Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE / SYNTHPOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Céline DION - Incognito (1987)
Par BAKER le 14 Octobre 2018          Consultée 116 fois

Enfin nous y voilà. Le moment que tout le monde attendait : elle, lui, le public. Et les tiroirs-caisses de Carrefour, bien entendu. Incognito est sans conteste possible l'un des albums les plus importants de la carrière de Céline DION. Elle y est entièrement renouvelée. L'image d'abord ; une jeune femme, en pleine possession de sa féminité (pour la version Québecquoise et Française ; la Russe nourrira vos cauchemars pendant de nombreuses années). Les textes ensuite, largement plus axés sensualité, pour ne pas dire cochons ("Jours de fièvre" : "lèvres lèvres fièvre fièvre", n'oublions pas qu'en mode masculin ça donnerait "raideur raideur chaleur chaleur").

Mais surtout, ce qui nous concerne le plus, la musique. Finies les approximations ; si Incognito n'est pas du tout le meilleur album de son genre, au moins lui a-t-il... un genre, bien spécifique : la synth pop aux entournures funky qui inondait les FM de la fin des années 80. Un peu Samantha FOX des grands jours ("Incognito"), un peu Whitney HOUSTON ("Fièvre"), Céline DION tente de se fondre dans cette nouvelle identité, dans cette mode de chanteuses qui donnent de l'organe pour passer par-dessus des péta-tonnes de synthés. Et il faut avouer que la jeune dame y arrive fort bien, à tel point que certains titres à la mélodie moyenne passent simplement grâce à la force de son interprétation.

Il y a bien sûr une recherche de succès évidente, l'envie d'aller à l'essentiel et de se trouver un nouveau public, plus jeune. Mais est-ce répréhensible ? Combien de chanteurs/euses ont eu le même but, avoué ou non ? L'essentiel est dans la réussite de l'opération, et Incognito se montre en demi-teintes tendance positive. Une moitié de titres se montre un peu fade, oh ! juste un peu. On ne peut pas dire qu' "Incognito" par exemple ne soit pas une intro efficace. Il manque juste un peu de profondeur, comme pour "Lolita", chanson aussi exaltée vocalement que frustre sexuellement.

Mais cette nouvelle direction artistique peut aussi toucher son but. "On traverse un miroir" est une splendide ballade FM entre Laura BRANIGAN et TOTO, par exemple. "Comme un coeur", avec son ambiance spéciale, rappelle de loin "You're the one" de Kate BUSH, six ans avant. Et les Québecquois ont eu la chance d'avoir dans leur pressage original "Délivre-moi", avec son intro à la VANGELIS, ses grosses guitares et son refrain incroyablement tubesque - tu m'étonnes, c'est Harold FALTERMEYER derrière ! Nous autres maudits Français avons à la place un peu moins bien, mais pas de beaucoup : "Ne partez pas sans moi", gagnante de l'Eurovision qui réveillerait un mort.

Cependant des deux côtés de l'Atlantique, le constat est le même : le virage artistique est globalement réussi, mais l'album pas encore à la hauteur et notamment parce qu'il est trop... court ! Défaut peu courant, vous en conviendrez. Céline ayant été compilée plus souvent qu'un programme en assembleur, vous aurez avec de la chance un exemplaire comportant tous les titres et notamment les trois single-only. "Je ne veux pas" est un funk FM accrocheur au refrain immanquable qui aurait largement mérité de remplacer "Partout" ou "Fièvre", et "Comment t'aimer", plus orchestral, plus doux, est l'unique chanson "calme" de la fournée 1987, et elle est incroyablement mignonne. En revanche, on oubliera rapidement "La religieuse", calamiteuse bouse intergalactique décrivant une cornette qui se turbine le minou à grands coups de couplets gluants à la BARBELIVIEN (...normal, c'est lui !) coupés par des ponts soul/gospel à la 36 15 Vulvina totalement incohérents et navrants.

Incognito sera un joli succès un peu partout : le gros son fait son petit effet sur les radios, et la France, qui l'avait un peu oubliée, se la réapproprie via l'Eurovision (où elle représentait... la Suisse. Les morts récents nous obligeront au silence.). Le pari du changement était risqué, mais payant, et René Angeli savait pertinemment où il allait. Reste qu'une fois le saut de la foi exécuté, la suite de carrière se devait d'être à la hauteur, et c'est probablement le plus gros défi que Céline DION pouvait se lancer en cette fin de décennie : devenir une femme, certes, mais le rester ?

Note finale : 3,5 monté à 4 pour les faces B. Les deux premières faces B. Uniquement.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


ABBACADABRA
Abbacadabra (1983)
Même les enfants ont droit à de la qualité




Eddy MITCHELL
Mr Eddy (1996)
Simple, de bon goût : une leçon de classe


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible (et dommage car il doit y avoir du cador)


1. Incognito
2. Lolita (trop Jeune Pour Aimer)
3. On Traverse Un Miroir
4. Partout Je Te Vois
5. Jours De Fièvre
6. D'abord, C'est Quoi L'amour ?
7. Délivre-moi
8. Comme Un Coeur Froid
- bonus Tracks Plus Ou Moins Officielles
9. Ne Partez Pas Sans Moi
10. Je Ne Veux Pas (single Only)
11. Comment T'aimer (face B)
12. La Religieuse (single Only)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod