ne s'arrêtent jamais, et on en prends vraiment plein la gueule à chaque morceau. Le rockabilly biblico-déjanté de "Eccl. 5:1" tabasse ainsi bien comme il faut, et il est impossible de songer à rester assis à l'écoute d'un tel titre furibard. Quoi, vous êtes déjà fatigués ?? Et bien courez vous abriter, car voici que déboule "Surfin' Love" et sa rythmique totalement déjantée !!! Encore une bonne raison de pogoter sans s'arrêter, au rythme des paroles complètement délirantes d'un Didier Wampas plus remonté que jamais.
Et ce n'est pas fini : "C'est facile de se moquer", avec ses riffs puissamment massifs, en rajoute une couche (sérieusement, on a parfois l'impression d'y entendre du hard rock !), et peu importe que les paroles soient totalement simplissimes, on gigote sans s'arrêter du début à la fin. En avant-dernière position sur la tracklist, "L'Eternel", nouveau délire pseudo-chrétien signé Didier Wampas saupoudré des superbes riffs de Marc Police, est une nouvelle pièce jubilatoire d'un rockabilly punk explosif et atomique, qui fout la pêche, la banane et l'abricot instantanément. De quoi faire une superbe salade de fruits.

Eh oui, ce troisième album des WAMPAS porte définitivement bien son nom. Car ces 16 titres, c'est de l'amour par cargos entiers, de la bonne humeur gratuite et virale, délivrée sans additifs dans le simple but de nous faire du bien. Certains titres semblent d'ailleurs revendiquer cet esprit ouvertement joyeux et enfantin. Outre le single "Petite Fille", citons ainsi "Quand j'étais p'tit", "Ce soir c'est Noël" avec ses paroles qui donnent envie de sauter au plafond en attendant le gros barbu, ou bien encore le titre de fin "Quelle joie le rock'n'roll", où les WAMPAS n'ont pas hésiter à inviter leurs fans pour chanter les refrains. Un titre qui continue d'ailleurs de faire les beaux jours du répertoire du groupe plus de 20 ans après. Un vrai moment de partage et de convivialité. Magistral.
Au final, une gaieté sincère, une joie explosive se ressentent à chaque écoute de cet album. Les WAMPAS s'éclatent, aiment leur public et nous procurent avec ce superbe album studio un bonheur extatique, à grand renfort de doses homéopathiques de fun et de rock'n'roll. Ca fait un bien fou. C'est fabuleux.

Bref, "Les Wampas vous aiment" aurait très bien pu s'appeler "Les Wampas c'est l'Amour". Tiens, tiens, bonne idée pour le titre d'un futur album. Ou d'une future chanson ?

Malheureusement, la joie sera de courte durée : après une tournée marathon en compagnie de la MANO NEGRA, le guitariste Marc Police se suicide en décembre 1991. Le groupe est sous le choc et les années qui suivront seront un peu plus difficiles pour la bande à Didier Wampas.
C'est donc malheureusement sur cette note sombre que se clôt le premier chapitre de la discographie des WAMPAS. Fort heureusement pour sa postérité, le grand Marc Police est mort après avoir eu le temps de donner aux Parisiens leur premier chef d'oeuvre. Il est toutefois vraiment très triste qu'il ne soit plus parmi nous aujourd'hui pour en profiter. La vie est vraiment une salope, comme dirait Lemmy Kilmister.

R.I.P. Marc Police (1959-1991).

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


METAL URBAIN
Hystérie Connective (1978)
Et après ça, le chaos ...




The MISFITS
Static Age (1978)
Le premier foetus avorté des Misfits. Délicieux.


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Didier Wampas (chant)
- Marc Police (guitare)
- Ben Sam (basse)
- Niko Wampas (batterie)


1. Tout à Fond
2. Puta
3. Eccl 5:1
4. Surfin' Love
5. C'est Facile De Se Moquer
6. Petite Fille
7. Le Costume Violet
8. Wohowwohowo (pour Toi)
9. Ca Tourne
10. Tataratatata
11. Je N'suis Pas Fou
12. Vie, Mort Et Résurection D'un Papillon
13. Ce Soir C'est Noël
14. Quand J'étais P'tit
15. L'éternel
16. Quelle Joie Le Rock'n'roll



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod