Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Gérard LENORMAN - Caroline (1975)
Par WALTERSMOKE le 30 Septembre 2019          Consultée 848 fois

Lorsque j'ai découvert la discographie de Gérard LENORMAN, j'avais une certaine appréhension, en écoutant les deux premiers albums studio. C'étaient des albums sympathiques, mais bourrés de défauts et aux chansons vraiment sympas mais pas impérissables et encore moins éternelles. Et toute une disco de cet acabit, croyez-moi, ce n'est pas jojo. Mais fort heureusement, la pioche fut heureuse, car ce que beaucoup trop de gens ignorent de Gérard LENORMAN, plus encore que d'autres grands noms de la chanson française, c'est qu'il a sorti des albums vraiment remarquables entre 1975 et 1978, formant ainsi une sorte d'âge d'or. Caroline est le premier d'entre eux.

L'album commence pourtant mal avec le morceau qui lui donne son titre officieux. "Caroline" est en effet un morceau presque entièrement instrumental, très enjoué et témoignant de l'amour que Gérard LENORMAN voue à sa femme, précisément nommée Caroline. Alors, c'est gentil, mignon, et caetera, si vous voulez. Moi, j'entends la mauvaise B.O. d'un mauvais film érotique dont Just Jaeckin avait le secret au milieu des années 70. Un mauvais départ, et c'est d'autant plus à signaler qu'il signe pourtant le retour de LENORMAN comme auteur-compositeur. Fort heureusement, le reste de l'album est foncièrement meilleur. Le chanteur s'est en effet entouré d'une équipe de compositeurs renouvelée : exit les frères Seff par exemple, bonjour Jean-Michel Jarre et Didier Barbelivien. Le premier, qu'on ne présente plus et de loin, a sans doute profité de sa renommée en tant que parolier acquise chez CHRISTOPHE, mais c'est bien en tant que compositeur qu'il travaille ici. C'est lui derrière "La fille que j'aime", une chanson assez classique mais quand même dotée d'arrangements intéressants – et puis ces vents, quel délice ; mais c'est aussi lui derrière "La Belle et la Bête", à la musique si irrésistible et si... oui, si connue ? Normal si vous connaissez J-M.JARRE avant LENORMAN : elle a été réutilisée en 1986 pour devenir "Rendez Vous II" ; n'oublions pas que le génie français de la musique électronique a toujours été un gros adepte du recyclage. Mais pour en revenir à la version de LENORMAN, voilà une chanson dramatique et épique de son répertoire, qui se donne les moyens de ses ambitions.
Quant à Barbelivien, c'est une sommité de la chanson française, mais c'est un peu comme Boris Bergman : pas le genre de type à qui l'on pense quand on cherche de la grande chanson française. Et pourtant, "Et moi je chante", coécrite avec LENORMAN, se place en complainte romantique et toujours aussi touchante, avec des paroles bien écrites ; on n'en dira pas autant de "Marie", l'autre duo Barbelivien-Lenorman, sorte de country (eurk) comique dont on se passera.

Du reste et chez ceux qui ont déjà travaillé avec LENORMAN, il reste encore de belles choses. Très belles même, voire trop avec "Vénus ou bien Venise". Sans rire, cette composition de François Bernheim, qui vise clairement la quintessence de la balade romantique française des années 70, n'est qu'un bel écrin aux paroles si belles de Pierre Delanoë, interprétées par un Gérard LENORMAN en état de grâce. Toujours du côté de Delanoë, "On pourra partir" se veut bouleversant et y parvient un peu, toujours grâce aux paroles et à l'interprétation, même si la musique est un poil trop chargée, notamment au refrain ; "Une petite fille modèle" est plus joyeux et il est plaisant d'entendre les désirs d'une fille qu'on pourra qualifier de « progressistes », et dénotent avec les clichés sexistes auxquels on aurait pu s'attendre.

Que du bon donc, sur Caroline ? Oui quand on écoute le final, "Bonjour les petits enfants" : Gérard LENORMAN s'y fait féroce dans un récit drôlement violent (c'est relatif) ; non quand on écoute "Je vous écris", semblant dépeindre une relation de domination masculine – ça, ou bien LENORMAN se met dans la peau d'un fan obsessionnel, ce qui rendrait la chose alors cohérente et acceptable. Mais dans l'ensemble, Caroline est vraiment ce qu'on peut appeler un superbe album, qui profite qui plus est d'une production de plus en plus bonne, et tout cela est dû à des efforts collectifs permettant à LENORMAN d'exploiter son talent avec brio. Un naze ringard ? Mais bien sûr. Et la Terre est plate aussi, tant qu'à faire.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


France GALL
France Gall (1976)
La France ressuscitée...




Michel BERGER
Pour Me Comprendre (2002)
Une bonne compile pour un triste anniversaire


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Caroline
2. Vénus Ou Bien Venise
3. Sur Le Chemin De La Vie
4. La Fille Que J'aime
5. On Pourra Partir
6. Et Moi Je Chante
7. La Belle Et La Bête
8. Une Petite Fille Modèle
9. Marie
10. Je Vous écris
11. Bonjour Les Petits Enfants



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod