Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lara FABIAN - Toutes Les Femmes En Moi (2009)
Par BAKER le 8 Mai 2019          Consultée 414 fois

Vous noterez à quel point les accidents tombent chaque fois au plus mauvais moment. Ce n'est pas qu'il y ait un bon moment de toutes façons, mais c'est toujours quand vous êtes dans le crottin jusqu'au cou que le destin décide de vous piétiner. En 2009, Lara FABIAN est séparée de Jean-Félix LALANNE, elle s'est remise avec mon très cher et très grand ami Gérard Pullicino, elle n'a rien sorti depuis 4 ans, son plus long hiatus, et elle revient avec... un album de reprises. Le féminisme acharné bien serré en bandoulière, Lara jette sauvagement à la face du monde ses versions d'hymnes popularisés par de grandes interprètes. Le résultat ? Un affreux accident industriel.

Pourtant, l'album débute bien par une reprise inattendue du "Soleil soleil" de Nana MOUSKOURI : ensoleillée effectivement cette version, sympathique, qui permet de redécouvrir cette jolie chanson oubliée. Ca passe tout seul. L'album finit bien aussi, avec ce gospel pas assez fiévreux mais correct, retenant la leçon du final de "I've Cried Enough", avec un orgue absolument sublime. Mais entre ces deux passages, c'est un festival de ratages. Par orgueil, par paresse, par gourmandise, par jalousie : ce disque, c'est le Se7en de Lara FABIAN, sauf que c'est elle qui pêche et c'est nous qui trinquons.

Du BARBARA en mode funk trip-hop ? Sûr, ça va comme un gant à "Göttingen", qui ici ressemble à une cover bizarre du "Géant de papier" de Jean-Jacques LAFON. Même la version de BRUEL se montrera supérieure. "Mamy Blue" urbanisée avec une scansion typiquement Lara ? Nul. Il y a autant d'émotion que dans un bulletin météo de RMC. Et puis ce changement d'accord sur le refrain, ça vous aurait écorché le faciès de conserver l'ancien ? Le refrain est répété, donc y'avait de la place. "Une femme avec toi", ça aurait pu passer... jusqu'à l'inclusion de choeurs pétassiers (oui oui, pEtassiers), sussurant telles des mûlatresses libidineuses "fêêêêêûûûûûâââââââmmmmmmmm !". C'est vulgaire, déplacé, choquant. On dirait LALANNE torché au vodka gin. Non, pas Jean-Félix.

Vous aimez la cervelle qui gicle sur le bitume ? Attendez, il y a pire. "Il venait d'avoir 18 ans" de DALIDA : fingersnaps r'n'b, scansion à la AZNAVOUR en mode escargot baveux, harmonies soit simplifiées soit urbanisées, chant tellement hurlé qu'on ne comprend pas certains mots, c'est la fête à neuneu ! "L'amour existe encore", jolie chanson au départ, est traitée sur le mode slow de l'été "Sister Jane" / "Dreams" ! Non quoi, c'est pas mauvais, juste moins bandant qu'un flan aux oeufs sans oeufs. On parlait de la fin du disque en mode gospel : on ne va pas revenir sur la première partie de ce qui est censé être une version de "L'hymne à l'amour" qui bascule dans un portnawak hallucinant, du Jackass dans la façon de bien faire la connerie jusqu'au bout, sans froid aux yeux. Enfin, que dire du massacre de "Message personnel", à mi-chemin entre DIAM'S et Aya NAKAMURA, sinon que si Alan PARSONS avait pompé cette version pour Eve, à l'heure qu'il est il serait en train de préparer le café pour le second assistant ingénieur Protools de Kenji GIRAC.

Bon, pour être franc, tout n'est pas nul. "Ca casse" de MAURANE passe bien, la version ballade épurée de "Nuit magique" n'a évidemment pas la force de l'originale mais est très correcte, "12 ans" de Diane DUFRESNE possède toujours un texte fort et moderne. La chanson inédite TLFM préfigure hélas la variétoche gitane qui actuellement pourrit notre top 50, mais si on met de côté le pont en spoken text redoutable de putasserie mal placée, on doit admettre que le refrain est bon. Enfin, meilleur titre du lot, "Amoureuse" de Véronique SANSON est traitée de façon si radicalement différente, plus froide, plus éthérée, plus dreampop, que ça en fait carrément une autre chanson, et une très intéressante si on oublie l'originale.

Ca ne suffira pas à sauver un disque enregistré pour de mauvaises raisons de la mauvaise façon pour le mauvais public. Même la bonus track réservée aux achats digitaux (krizdudisk), à savoir une version passée au chinois plus au laminoir de "Babacar", montre une Lara à côté de la plaque, totalement dépourvue de ses atouts habituels, et obligée de ne pas trop gueuler sous peine d'être moquée par les médias (...et moquée elle aura été, pourtant). Prétexte léger pour sortir un DVD live que je n'ai jamais vu après 8 ans d'achat (véridique), TLFM est un concept foireux qui est, à la fois techniquement et artistiquement, sans aucun doute possible le point le plus bas de la carrière de notre belle belge. A éviter et, plus grave, à oublier.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Art MENGO
Un 15 Août En Fevrier (1990)
Une étoile est née !




Emmanuel MOIRE
Le Chemin (2013)
Révélation de l'année.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. Soleil Soleil (nana Mouskouri)
2. J'ai Douze Ans (diane Dufresne)
3. Amoureuse (véronique Sanson)
4. Göttingen (barbara)
5. Il Venait D'avoir 18 Ans (dalida)
6. Mamy Blue (nicoletta)
7. Une Femme Avec Toi (nicole Croisille)
8. Ca Casse (maurane)
9. L'amour Existe Encore (céline Dion)
10. Message Personnel (françoise Hardy)
11. Toutes Les Femmes En Moi
12. Nuit Magique (catherine Lara)
13. L'hymne à L'amour (edith Piaf)
- bonus Track Version Digitale
14. Babacar (france Gall)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod