Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Etienne DAHO - Reevolution (2003)
Par AIGLE BLANC le 6 Janvier 2019          Consultée 178 fois

Avec Eden (1996) puis Corps & armes (2000), Etienne DAHO venait de livrer deux albums non seulement étonnants et courageux, mais inspirés d'un bout à l'autre par une veine qui l'a vu glisser de la pop électro de ses débuts vers une pop classieuse à la Burt Bacchara fortement agrémentée donc de somptueux arrangements pour cordes et mâtinée d'un zeste de chansons françaises dans la grande tradition entre autres de Charles TRÉNET, sans oublier l'influence revendiquée de la Bossa Nova dont le chanteur est friand depuis toujours sans jamais avoir osé, avant Eden, s'en inspirer pour livrer une chanson aussi doucement chaloupée que la magnifique "Les bords de Seine", interprétée en duo avec la légendaire Astrud Gilberto, la diva incontestée de la Bossa Nova.

Comment donner suite à ce que beaucoup considèrent comme les deux ou trois sommets de sa discographie? Et surtout, où aller trouver l'inspiration, quelle voie emprunter désormais? Dès la première écoute, Réévolution en fournit une réponse claire et sans bavures. Etienne DAHO revient à ses premières amours, c'est-à-dire ses influences rock. Enregistrer un orchestre à cordes aux fameux studios d'Abbey Road, à l'époque de Corps & armes, fut une expérience incroyable pour le fan qu'il reste des BEATLES, mais ses racines rock n'avaient jamais été autant refoulées que lors de ce splendide album. Le chanteur décide donc, après deux échappées musicales qui l'ont vu sortir de ses ornières, de revenir au bercail afin de se reconnecter avec les fondations de son être. Réévolution par conséquent marque un arrêt, une pause, dans l'étonnante évolution de sa carrière. Ce huitième album rejoint l'ombre de Paris ailleurs, de loin son plus grand succès ; il referme la boucle en quelque sorte, accueille un indispensable retour à soi, une recherche des origines pour mieux se retrouver. Cela pourrait décevoir ceux qui espéraient un nouvel opus aussi audacieux que les deux précédents si justement Etienne DAHO n'avait pas fait de ce rétrogradage la ligne directrice-même de Réévolution, l'ossature d'un album tout entier consacré à la renaissance de l'artiste qui, après avoir affronté rivalités et rumeurs empesées, a su puiser en lui l'énergie-même, la source de sa propre résilience. Le travail accompli sur soi, auprès d'un psychothérapeute, l'a transformé en profondeur. Et c'est cette renaissance que célèbre le chanteur dans les douze chansons de Réévolution.

D'emblée, l'album s'ouvre sur "Retour à soi", un titre idéal comme entrée en matière, co-composé avec Nicholas Dembling des ex-COMATEENS, fortement orienté rock, énergique et décoiffant, dont les paroles s'élèvent à un hymne à la vie. Tout aussi rythmé, "Réévolution" aborde dans ses textes des rivages peu habituels chez Etienne DAHO qui, une fois n'est pas coutume, nous invite à la révolution pour défendre ces piliers que sont la culture, le spirituel, la beauté et la différence. Conscient de la naïveté de son message, le chanteur l'assume malgré tout jusqu'au bout puisqu'il reflète l'homme qu'il est redevenu depuis qu'il a retrouvé la foi en lui et en son art. Quant à "L'orage", la chanson traite du sentiment spirituel. Le chanteur s'adresse à un dieu oecuménique pour questionner la position de l'homme coincé entre ses aspirations spirituelles, son désir d'élévation, et les zones d'ombre qui le maintiennent plus bas que terre, la rupture amoureuse devenant une des plaies de la souffrance humaine contre laquelle il est si difficile de se prémunir. Ce qui frappe dès ce tiercé gagnant, au-delà de l'énergie rock imprégnant ces chansons, c'est la cohésion du groupe qui accompagne Etienne DAHO en studio. Depuis la tournée qui faisait suite à l'album Corps & armes, le chanteur a reconsidéré ses collaborateurs, découvrant en Vincent Mounier, ex- guitariste de L'Affaire Louis Trio et en Mathieu Rabaté à la batterie l'assise rythmique idéale selon lui pour célébrer son retour au rock. Quant à Mako aux programmations, il est devenu un collaborateur indispensable qui a accompli un énorme travail en réarrangeant à la sauce rock tous ses succès électro des débuts. Le cap pour diriger ce huitième album, Etienne le doit à la figure légendaire de Phil Spector, le fameux ingénieur du son signataire de ce qu'on nomme aujourd'hui "le mur du son" et qui se traduit justement par une gestion de l'espace sonore ne laissant aucun vide s'installer par un empilement des couches sonores les unes sur les autres, ce qui aboutit à un son massif révolutionnaire dans les années soixante. Le titre "Réévolution" reproduit ce mur du son de façon étonnante et, encore mieux, le tubesque "Talisman", sans doute le titre le plus entraînant d'Etienne, au rythme irrésistible. Pour respecter l'énergie rock, le chanteur oblige ses musiciens à répéter ensemble en studio avant d'enregistrer chaque titre en une ou deux prises seulement, dans les conditions d'un live, c'est-à-dire que tout le monde joue ensemble dans le studio, pas isolément dans son box.
Fidèle à sa démarche habituelle, Etienne DAHO propose à nouveau deux duos : le premier accueille pour la première fois dans sa discographie Charlotte Gainsbourg qui envisage à l'époque de se remettre à la musique parallèlement à sa carrière de comédienne. "If" est avant tout un exercice de style, presqu'un pastiche où le chanteur écrit des paroles inspirées de la verve d'un Bobby LAPOINTE, sauf que la présence de Charlotte invite à faire un autre rapprochement musical. Avec ses rimes en "if" virtuoses, la chanson évoque un titre de Serge GAINSBOURG qu'il avait composé pour Françoise HARDY, "Comment te dire adieu?" et dans lequel la virtuosité consistait à créer des rimes exclusivement en "ex". A ce jeu, Etienne se montre l'égal de Serge GAINSBOURG, et l'emporte même d'une coudée dans la mesure où "If", au-delà de son caractère ludique, décrit avec force et inventivité un personnage que l'on devine pervers narcissique. Les paroles sont loin donc de la futilité attendue et dégagent une poésie corrosive surprenante. Même si cela n'a pas été le cas, ce titre avait tout pour devenir un succès.
Quand Corps & armes évoluait dans le rythme lent propre aux ballades, en ne contenant qu'un seul titre up-tempo, Réévolution inverse les rôles en ne livrant que deux ou trois ballades diluées dans un océan de rock. Mais ces ballades contribuent à la qualité de l'album, que ce soit "Le jour et la nuit", "Les jalousies" et "Les liens d'Eros" où Etienne explore de nouveau, avec un grand talent, la sensualité et l'érotisme qui l'habitent depuis toujours. Malgré une instrumentation qui redonne le premier rôle aux programmations électro, le résultat respecte le cahier des charges du "mur du son". Ces mélodies langoureuses, voire mystérieuses, sombres et somnambuliques, offrent la facette onirique du chanteur. De belles réussites, n'en déplaise aux détracteurs des ballades. "Les liens d'Eros" voient Etienne chanter en duo avec Marianne FAITHFULL, son idole. C'est elle qui introduit la chanson en récitant un extrait du roman "La Vénus en fourrure" de Sacher-Masoch, l'écrivain ayant donné son nom à cette perversion qu'est le masochisme, ouvrant ainsi les rideaux aux univers sado-maso que décrivent les paroles. Le choix de Marianne FAITHFULL devient une évidence lorsqu'Etienne apprend que Sacher-Masoch n'est autre que l'arrière-grand-père de la chanteuse anglaise, ex de Mick Jaegger.

Réévolution ne révolutionne pas la discographie d'Etienne DAHO, il l'enrichit simplement d'un opus très solide ne souffrant d'aucune baisse de régime ni d'aucun faux pas. Pas un album majeur. Un bon album.

A lire aussi en ROCK par AIGLE BLANC :


The WAR ON DRUGS
A Deeper Understanding (2017)
10 sublimes ballades introspectives




MIRANDA SEX GARDEN
Iris (1992)
Un spleen pervers, rageur et sulfureux


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Etienne Daho (chant)
- Vincent Mounier (guitare)
- Mathieu Rabaté (batterie)
- Mars (guitare basse)
- Christian Fradin (claviers)
- Mako (claviers, programmation)


1. Retour à Soi
2. Réévolution
3. L'orage
4. If
5. Les Remparts
6. Vis-à-vis
7. Le Jour Et La Nuit
8. L'inconstant
9. Les Jalousies
10. Talisman
11. Les Liens D'eros
12. Au Jack Au Mois D'avril



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod