Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Gérard LENORMAN - Les Matins D'hiver (1972)
Par WALTERSMOKE le 22 Septembre 2019          Consultée 1204 fois

Au bout de 4 ans de carrière professionnelle, et alors qu'il jouit déjà d'une petite renommée, Gérard LENORMAN sort en 1972 son premier album studio à proprement parler. Un vrai départ solo, dont on n'attend pas forcément grand-chose, pour être honnête – du moins fut-ce mon cas lors de sa découverte. Après tout, on parle d'un chanteur plutôt gentillet, au charisme vocal bancal et dont les chansons déjà sorties n'ont vraiment pas marqué grand-monde. Et là, avec un tel départ, vous vous attendez peut-être, ami(e)s lecteurs et lectrices, à ce que je parle en fait d'un vrai départ canon, jurant avec l'image qu'on se fait de LENORMAN.

Espoir déçu. Mais espoir quand même.

Les matins d'hiver a tout du bon premier album, en vérité. Ici, LENORMAN, purement interprète, s'entoure d'une première équipe de compositeurs restreinte mais efficace : le plus gros est écrit par les frères Seff, mais interviennent aussi Michel Jonasz (oui oui) et Guy Skornik, qui signera le premier succès du chanteur : "Il". À l'origine sorti en face B du single "Rien n'est plus beau" (la chanson précisément co-écrite par Jonasz), c'est un cas d'école typique de la chanson française moyenne (ou standard, si vous préférez) des années 70 : à prendre ou à laisser, donc. C'est aussi une carte de visite efficace : bienvenue chez Gérard LENORMAN, adepte de la nostalgie, de la nature et des bons sentiments, et qui chante tout ça avec une voix typique et touchante car investie. Verdict ? Le haut du panier de l'album, accompagné par d'autres chansons.
"Rien n'est plus beau" est une ballade sensible, un peu niaise mais n'arrivant pas à sombrer dans le ridicule. La chanson-titre se prend à dramatiser le fantasme de l'écolier rêvant des tropiques, et ça marche : on se prend d'empathie pour ce texte habilement habillé par une musique émotive (même si rien ne surpasse les Alpes mais passons). Mais Les matins d'hiver, c'est aussi de l'énervement dans les arrangements, avec "La fête des fleurs" et "Waterloo", deux chansons dotées d'un orchestre agressif ; la première voit LENORMAN s'emporter dans un hommage à la nature et l'amour, tandis que la seconde calme un peu plus le tempo avec un récit belgo-napoléonien opposant des couplets guerriers et un refrain tendre. D'ailleurs, tant pis pour Erwin, mais je préfère ce Waterloo-là à celui d'ABBA. Na !

Le plus pénible cependant, c'est qu'un premier album comporte du mauvais, forcément. LENORMAN n'est pas encore tout à fait mature, et son chant est par moments risible, il faut se l'avouer – même si ça ne gâche pas forcément des chansons comme "Waterloo", par exemple. "De toi" présente une progression romantique au refrain franchement désagréable, sans compter le tout absolument gluant et donc détestable. "N'en parlez pas" n'est pas forcément raté, mais c'est clairement une chanson qui a très mal vieilli, tout comme "Le chemin", et d'autres sont tout bonnement oubliables ("Le petit prince", "Les jours heureux"). Et puis, il y a le cas "Love Song (À la tombée du jour)". Chanson terriblement belle et poétique, composition minimaliste efficace... objectivement, la meilleure chanson de l'album. C'est normal : c'est une reprise d'un morceau composé pour Elton John (album Tumbleweed Connection, 1970). Toutefois, le texte de Richard Seff est plus que correct, et la performance vocale de LENORMAN est à saluer.

On le répète : Les matins d'hiver, c'est un premier album. Gérard LENORMAN s'y (re)fait les dents avec talent, même s'il reste encore du chemin à parcourir pour vraiment faire de la belle chanson française. Mais c'est un premier album qui n'est pas prometteur, puisque des promesses, il en concrétise déjà ça et là. Il suffit donc de faire plus, numériquement parlant.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


France GALL
Live Théâtre Des Champs-elysées (1978)
Girls admitted only




Michel BERGER
Pour Me Comprendre (2002)
Une bonne compile pour un triste anniversaire


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Il
2. De Toi
3. La Fête Des Fleurs
4. Plus De Soleil (au Lever Du Jour)
5. Le Petit Prince
6. Rien N'est Plus Beau
7. Les Matins D'hiver
8. Le Chemin
9. Les Jours Heureux
10. N'en Parlez Pas
11. Waterloo
12. Love Song (à La Tombée Du Jour)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod