Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lara FABIAN - Carpe Diem (1994)
Par BAKER le 26 Septembre 2018          Consultée 393 fois

On avait laissé Lara FABIAN sur le bord du quai, après un premier album relativement correct mais truffé de soucis et pas franchement enthousiasmant. Aussi, le progrès réalisé en trois ans ne peut que laisser pantois. Sorti en 1994 au départ uniquement dans la belle province, Carpe Diem s'affiche sur le papier comme une volonté de proposer une alternative francophone à Mariah CAREY (à l'époque où la dame faisait de vrais disques de vraies chansons). Putassier, mais après tout pourquoi pas. Ce qu'on ignorait, c'était à quel point le projet serait pertinent.

Carpe Diem : profite de ce jour. Et Lara FABIAN de prendre la devise au pied de la lettre. On a l'impression d'écouter un best-of, alors qu'il ne s'agit que de son second album. Ce qui impressionne dans ce disque, c'est à quel point il est bien fichu. Il a un bon début, une vraie fin, des chansons de relance, de la dynamique. Ballade à se pendre, pop guillerette, gospel, les styles vont et viennent au gré des humeurs et si l'on ne prend pas trop attention aux textes (je t'aimais, tu m'as quittée, connard - X-JAPAN ne fait pas mieux), la musique entraîne l'auditeur de mélodie en mélodie avec un aplomb assez incroyable.

Le titre d'ouverture donne le ton : c'est effectivement du Mariah CAREY de l'époque. En un poil plus mélodique. Et avec une simplicité apparente cachant des arrangements franchement réussis : le bond en avant par rapport à un premier album pataud est colossal. Il y a de la finesse mêlée à de la grosse efficacité made in USA. Les choeurs, les licks de guitare, et surtout les harmonies : trois accords ? Hum, pourquoi pas, mais une douzaine c'est mieux, et laissons les musiciens jouer autour. Musiciens qui sont impeccables, dans le genre. De petite sucrerie charmante ("Il Existe Un Endroit") à dépaysement à moindres frais ("Leila", mini-tube dont la fin chorale mérite des éloges), de brûlot pop-rock à la TOTO ("Ramène-Moi", aux harmonies méchantes et pourtant évidentes) à uptempo vif et très américain ("Saisir", plein d'énergie jusqu'au batteur qui termine la chanson à la Jeff PORCARO), la grande majorité des chansons mettent un sourire sur le visage.

Un sourire parce que c'est bien fait, pas parce qu'on fait tourner les serviettes : l'humeur n'est pas toujours à la gaudriole. Dans le genre, on sera stupéfait par l'audace de FABIAN qui se permet de reprendre "Je Suis Malade" : fallait des couilles, si j'ose dire, pour s'attaquer à un tel monstre. Le résultat est moins bon que l'original, évidemment ; elle hurle un peu trop, mais en même temps, elle reprend Serge LAMA, pas Kevin MOORE. Le final à la Gilbert BECAUD des grands jours est digne d'éloges.

Lara pose également dans ce disque méconnu deux de ses futurs succès. "Pas Sans Toi" joue la carte du piano/voix, et à force de travail sur les harmonies et de sincérité, elle accouche d'une vraie belle chanson dans le genre, qui n'a pas besoin de plus pour toucher. A l'inverse, elle donne tout ce qu'elle a dans un "Si Tu M'Aimes" anthologique. C'est brillant, la production est énorme et ne recule devant aucun effet, la mélodie est un tube planétaire, en trois minutes trente la messe est dite. Celui qui n'éprouve pas un petit frisson dans la colonne vertébrale lorsque la guitare solo est doublée à la tierce doit être un peu mort au fond de lui. Enorme chanson, qui aurait pu faire une fin splendide, mais plombant le moral plus sûrement qu'un 12.7 plombe un pigeon.

Surprise, Lara finit sur une chanson optimiste. En anglais, donc rafraîchissant les oreilles, avec un choeur gospel bigger than life, c'est une fin parfaite. Et c'est là qu'on se rend compte qu'il n'y a pas grand-chose à redire sur ce disque : il est très varié, la tracklist est magnifiquement étudiée, la production foisonnante et très loin du semi-cheap des débuts, Lara module sa voix, est crédible en gospel et soul, on passe du trémoussage de fesses aux larmichettes, et surtout, surtout, il n'y a pas UNE chanson mauvaise, ni même un peu filler, toutes ont quelque chose à dire, et si le texte est un peu gnangnan, la musique rattrape toujours. Dans le domaine de la variété française, l'air de rien, c'est un disque extrêmement agréable, qui passe tout seul et a un gros goût de revenez-y. Une belle surprise !

Note finale : 4,5/5 que je monte à 5 parce que... parce que.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Eddy MITCHELL
Le Cimetière Des éléphants (1982)
Et si abandonner le rock avait été sa salvation ?




Eddy MITCHELL
Seul (1966)
Le premier vrai tournant de sa carrière.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Lara Fabian (chant, choeurs)
- Rick Allison (claviers, prog)
- Dave Pickell (claviers, prog, choeurs)
- Stan Meissner (claviers, prog, guitare)
- Pierre Grimard (piano)
- Richard Marx (prog)
- Bruce Gaitsch (guitare, prog)
- Alain Leblanc (guitare)
- Marc Langis (basse)
- Dominique Messier (batterie)
- Tom Colclough (saxophone)
- Catherine Léveillé (choeurs)
- Dominique Faure (choeurs)
- Julie Leblanc (choeurs)
- Monique Paiement (choeurs)
- Kim Richardson (choeurs)
- Michael Dozier (choeurs)
- Roxanne Potvin (choeurs)
- Vincent Potel (choeurs)


1. Puisque C'est L'amour
2. Tu T'en Vas
3. Leila
4. Il Existe Un Endroit
5. Je Suis Malade
6. Je Vivrai
7. Au Loin Là-bas
8. Ramène-moi
9. Pas Sans Toi
10. Dites-moi Pourquoi Je L'aime
11. Saisir Le Jour
12. Si Tu M'aimes
13. Bridge Of Hope



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod