Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Gérard LENORMAN - Fiere Et Nippone (1985)
Par WALTERSMOKE le 24 Juillet 2021          Consultée 315 fois

Nous y voilà. Le nadir de Gérard LENORMAN.

Quelle catastrophe que cet album-là ! Très franchement, en dehors du remarquable La clairière de l’enfance (1980), on ne peut pas dire que les années 80 avaient franchement réussi à notre Gégé, mais là, on atteint franchement les tréfonds de ce que la variétoche franchouillarde peut proposer. Pourquoi, on s’en doute rapidement : on balance un truc à la va-vite en se disant que ça va marcher et puis c’est marre. Mais ça ne fonctionne pas comme ça.

Dans le cas de LENORMAN, la bête noire s’appelle Fière et Nippone. Mon Dieu Seigneur ! On voit que cet album date bel et bien des années 80, tant ce titre est désespérant de nullité d’un point de vue créatif. On dit que le plumage vaut rarement le ramage, que l’habit ne fait pas le moine, que sais-je encore… mais là, pour le coup, difficile de ne pas clouer au pilori l’album malgré toute la bonne foi dont on dispose. Rien ne va ici.

Rien ne va ici et je n’ai pas envie de détailler, mais par déontologie intellectuelle, il faut bien s’y plier un minimum. Tel une Rose perdue dans l’océan arctique, on s’accroche comme on peut aux bonnes choses. Objectivement, LENORMAN et ses compères ont cherché à faire un travail inventif et percutant : "Circus" est une (évidente) allégorie de la vie politique. "La nuit du chat" se veut sombre et inquiétante, la chanson-titre est finalement moins raciste que ce qu’on pouvait craindre. Oui, vraiment, il y a plein de bonnes intentions, et honnêteté oblige, il faut admettre qu’il y a eu pire, bien pire que ça à la même époque.

Cela dit, ce dernier argument est par défaut faible : en quoi un album moins mauvais que les autres est-il forcément bon ? En effet, pour le reste, c’est non. Les rythmiques utilisées sur Fière et Nippone, en plus d’être datées, sont banales et ennuyeuses à souhait, quand elles ne nous irritent pas. De facto, "Circus" se révèle risible et gênant, sans aucune subtilité quant à son thème, pendant que "Château de paille" et surtout "Naturel" sonnent comme de pâles copies d’AOR typiquement étasunien. Cocasse, quand on a sorti quelques années plus tôt Nostalgies (1979). La fin de l’album est vraiment oubliable, et au final, tout au plus peut-on s’attarder sur "La créature", rappelant les vieilles ballades de notre Gégé national.

Voilà. Fière et Nippone est vraiment le pire album studio de Gérard LENORMAN, et ce n’est pas pour rien. On peut avoir de la sympathie, voire de l’affection pour Le soleil des tropiques (1983), album mineur mais vers lequel on revient avec plaisir. Pas son successeur. Lui, on l’écoute deux-trois fois, on le rejette, puis on le ressort pour le chroniquer, et là, pas de miracle : il va reprendre la poussière.

Note réelle : 1,5/5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Françoise HARDY
Comment Te Dire Adieu (1968)
Quasi-perfection atteinte




Olivia RUIZ
Le Calme Et La Tempête (2012)
Le début de l'apogée ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Fière Et Nippone
2. Toujours Là
3. Château De Paille
4. La Créature
5. Circus
6. La Nuit Du Chat
7. Naturel
8. Les Mains Sur Le Volant
9. Vidéoscope
10. La Bonne Tête



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod