Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON, ART-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lara FABIAN - Le Secret (2013)
Par BAKER le 27 Juin 2019          Consultée 521 fois

Sacrés rock-critics ! Certains sont si prévisibles que c'en devient drôle. Tenez, prenez le cas épineux du rock progressif. Mot vulgaire, genre sur lequel la majorité des critiques ont déféqué pendant vingt ans, sous-bâtard musical qui ne devrait pas exister, n'aurait jamais dû exister et ne devrait jamais réexister, sous la plume de belles âmes promptes à dénoncer à tour de bras le révisionnisme et l'étroitesse d'esprit. Lorsque ces Zorro de trous-d'homme se mettent à encenser des RADIOHEAD ou SIGUR ROS qui il est vrai fricotent d'un peu trop près avec l'ennemi, on se met à citer la sauvagerie iconoclaste de KING CRIMSON, l'élégance de Peter HAMMILL, un petit passage par la case "débuts de BOWIE", à la rigueur un zeste d'école de Berlin et de Zeuhl, et ça fera la rue Michel à moindre frais.

En revanche, quand Lara FABIAN a le malheur de citer brièvement l'influence du rock progressif pour "Le Secret", on a droit au piano tournant de Keith EMERSON, à la cape de Rick WAKEMAN, et que fort heureusement ce courant musical de merde a été décapité à tout jamais depuis le punk. Ouf ! Sauvés. Pour un peu, la fashion police allait nous pécho la main dans le pot de confiote de 45 tours de MARILLION période FISH, dites donc.

Tout ça pour dire que Le Secret n'est pas un album de rock progressif stricto sensu, de près ou de loin. Lara en a emprunté l'utilisation de thèmes leitmotivs (parfois subtils), la production foisonnante et cinématographique (bruitages divers, ambiances, reprises orchestrales), l'arrêt soudain de chansons et l'autorisation de délirer sur quelques rythmes pas tout à fait réguliers. En résulte un album... difficile. Franchement difficile à chroniquer, je l'avoue, même après plus de dix écoutes. Car difficile à écouter, difficile à comprendre, difficile à apprécier à sa juste valeur. Difficile ; pas impossible.

Lara fait dans le grand. Grandes mélodies, souvent échappées de son projet avec Igor KRUTOY : "La vie est là" qui termine le disque 1 avec la batterie lourde de Vinnie Colaiuta, l'explosion de "Ce qu'il reste", le pont avec les guitares de "L'enfant du Gwenved" entre les IRON MAIDEN prog et QUEEN des vertes années. Grandes surprises, avec la voix archi-traitée d' "Amourexique" presqu'anxiogène, le couplet de "Je t'appelle" qui fait, croyez-moi, totalement IQ, le refrain archi-heavy d' "Un ange est tombé" ("Bruce a enregistré toutes les guitares dans ma salle à manger" dixit Lara, euh je peux venir bouffer ?), et puis, bonne peut-être pas mais surprise, "P...n de grand amour" où Lara parodie sciemment BIZET et DUKAS avec des orchestrations aussi foisonnantes que kitsch.

Mais elle donne aussi dans la grande durée, et il faut avouer que ce Secret est un peu trop long. Le second disque se traîne un peu de ballade en ballade, non pas que ce ne soit pas joli, la majorité du disque est franchement très agréable... et c'est peut-être ça qui semble étrange et rend l'album délicat à chroniquer, écouter, partager : c'est bien mais juste bien. A part dans les rares moments les plus fous, le disque reste un peu trop sage. Pourtant, la production est extraordinaire, avec des détails dans tous les coins, les morceaux sont tous reliés entre eux par des segue fort intéressants, l'album en tant qu'oeuvre d'art se tient très bien. Vous avez un whistle et des tablas sur "Que j'étais belle", des arrangements et mélodies de tendance clairement MOZARTiennes sur "Mirage", le piano de COLDPLAY et la guitare de "Soon" de YES sur "Kalpataru", du Jeremy SOULE light sur le pont final... Bref l'amateur de musique a de quoi se faire les dents.

Et c'est peut-être cela le souci de Le Secret : pour une fois, c'est l'amateur de Lara FABIAN telle qu'on la connait qui risque d'être déçu. D'une part car il y a beaucoup de bonnes mélodies épiques, mais très peu qui restent dans l'oreille et le crâne de façon durable. Pas qu'elles soient décevantes, mais encore une fois, difficiles. Le rythme du disque, comme on l'a vu, n'aide pas à apprécier les qualités à leur juste valeur. Mais surtout, cet album plus encore que ses proches frangins est desservi par un mastering calamiteux. La production ample est un peu écrasée, l'écoute des 80 minutes à la suite fatigue vite, et la voix grésille et agresse les tympans même lorsqu'elle est douce. J'imagine un anti-FABIAN primaire qui tombe sur "La vie est là", fou rire garanti, et c'est dommage.

Ardu, très ambitieux, avec la compositrice principale Janey CLEWER qui est ici à Lara ce que Jim STEINMAN est à MEAT LOAF, Le Secret est un bon disque, franchement. En double vinyle, avec donc une pause toutes les 20 minutes et un mastering non cochonné, il serait encore meilleur. Et ce disque me fait un peu penser à Calling All Stations de GENESIS : cette association FABIAN / CLEWER est en l'état très agréable, elle aurait mérité un second essai encore plus grandiloquent. A une époque où la production française commence à drastiquement épurer son propos, quitte à ne produire que du creux, Lara a joué la carte opposée. Curieusement, bien que pas toujours bien accueilli ni compris, le disque sera un succès de vente.

A croire que des imbéciles ont acheté l'album juste parce qu'ils ont lu "rock progressif" dans un canard. Je vous jure ma bonne dame, où va l'humanité avec des branquignols pareils ? Manquerait plus que ces zozos parlent du disque par la suite.

Note finale : 3,5 / 5 . J'ai longtemps hésité à mettre 3 étoiles pour rendre justice à Lara et comparer son disque non pas à ses autres albums, mais aux Himalayas de la pop-art-prog auxquels elle essaie de ressembler. Mais je vais mettre plutôt 4 étoiles, parce que moi aussi, j'ai un 45 picture disc de Kayleigh, et même pas planqué sous le matelas.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Eddy MITCHELL
Racines (1984)
Album mythique, bicéphale et culte




Julie ZENATTI
Blanc (2015)
Cette fois c'est la bonne


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Lara Fabian (chant, choeurs)
- Janey Clewer (claviers, prog, choeurs)
- Manu Pitois (claviers, prog)
- Flavien Compagnon (piano)
- Bruce Gaitsch (guitare)
- Yves Loiselles (basse)
- Kurt Howell (prog)
- Vinnie Colaiuta (batterie)
- Pascale Croft (violon)
- Mélissa Lavergne (percussions)
- Cindy Angelini (choeurs)
- Marianne Matthieu (choeurs)


1. Le Secret
2. Danse
3. Amourexique
4. Un Ange Est Tombé
5. Je T'appelle
6. Mirage
7. Que J'étais Belle
8. La Vie Est Là
9. Je Rêve D'une étoile
10. Kalpataru
11. Deux Ils, Deux Elles
12. Ce Qu'il Reste
13. P... De Grand Amour
14. Il Est Lune
15. Mon Désir
16. L'enfant Du Gwenved
17. I Am A-wa



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod