Recherche avancée       Liste groupes



      
HIGELINESQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Jacques HIGELIN - Coup De Foudre (2010)
Par RAMON PEREZ le 26 Novembre 2018          Consultée 197 fois

Coup de foudre est un album particulier dans la discographie de Jacques HIGELIN, pour deux raisons. Tout d’abord il a été un franc succès, du genre qui ne lui était pas arrivé depuis des décennies. Atteignant la seconde place des charts, le disque offre le petit plaisir de voir notre néo-septuagénaire devancer Muse, Lady Gaga ou encore Black Eyed Peas. Pas mal non ? Mais de nature à faire tordre le nez des soupçonneux envers le commerce. Et ce n’est pas la seconde raison qui les ferait changer d’avis. Pour la première fois, le chanteur propose la suite de son prédécesseur. Jusqu’ici, le Jacquot avait pris pour habitude de tout changer entre deux enregistrements. Equipe technique, musiciens… Cette fois-ci, il s’est tellement plu dans la ferme de Rodolphe BURGER qu’il y retourne et applique à peu près les mêmes recettes. Si Amor Doloroso avait quelque chose de neuf, il faut bien reconnaitre que Coup de foudre sonne comme un disque d’HIGELIN qui fait du HIGELIN.

L’HIGELIN descendant de TRENET, c’est dès l’ouverture. Le HIGELIN déglingué arrive plus tard (« Kyrie Eleison », « Valse MF »). C’est le délirant funky que tu cherches ? Va à la troisième piste. A moins que tu n’attendes le titre en roue libre sur basse/percus ? C’est vrai que ça fait un moment qu’il n’était pas sorti celui-là. Le huitième. Le Voyageur, le jazzman ? Tu le trouveras dans les premiers morceaux. Le rocker ? C’est « Hotel Terminus ». C’est donc un disque en forme de nomenclature plutôt exhaustive des principales facettes affichées par son auteur durant sa longue carrière, enregistré en mode live durant moins de deux semaines. Spontané, évident d’après Mahut. Manque donc le recherché. C’est le moment de choisir ton camp, camarade lecteur ! Je ne pourrai t’en vouloir de ne pas creuser le sujet si tu cherches la surprise. Mais peut-être passeras-tu à côté de l’essentiel.

Car l’essentiel ce n’est pas que notre artiste soit dans la facilité. C’est qu’il soit facile. Regardons ce qu’HIGELIN a fait jusqu’ici pour se permettre de faire enfin un (et le seul) album d’HIGELIN. Une carrière de 35 ans (depuis BBH, on peut y rajouter sa carrière précédente de chansonnier rive-gauche pour porter le total à 45), parfois en avance, toujours ailleurs, métamorphe. Explorant sans cesse ses identités. Coup de foudre est le point d’arrivée de tout cela. Ajoutons-y le fait que les personnes accompagnant cette fois le chanteur le connaissent bien, que lui-même s'est apaisé sur sa personne et on arrive à la conclusion que ce disque est tout à fait ce qu’il voulait faire, pour une fois. Dans ces conditions, il n’y a pas besoin de plus de temps pour réussir la production. C’est effectivement son album le plus réussi de ce côté-là. Les touches électriques, les ambiances du clavier et la présence de cuivres forment un spectre sonore très plaisant, moderne tout en restant sans concession (écoute bien « Aout Put » pour t’en convaincre).

Pour tout dire, ça sonne jeune, ça sonne vert. Je crois que c’est pour cela que j’aime vraiment ce disque. Il est en paix, confiant et donc mordant. Certainement pas essentiel, mais avec un potentiel de réécoute élevé. Allez, je me permets même un petit conseil si tu ne connais pas HIGELIN et que tu cherches une porte d’entrée : commence par celui-là. Tu pourras ensuite creuser le sujet avec le reste de sa disco. Il ne faudrait pourtant pas penser que cet album n’est pas concerné par le présent. Même s’il laisse un moment l’invention aux jeunes (dont sa fille, révélée avec fracas l’année précédente), il ne se prive pas de porter un regard actuel sur l’époque. La machine qui a tendance à tourner à vide est plusieurs fois affichée, avant une étude en trois actes sur le vocable politique à la mode à ce moment-là : la crise. Vue de l’intérieur, du point de vue de l’humain, de l’homme qui en pâtit. Vue ensuite de l’extérieur, depuis le studio d’enregistrement, havre de bien-être où le chanteur imagine une autarcie salvatrice comme alternative. Puis notre Jacquot se rappelle qu’il en a vu, que ça fait des années, voire même des décennies, qu’on nous parle de cette crise qui n’en finit plus. Il en avait même fait une chanson en 1976. Alors plutôt que de nous en refaire une, il nous réenregistre celle-ci, dans une version un peu plus dure, plus grave. Plus la même envie de rire sur le sujet quoi. Changez de disque : « C’est dur aujourd’hui peut-être, demain ce s’ra vachement mieux ! », on a compris !

Et qu’on puisse vivre bordel ! Tomber amoureux comme au premier jour, se demander comment dépasser nos doutes pour aimer de nombreux jours encore. Qu’on fasse des découvertes, ou qu’on se souvienne des premiers émois sur lesquels on a bâti sa vie. Qu’on rêve, qu’on mange, qu’on s’amuse et qu’on meure ! Qu’on fasse ce qu’on aime. Le message a toujours été plus ou moins le même, mais la certitude bienveillante des années le rend d’autant plus fort. Finalement, voir cet homme qui s’approche de la fin, qui le sait, se permettre de ne pas se prendre la tête, de profiter de ce qu’il a et de ce qu’il connait finalement, c’est peut-être la surprise qu’il manquait au premier regard sur ce disque. Un beau cadeau.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par RAMON PEREZ :


Georges BRASSENS
Les Oiseaux De Passage (2001)
Georges est vivant !




Les VRP
Vacances Prolongées (1992)
Une affaire rondement menée


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



Non disponible


1. Coup De Foudre
2. J'ai Jamais Su
3. Qu'est-ce Qui Se Passe à La Caisse ?
4. New Orleans
5. Égéries, Muses Et Modèles
6. Kyrie Eleison
7. Hôtel Terminus
8. Août Put
9. Valse Mf
10. Bye Bye Bye
11. Aujourd'hui La Crise
12. Expo Photos



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod