Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 



Claude NOUGARO - Made In Nougaro (1989)
Par BAKER le 15 Juin 2018          Consultée 196 fois

N'est stupide que la stupidité, disait Forrest Gump. Et à quoi reconnaît-on un acte stupide ? A ce que son auteur ne vient pas s'en vanter. Et c'est vrai que l'ancienne maison de disques de NOUGARO ne l'a pas ramené lorsque, un beau matin de printemps gazouillant, à l'heure où les moineaux s'abreuvent à la fontaine des amours et les âmes unies se bécotent à l'orée du jardin du Luxembourg, l'un des très fins et très futés commerciaux de ladite boîte est tombé dans les bacs sur un petit 33 tours intitulé "Nougayork" qui lui a foutu le rouge jusqu'au front tant et si bien qu'il a évité les étalages de maraîchers pour ne pas se faire revendre au kilo. Certes, on ne parle jamais de l'après-Pacifique. En 1990, NOUGARO n'était-il pas revenu presque dans l'oubli ? Un peu. Un petit peu. Mais la fin des années 80 a été pour lui l'occasion de prendre la plus belle, la plus panachée des revanches, en mettant en plein dans la gueule de son ancienne maison de disques (qui l'avait viré, ou plutôt poussé à l'éviction, de façon médiocre et détestable) un succès flamboyant qui a fait date.

Car à cette époque, impossible d'échapper au single "Nougayork". Revisite totale du fonds de commerce habituel du Toulousain, ce tube imparable accompagnait un album complet rempli de mélodies attachantes, de paroles toujours aussi exquises, avec en point de mire un pavé prog-funk-spoken "Un écureuil à Central Park" (et sa durée improbable de dix minutes... oh là là !) et la participation de quelques musiciens à faire baver, entre autres Nile RODGERS et Marcus MILLER. Retour en France, triomphe. Les jeunes s'intéressent soudain à ce drôle de petit bonhomme, les vieux fans ne se sentent pas trahis, et tout ce beau monde attend un concert : il viendra, uniquement après un second album américain, le moins connu mais encore plus magnifique Pacifique (où l'on retrouve cette fois des gens comme Michel COLOMBIER ou Jeff PORCARO). Nouveau retour "au pays", et quelques Zénith pour s'échauffer : c'est une tuerie. Et Warner, jamais à court d'idées pour exploiter les filons, vous permet donc via ce coffret de revivre cette boucherie. Bien leur en a pris.

Déjà, histoire de réviser, vous avez les deux albums remastérisés. Pour être honnête, si vous n'en possédiez aucun, rien que ces deux disques valent l'achat de ce Made In Nougaro. Il vous permet de découvrir des chansons qui sont pour la quasi-intégralité interprétées sur scène. Et quelle scène ! On pensait que le Claude était un petit gars tassé, chantant une main dans la poche et l'autre tenant le micro et sa fidèle écharpe, on ne pouvait pas s'imaginer que derrière se cachait un homme qui avait envie de bouger, de danser, de faire le spectacle. Et donc il sautille, grimace, exulte pendant toute la durée d'un concert millimétré mais sans perdre le côté humain. Il est accompagné par un "orchestre" de musiciens Ricains d'une efficacité à toute épreuve - à commencer par la paire rythmique qui une fois de plus montre à quel point elle est indispensable à tout bon concert. Les arrangements chatoyants des albums sont rendus au plus près, et les chansons plus anciennes sont quelque peu mises au goût du jour (sauf "Toulouse" mais qui peut y toucher ?). On pourra apprécier ces nouveaux arrangements ou pas, mais ils permettent de garder une cohérence certaine pour éviter un trou béant entre nouveaux titres et "vieilleries" qui auraient plombé le spectacle pour les plus jeunes des spectateurs (et des jeunes, il y en avait).

Le rendu de cet excellent concert l'est moins, lui. Excellent. D'abord, l'image. N'ayant pas survécu aux années passées, elle est très laide, avec du grain vidéo omniprésent, des couleurs abominablement fades, des bleus brûlés (oui, ce n'est même plus du blanc), bref ce n'est sûrement pas cela qui va faire office de test lors de votre prochain achat de téléviseur. Mais il y a plus ennuyeux : nous sommes en France, en 1989. Vous comprenez ce que ça veut dire ? Oui : on ne voit que NOUGARO partout, tout le temps, et on maudit le réalisateur qui doit nous montrer les musiciens environ 5 minutes sur l'ensemble du concert. Alors, ce n'est pas que le Nouga soit mou (arf arf), au contraire il met de la patate dans sa prestation, mais bon... une dizaine de musiciens sur scène et pas un gros plan sur le batteur, c'est un peu léger. Le son ensuite. En stéréo, il n'est pas mal du tout, un peu "petit" mais assez clair, un peu sale mais rien de grave, juste de quoi ajouter une touche "rock". En revanche, si la jaquette proclame haut et fort un son 5.1, je vous conseille vivement de ne pas y toucher. C'est une abomination : de l'écho de cathédrale partout, la musique uniquement sur les avants, avec un son rikiki, beaucoup d'instruments inaudibles, et par-dessus tout une sorte de vrombissement intempestif à vous donner des acouphènes, voire la nausée. Véritablement déconseillée aux fragiles des tympans, et je ne plaisante pas, cette piste est un pur gâchis d'espace.

Pour se faire pardonner, la filiale musicale de Warner a pris des cours chez la maison-mère et leurs excellents bonus, en nous proposant, outre trois clips et quelques extraits volés en studio, un making-of rétrospectif des deux albums et du spectacle. Autant être franc, c'est un des meilleurs bonus de son année de sortie. Racontée avec passion par les anciens collègues de NOUGARO, ce dernier étant momentanément absent pour cause de mort, l'épopée qu'a été la reconstruction de la carrière Nougaresque est traversée de long en large par des anecdotes croustillantes, des détails drôles et tendres, et quelques bouts de sessions dont une présentant un Marcus MILLER fidèle à lui-même, c'est-à-dire impérial.

S'étendant sur plus d'une heure et demie, ce reportage très bien monté et mené est un des meilleurs du genre, et était totalement indispensable à ce coffret qui du même coup le devient également (...indispensable !). Warner a fait un sacré beau boulot, même si la technique était définitivement irrécupérable, et ceux qui s'intéressaient à la période américaine du grand Claude seront aux anges. Maintenant, si tous les groupes nous pondaient de tels coffrets à chaque duo d'albums, certes notre portefeuille ferait la tête, mais il faut reconnaître que la tentation serait grande, et puis tant qu'on se saigne aux quatre veines pour de si beaux objets, ce serait dommage qu'on noue le garrot...

--------------------------------
Fiche technique

Editeur : Warner Music Vision
Edition : 2 DVD + 2 CD
Date : Avril 1989 - Zenith (Paris)
Image : 1.66 4/3 PAL
Son : PCM 2.0 + DD 5.1
Durée totale : 233 minutes (+ les CD)
Bonus :
- CD audio remastérisés de Nougayork et Pacifique
- Clips de Lady Liberty, Il Faut Tourner la Page et Vive l'Alexandrin (13 min format respecté)
- Pub de Skyrock pour l'album live (20 sec.)
- Session spoken text intégrale de Un Ecureuil à Central Park (7 min)
- Répétition d'un texte inédit : Bungalow (6 min)
- Making-of de Nougayork (54 min)
- Making-of de Pacifique (30 min)
- Making-of du concert au Zénith (8 min)

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Eddy MITCHELL
Héros (2013)
Les vrais héros sont en studio




FAYRO
La Beauté Des Choses (2015)
Premier jet plein de promesses


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Claude Nougaro (chant)
- Bette Sussman (claviers)
- Gerry Etkins (claviers)
- Nick Moroch (guitare)
- Barry Johnson (basse)
- Robbie Gonzales (batterie)
- Jack Bashkon (flute, saxophone)
- Larry Etkin (trompette)
- Mark Pender (trompette)
- Don Mikkelsen (trombone)
- Branda Whiteking (chouers, percussions)
- Curtiss King (choeurs, percussions)


1. Stances à New York
2. Nougayork
3. Rythm' Flouze
4. Lady Liberty
5. Sing Sing Song
6. Le Gardien De Phare
7. Tu Verras
8. Quatre Ou Cinq Jours
9. Pacifique
10. Los Angeles, Eldorado
11. Le Cinéma
12. Le Cri De Tarzan
13. Toi Là-haut
14. Un écureuil à Central Park
15. Kiné
16. Toulouse To Win
17. Armstrong
18. Quatre Boules De Cuir
19. Vive L'alexandrin
20. Energie
21. Il Faut Tourner La Page
22. Cécile, Ma Fille
23. Une Petite Fille
24. Toulouse



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod