Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lara FABIAN - Camouflage (2017)
Par BAKER le 4 Janvier 2018          Consultée 2298 fois

Perdre son don / son matériel / ses capacités / son talent / son envie / son compte chèque (si) pour faire de la musique est une des pires choses qui puissent arriver à un artiste. Je ne parle pas des JUL et autres BB BRUNES qui n’ont jamais eu le matos dès le départ, hein, mais des gens qui avaient des qualités mais ont dû tout arrêter. Leur retour est généralement propice à des albums ou concepts particulièrement intéressants, car ils savent ce qu’ils ont failli perdre, ce qu’ils auraient pu ne jamais concrétiser. Atteinte d’un sévère traumatisme acoustique après son album "Le Secret" (NDLR : Nous aussi grâce au mastering dudit Secret), c’est-à-dire pile à un des moments les plus mal tombés de sa carrière, Lara était revenue sur la pointe des pieds avec un nouvel album gentil mais très inégal. On était loin de se douter qu’elle allait retenter l’expérience d’un album anglophone, elle qui semblait avoir définitivement tourné le dos à sa carrière américaine depuis des années.

On ne se doutait pas non plus que le résultat serait aussi inattendu.

Car qu’on aime cet album ou pas, il est impossible de nier une... non, deux évidences. La première, c’est que ça ne sonne pas comme du Lara FABIAN. Du tout. Ca ne sonne pas, ou très peu ("I’m breakable", "Choose"), comme la braillarde jadis moquée par les Guignols (du temps où cette émission était drôle. Certains d’entre vous n’étaient pas nés.), mais surtout ça ne sonne non plus ni comme "Le Secret", ni comme "Nue", ni, plus intéressant, comme aucun des albums en anglais de la dame. La seconde évidence, c’est qu’une fois qu’on a oublié que c’était Lara au micro, mais aussi à la compo (car là aussi elle s’est réinventée), nous sommes en présence d’un disque de variété internationale “lambda”, mais dans le haut du panier. La qualité globale est estimable, et la prod, mon dieu, la prod, elle n’a ABSOLUMENT rien à envier à SIA, Katy PERRY et autres LADY GAGA. De la grande classe, très racoleuse certes, mais parfaitement en adéquation avec le style, avec des synthés et effets vocaux tout bonnement splendides. Il faut aimer la pop contemporaine, évidemment. Mais dans son genre, c’est le must. Il manque juste un détail, mais il a son importance : où sont les gros solos de guitare miaulants et bien tire-larmes comme Lara les affectionnait ?

Sinon, dès le premier titre, un "Growing Wings" aussi lourd de sens textuellement que léger mélodiquement, la métamorphose est opérée : Lara reprend sa place là où elle l’avait laissée, aux côtés de Whitney, Céline et Mariah, cette fois avec un disque capable de rivaliser dans la même catégorie poids lourd. Certes, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais d’une part ils n’ont jamais rien demandé à personne, ces braves palmipèdes, et d’autre part, ça passe tout seul, comme l’eau au travers des roches. Petit bonus : c’est brickwallé, évidemment, mais la voix, ô miracle, ne sature pas ! Alors, voyez que c’est possible ! Et du coup, eh bien votre petit album, il se laisse écouter d’un bout à l’autre sans déplaisir aucun. A part "Keep The Animals Away", qui ne va nulle part, les titres se suivent et se ressemblent ; pas dans les mélodies, mais dans la qualité : "If I Let You" et son intro franchement excellente (Lara reste une compositrice très efficace), "We Are The Flyers" plus acoustique et rappelant Mariah CAREY période "Music Box", la mignonne ballade de (presque) fin "Perfect".

La dame cherche aussi le tube... et parfois l’effleure : "We Are The Storm" plein d’emphase, "I’m Breakable" un peu hurlé mais au refrain immanquable, et puis ce "Choose What You Love More" dont les arrangements symphoniques assez chiadés subliment la transpose... ah, la transpose de cette chanson, mais quelle putasserie au dernier degré ! Même à l’Eurovision, ça serait refusé. Et vous savez quoi ? Ben ça marche. Comme marchent (à peu près) "Chameleon" et "Communify", pourtant très proches de Katy PERRY notamment au niveau de ce son hideux de cuivres r’n’b 2010s. Et quand la mélodie ne suffit plus, ou pas, Lara s’amuse avec sa voix, comme jamais elle ne l’a fait auparavant ; oh, pas en hurlant, mais en chuchotant, en sifflant, avec de l’écho, de la réverb, des filtres, de tout. Derrière le savoir-faire assez froid et américanisé, car c’est bien de cela dont il s’agit, on sent le plaisir de créer en studio, un plaisir qu’on ne retrouve que dans bien trop peu de disques du genre. Pas extraordinaire mais très bien fichu et rarement ennuyeux, "Camouflage" est-il un bon album de Lara FABIAN ? On serait tenté de dire non, tant la jolie dame (quelle pochette, mazette !) est transfigurée. Est-il un bon disque de variété internationale ? Sans hésitation aucune, oui.

Note finale : 3,5 plus le demi-point pour efforts redoublés

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par BAKER :


BANDE ORIGINALE DE FILM
Rocky Iv (1985)
Dragoooooooooooooooo




STING
All This Time (2001)
Un dvd authentiquement fantastique.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. Growing Wings
2. Chameleon
3. If I Let You Love Me
4. Choose What You Love Most (let It Kill You)
5. We Are The Flyers
6. Painting In The Rain
7. Camouflage
8. I’m Breakable
9. Keep The Animals Away
10. We Are The Storm
11. Perfect
12. Communify



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod