Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSONS REVISITéES  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Jacques HIGELIN - Higelin Enchante Trenet (2005)
Par RAMON PEREZ le 9 Novembre 2018          Consultée 85 fois

A l’épisode précédent, Jacques HIGELIN se sentait quelque peu perdu. Pas convaincu par ses derniers enregistrements, nous le retrouvons à préparer son successeur. Il a bien du mal. Des dizaines de chansons sont écrites, aucune ne trouve la formule magique. Après trois ans de recherches, il est temps de se rendre à l’évidence : le chanteur n’y arrive plus. Il est vide et a besoin d’une vraie pause pour se remettre les idées en place. Sauf que dans son cas, une pause ne pourrait être inactive. Car les périodes d’inactivité (les voyages par exemple) ont toujours été ses moments d’écriture. Il lui faut donc s’occuper à autre chose. Son producteur lui soumet la bonne idée : monter un spectacle autour de Charles TRENET, récemment disparu (en 2001). Notre Jacquot va alors s’employer avec talent et enthousiasme à ce projet qu’il tournera pendant plus de deux ans, ce qui lui permettra d’avoir ensuite le recul suffisant pour mener un état des lieux de son œuvre puis faire les choix qui l’amèneront à la sortie de l’acclamé Amor Doloroso en 2006.

Pour l’heure, Jacques HIGELIN appelle l’incontournable Mahut, ainsi que le pianiste et violoncelliste Olivier Daviaud, pour l’accompagner dans cette aventure avec une de ces formations réduites qu’il affectionne à cette époque. Les trois vont modeler plus d’une vingtaine de chansons du début de l’œuvre du maître. De ce dernier, je serai bien en peine de vous parler. Alors qu’en plus d’HIGELIN deux chanteurs parmi ceux que j’ai le plus écouté le placent comme leur grande influence (Georges BRASSENS et Didier WAMPAS), je n’ai jamais pris le temps de l’écouter sérieusement. Ne comptez donc pas sur moi pour faire une comparaison entre la reprise et l’originale. Néanmoins, ce disque permet de prendre acte de la modernité d’écriture de ces ritournelles de la fin des années 1930, qui tiennent toujours largement la route. Ça joue sur les sons et les mots, c’est souvent poétique, régulièrement drôle et parfois tragique. C’est aussi rêveur, optimiste, surréaliste… bref, c’est riche. Et c’est sophistiqué en termes de composition. Essayez de chanter « Le Soleil et la Lune » pour ressentir la redoutable complexité de l’art de Charles TRENET, le premier à avoir fait swinguer la langue française dixit HIGELIN.

Le disque issu de ce spectacle ne garde qu’une moitié de ces chansons et coupe une grande partie des interventions du chanteur, pour ramener l’écoute à moins d’une heure (sur les trois que cela pouvait durer). Il existe toutefois une version longue où cinq chansons supplémentaires figurent, dont la grande « Folle complainte » qu’il est dommage de ne pas trouver dans la version simple. Celle-ci se conclue sur le titre précédent (« Boum »), ce qui n’est pas si mal vu car c’est clairement le bouquet final du concert. Le moment-somme reprenant l’ensemble de la recette employée jusque-là. Une recette marquée de tout le talent d’interprète de Jacques HIGELIN, qui profite ici de la liberté de ne pas jouer ses propres œuvres pour explorer à fond les possibilités de réinvention contenues par ce répertoire. Ainsi certains titres originellement légers et flamboyants se parent d’atours intimistes et rêveurs (« Je chante », « Le jardin extraordinaire »). D'autres font varier les registres, tel le morceau d’ouverture démarré en parlant avant une progression vers un final entraînant. Mahut s’éclate à rendre percussives ces chansons qui n’en n’avaient aucun aspect avant lui, de façon classique ou très inventive, c’est selon. Les sons qu’il ajoute profitent de la formation en trio pour prendre toute leur place et modifier les atmosphères. L’autre musicien est aussi doué à ce jeu-là, donnant un côté plus sombre avec son violoncelle ou plus lumineux avec un second piano.

Et là-dessus, Jacques HIGELIN fait le spectacle en maîtrisant le rythme depuis son clavier parfois rétro, parfois sonnant étrangement différent (on se croirait dans Twin Peaks par moment). Les trois s’amusent ensemble et se permettent des petites digressions étonnantes, comme les notes de Pierre et le Loup qui surgissent au détour de « Vous êtes jolie ». De son côté, le chanteur joue avec le public à plusieurs reprises, donne un petit côté théâtral à certaines chansons. On sent le rapport intime qu’il entretient avec la salle, à un moment où il en a franchement besoin. Il n’a en effet pas de maison de disque à cette époque, ce que de nombreux observateurs lui rabâchent sans cesse. Lui répond qu’il n’en n’a pas besoin pour faire ce qu’il aime, c’est-à-dire chanter en public plutôt que de parler business. Et puis, bien-sûr, on sent le grand plaisir qu’il éprouve à revisiter le répertoire de son illustre aîné qui l’a tellement influencé (voir « Tombé du ciel ») et à qui on l’a tellement comparé. « Il n'y a qu'une personne qui peut dignement succéder à Charles TRENET, c'est Jacques HIGELIN », disait AZNAVOUR au soir de la disparition du premier. De cette matière première, notre chevelu trouve la liberté et la générosité qui lui est propre pour se tailler des habits à sa convenance. C’est ainsi qu’il réalise un album ayant toute sa place dans sa discographie et qu’il peut remettre la main sur son fil. Higelin enchante Trenet certes, mais l’inverse est tout aussi vrai. La suite viendra rapidement le confirmer.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE :


Eddy MITCHELL
La Même Tribu, Volume 1 (2017)
Quand Eddy montre comment s'élabore un vrai tribut




Gérard MANSET
Toutes Choses (1990)
Un vrai best of des premières années Manset


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



- Jacques Higelin (chant, claviers)
- Dominique Mahut (percussions)
- Olivier Daviaud (violoncelle, piano)


1. Un Rien Me Fait Chanter
2. Il Pleut Dans Ma Chambre
3. Coin De Rue
4. Vous êtes Jolie
5. Je Chante
6. Pauvre Georges André
7. Débit De L'eau... Débit De Lait
8. Le Jardin Extraordinaire
9. Le Soleil Et La Lune
10. Verlaine
11. J'ai Ta Main
12. Boum !



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod