Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Suede
- Style + Membre : The Smiths

MORRISSEY - Vauxhall And I (1994)
Par NESTOR le 17 Avril 2022          Consultée 507 fois

En 1994, sept ans après la séparation de The SMITHS, le groupe qui lui a apporté la renommée, et après avoir sorti trois albums en solo, MORRISSEY est un artiste établi. Il a fait la preuve qu’il était à même de s’affranchir de l’ombre très pesante de son premier groupe pour acquérir une crédibilité et un succès commercial sous son propre nom. Pourtant, quelques textes maladroits et des provocations scéniques puériles lui mettent à dos une partie de la presse et du public qui le taxent de xénophobie.

Le chanteur traverse cette période de turbulence avec difficulté d’autant plus que les choses ne s’annoncent pas forcément sous les meilleurs hospices, en effet Mick RONSON qui avait produit le très bon Your Arsenal décède peu de temps après la sortie de ce dernier, ce qui oblige MORRISSEY à rechercher un nouveau Producteur. Ce coup du sort lui procure finalement l’opportunité de bénéficier des services de Steve Lillywhite qui possède déjà un CV impressionnant sur lequel figure U2, XTC, The ROLLING STONES, The POGUES, SIMPLES MINDS…). Il est possible celui-ci ait déjà travaillé avec MORRISSEY par le passé puisqu’il a mixé un des single de The SMITHS "Ask", tiré de la compilation The World Won't Listen (1987), mais rien n’est moins sûr.

Ce quatrième album, Vauxhall and I, lui permettra de retrouver et de conforter son statut d’artiste marquant de la scène Rock anglaise. Il faut dire, qu’il retrouve là une verve et une flamme que l’on ne s’attendait plus à retrouver chez lui. Dès les premiers accord de "Now My Heart Is Full" on est saisi par le soin apporté au chant : la diction est parfaite et l’implication palpable. Et comme au surplus, le groupe qui l’accompagne se montre très concerné et puissant, le résultat est assez saisissant et convaincant. Un constat qui s’applique également au plus enflammé "Spring-Heeled Jim". Et ce, bien que ce morceau soit un peu pénalisé par l’intégration de dialogues tirés du documentaire anglais We Are the Lambeth Boys (1959) de Karel Reisz qui suit la vie au sein du Alford House Youth Club. C’est un peu dommage car ce titre possède un allant combiné à des facettes plus sombres du meilleur effet.

"Billy Budd", porté par la basse très présente de Jonny Bridgwood, consacre une entame d’album de très haut niveau. MORRISSEY y apparait efficace, volontaire et inspiré. Le plus doucereux et romantique, tout au moins en apparence, "Hold On To Your Friend" est également à ranger parmi le réussites. On y retrouve cette Pop Rock organique extrêmement mélodieuse et maîtrisée qui est un peu la marque de fabrique du chanteur. Dans un mode
légèrement plus Rock, l’ironique "The More You Ignore Me, The Closer I Get" voit MORRISSEY durcir un peu le ton avec des guitares qui pourraient parfois évoquer OASIS.

Une ironie que l’on peut retrouver sur l’éthéré "Lifeguard Sleeping, Girl Drowning", une balade d’une noirceur candide et provocante dans laquelle une clarinette lancinante nous hypnotise sournoisement alors que MORRISSEY siffle cette histoire de nageuse qui se noie alors que le Maître nageur s’est assoupi. Surprenant et totalement envoutant. Tout comme, dans un autre registre, avec le plus sobre et sec "Why Don't You Find Out For Yourself", dans lequel MORRISSEY parvient également à nous amadouer, à nous ensorceler. Notamment grâce à un chant qui illustre à quel point le chanteur a travaillé pour se montrer aussi tranchant, aussi percutant.
On le voit, la réussite est indéniablement au rendez-vous de ce très bon album.

Tout au plus pourrait on reprocher à ce disque quelques titres ayant un côté un peu trop linéaire, comme c’est le cas avec le dispensable "I Am Hated for Loving". Et puis, peut-être un mixage qui ne fait pas toujours assez ressortir le chant, comme si le chanteur n’avait pas osé miser à fond sur cet atout qui est pourtant un des points fort de cet album. Un peu plus de sobriété dans les effets utilisé sur son chant et un mise en avant plus poussé de celui-ci aurait pu être une bonne idée. Mais cela n’est pas en mesure de minimiser la portée et la qualité de Vauxhall and I, qui va réimposer MORRISSEY comme une figure marquante de la scène Rock anglaise. Et, s’il pourrait manquer d’un peu de formes pour les amateurs de Rock direct, cet album devrait enchanter les aficionados de mélodies délicates et d’arrangements tout en finesse.
4.5/5

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


La SOURIS DEGLINGUEE
Granadaamok (1997)
L.S.D. toujours au top.




MOLODOï
On Est Là ! (live) (1993)
Un live qui permet enfin à molodoï de briller


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Morrissey (chant)
- Alain Whyte (guitare)
- Boz Boorer (guitare)
- Jonny Bridgwood (basse)
- Woodie Taylor (batterie)


1. Now My Heart Is Full
2. Spring-heeled Jim
3. Billy Budd
4. Hold On To Your Friends
5. The More You Ignore Me, The Closer I Get
6. Why Don't You Find Out For Yourself
7. I Am Hated For Loving
8. Lifeguard Sleeping, Girl Drowning
9. Used To Be A Sweet Boy
10. The Lazy Sunbathers
11. Speedway



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod