Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Suede
- Style + Membre : The Smiths

MORRISSEY - Southpaw Grammar (1995)
Par NESTOR le 18 Avril 2022          Consultée 450 fois

Vauxhall And I, son quatrième album en solo ayant reçu un très bon accueil, tant de la presse que du public, bien qu’il n’ait pas été à même de le promouvoir sur scène autant qu’il l’aurait souhaité, on se serait attendu à ce que MORRISSEY capitalise au plus vite cette renommée croissante. Et de fait, moins
de 20 mois plus tard, celui-ci nous revient avec Southpaw Grammar, ce qui pourrait légitimement nous faire penser que c’est effectivement le cas.

Pourtant, dès le premier morceau, "The Teachers Are Afraid of the Pupils", force est de constater que MORRISSEY a considérablement évolué et qu’il n’entend pas du tout proposer un Vauxhall And II !
En effet, ce titre, qui dure plus de onze minutes (une première pour le chanteur), ne possède pas la coloration romantique et sucrée qu’il affectionnait jusqu’alors. L’ambiance y est plus inquiétante, le son plus épais et plus rugueux. Terminé les guitares légères et claires, ici les arrangements sont complexes, torturés. Les guitares le sont tout autant, accompagnées de claviers et de violons qui confèrent aux propos du chanteur la profondeur et la grandiloquence requises. Un aspect certainement renforcé par le fait que l’intro de ce titre est très fortement inspirée (pour ne pas dire plus) du premier mouvement de la Symphonie n° 5 en D Minor de Dmitri CHOSTAKOVITCH (Op. 47).

La Pop-Rock n’est plus de mise et c’est à un Rock ambitieux et grondant que MORRISSEY nous convie. C’est étouffant, tortueux et cela nous emporte dans un univers étrange et malaisant, dont on ressort conquis. Avec "Reader Meet Author", MORRISSEY renoue un peu avec le style de The SMITHS. C’est enlevé, léger, facile d’accès. Une petite bulle de fraîcheur bien agréable qui se prolonge avec "The Boy Racer" qui, bien qu’un peu plus massif et rugueux, possède également des connections avec la première partie de carrière de MORRISSEY. Le chant est inspiré, la mélodie efficace et le refrain immédiatement mémorisable.

Mais après ces deux morceaux 'rassurants', MORRISSEY nous prend à nouveau à contre-pied. En effet, "The Operation" débute par pas moins de 2:20 minutes de batterie seule ! Plus de deux minutes de percussions vaguement tribales qui nous conduisent à un morceau nerveux terminé dans une ambiance noisy chargée de réverbérations et de riffs saturés. Le riff du très Rock "Do Your Best and Don't Worry" est particulièrement efficace et entêtant. Dans ce morceau, l’alliance du chant inspiré de MORRISSEY, de la batterie bien nerveuse et de guitares puissantes fait merveille.

De manière un peu paradoxale, au travers du final, mi-planant, mi-tribal de Southpaw, on trouve un groupe très organique, physique, éloigné de la pop légère et un peu frivole qu’affiche habituellement MORRISSEY. Cela pourrait faire penser aux longues pièces un peu hypnotiques de The CURE, période Disintegration (1989). De fait, les cinq dernières minutes de ce long morceau de dix minutes sont instrumentales.

Direct, organique, puissant, inspiré, Southpaw Grammar est à mon sens un sommet dans la carrière de MORRISSEY. Le chanteur parvient à conserver un lien avec son passé artistique ("Reader Meet Author", "The Boy Racer"), tout en s’autorisant une grande liberté pour explorer d’autres domaines bien plus complexes et surprenants, à l’image des deux pièces de plus de dix minutes dans lesquelles il fait preuve d’un lyrisme et d’une ambition artistique qui tranchent avec certaines des facilités ayant émaillé son début de carrière en solo.

Moins souvent cité que son prédécesseur, lorsqu’on veut évoquer son meilleur album, Southpaw Grammar possède pour moi tous les atouts pour être considéré comme le disque de référence de MORRISSEY. Celui sur lequel il parvient à réaliser un équilibre très heureux entre pop efficace et Rock exigeant.

Pour information, la pochette de l’album utilise une photo du boxeur Kenny Lane, décédé en 2008, et qui était gaucher. C’est un clin d’œil au nom Southpaw Grammar, Southpaw désignant un boxeur gaucher (dit 'fausse patte').

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


MOLODOï
Royaume De Jeunesse (1992)
Enfin une production digne de ce nom




Charlelie COUTURE
Fort Rêveur (2011)
Toujours rock


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Morrissey (chant)
- Alain Whyte (guitare, chœurs)
- Boz Boorer (guitare)
- Jonny Bridgwood (basse)
- Spencer James Cobrin (batterie)


1. The Teachers Are Afraid Of The Pupils
2. Reader Meet Author
3. The Boy Racer
4. The Operation
5. Dagenham Dave
6. Do Your Best And Don't Worry
7. Best Friend On The Payroll
8. Southpaw



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod