Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE / POP ELECTRO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lara FABIAN - Papillon (2019)
Par BAKER le 13 Mars 2019          Consultée 334 fois

Ainsi il ne se sera pas agi que d'une passade. Camouflage était un album spécial, très électro, avec un style de chansons tout à fait inédit pour Lara, et l'on avait mis cela sur le compte du changement de langue, mais non, il va falloir se faire à l'idée : Lara FABIAN a opéré une mue définitive. Elle fait désormais dans la pop électro la plus pure, la plus simple. La plus putassière, direz-vous. Ce n'est pas faux. Ce n'est pas honteux. Ce n'est même pas mal.

Le titre d'introduction vous met les points sur les i : nombreuses couches de synthé, prod brickwallée avec beaucoup d'effets à la mode, voix trafiquée, et... pré-refrain accrocheur, refrain qui rentre dans la tête. Voilà un titre qui n'est pas extraordinaire, mais qui mérite totalement sa place dans une station de radio moderne tout en aguichant l'auditeur. Je ne parle même pas du côté un peu expérimental de la prod, avec par exemple ce pont qui ne déparerait pas sur un CHROMA KEY, mais bien du mélange efficacité / mélodicité : Lara n'est pas la meilleure artiste du monde dans ce domaine, mais c'est désormais SON domaine, et elle n'en démordra pas.

Car sur 11 titres, il n'y en a que deux qui sortent un peu du lot et reviennent à quelque chose de plus classique : la moyenne "Je ne t'aime plus", où Lara retrouve son gosier hurleur et une ambiance piano/voix/spleen qui rappelle trop "L'oubli" en moins bien, et la très jolie "Alcyon" qui finit le disque (de façon radicale d'ailleurs) avec une mélodie apaisante. Le reste, c'est synthé-disco-synthé-disco-synthé. "Je suis à toi", gros single baveux, est par exemple un essai sans honte et sans reproche de s'approcher de ce que DALIDA ferait si elle était encore en vie. Ah, ces strings tous trémolo dehors ! Peut-on faire plus commercial ? Non. Mais encore une fois, le refrain vous prend par la taille.

C'est une constante sur cet album : des chansons bonnes ou correctes et d'autres plus anecdotiques, mais un gros nombre de refrains qui vont droit au but. Des refrains qui, encore plus que sur Camouflage, auront tendance à parfois se ressembler, mais l'album étant d'une durée impeccable, vous n'aurez pas le temps, ou si peu, de vous ennuyer. Les agréables surprises se ressemblent, mais se suivent : "Changer le jeu" qui va allègrement piétiner la pelouse des DAFT PUNK, l'étrangement hypnotique "Superman", qui a tout d'un classique instantané, sans compter les deux plus grosses réussites du disque, un "Alien" qui mélange un riff à la "Superstitious" de Stevie WONDER et un refrain tubesque en diable, et un "Sans ton amour" qui à lui seul résume bien l'équation : refrain génial et hyper-accrocheur pour couplet un peu indigent, avec guitare gitane clichée et autotune trop voyant.

Car au-delà du renouveau stylistique et de l'indéniable efficacité des refrains dans leur immense majorité (seule "Pardonne" ne fonctionne pas du tout, ce qui nous laisse 10 refrains prenants sur 11), ce disque se caractérise par deux défauts qui gâchent franchement le plaisir. D'abord, ce Papillon me rappelle beaucoup Believe in Nothing de PARADISE LOST : des chansons truffées de programmations et au format pop clair et précis, mais très formatées, limites inachevées, avec beaucoup trop de chansons claquant la porte au nez de l'auditeur, la dernière comprise. Ce qui ajoute à l'efficacité mais peut frustrer parfois.

Et puis, il y a l'autotune, et ce qui était rigolo sur Camouflage peut franchement rebuter ici. Je sais, FABIAN peut largement utiliser l'alibi de la prod électro pour justifier d'effets sur la voix ça et là, mais en l'occurrence c'est trop souvent, trop fort, trop mal. Rien que "Papillon" va trop vite chasser sur les terres de RIHANNA ou Katy PERRY, mais lorsque Lara change de voix, comme sur le final plus doux de "Pardonne", c'est justement impardonnable. Il faut savoir raison garder. Il n'empêche que Papillon, malgré ses défauts, se présente plus comme un plaisir coupable qu'autre chose, avec cette propension qu'ont les refrains à revenir sous votre douche plus vite que le savon. Un changement de carrière intéressant, un disque somme toute correct, et du boulot devant elle pour dégrossir tout ça et s'affirmer définitivement.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Patrick BRUEL
Alors Regarde (1989)
Du tube à foison




Eddy MITCHELL
La Même Tribu, Volume 1 (2017)
Quand Eddy montre comment s'élabore un vrai tribut


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. Papillon
2. Je Suis à Toi
3. Changer Le Jeu
4. Par Amour
5. Je Ne T'aime Plus
6. Alien
7. Pardonne
8. Superman
9. Sans Ton Amour
10. L'animal
11. Alcyon



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod