Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Suede
- Style + Membre : The Smiths

MORRISSEY - Low In High School (2017)
Par NESTOR le 6 Juin 2022          Consultée 254 fois

La sortie de l’excellent World Peace Is None of Your Business ne s’est pas faite dans les meilleures conditions. En effet, très rapidement, MORRISSEY rompt les liens avec HARVEST, sa maison de disque, de manière assez brutale (songez que durant la tournée qui a suivi, le groupe portait régulièrement des T-shirt arborant fièrement Fuck Harvest !). Pour autant, il en faut plus pour abattre le bonhomme qui nous revient, trois années plus tard, avec un nouveau contrat le liant à BMG et un nouvel album : Low in High School.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que si sa carrière est alors assez erratique, la qualité de ses disques reste relativement constante, ce onzième album supportant en effet sans rougir la comparaison avec son auguste devancier.
A l’exception du son, sur lequel nous reviendrons plus loin, tout au plus pourrait-on trouver le ton général un peu plus tourmenté, plus angoissé, que précédemment. Cela est notamment sensible sur le final constitué par la doublette "Who Will Protect Us from the Police?" et "Israel" qui laissent paraître un MORRISSEY torturé et sombre, sentiment également prolongé par le final de "My Love, I'd Do Anything for You" agrémenté de cris déments.
Il faut peut-être y voir un parallèle avec ses déclarations polémiques de l’époque qui font suite à l’attentat qui toucha Manchester en 2017. MORRISSEY se fendant de plusieurs déclarations plus que maladroites et controversées sur la réaction du gouvernement et sur l’origine religieuse et ethnique du terroriste. Mais, d’un point de vue uniquement artistique, l’album qui comporte de très bons moments peut être considéré comme un bon cru pour le Mancunien.

Au-delà de l’excellent single "Spent the Day in Bed", immédiatement mémorisable et convaincant, on retrouve le souffle poétique et mélodique du chanteur sur le très envoûtant "I wish You Lovely". Le plus rugueux et Rock "Jacky's Only Happy When She's Up on the Stage" est également un titre à l’efficacité redoutable. Le final, qui monte crescendo, y est du meilleur effet. La chanson a été l’objet d’une mini-controverse, beaucoup d’auditeurs entendant une référence au Brexit lorsque le chanteur scande une phrase qui peut se comprendre comme étant Everybody is running to the Exit, Brexit. Mais MORRISSEY a clairement indiqué que cela n’avait rien à voir avec le Brexit et qu’il ne s’agissait que d’une ressemblance fortuite. Sachant que le garçon n’est, par ailleurs, pas avare de polémiques et de déclarations provocantes, on peut lui donner le bénéficie du doute sur ce sujet. Le dansant "The Girl From Tel-Aviv Who Wouldn't Kneel", avec ses sonorités vaguement sud-américaines est l’occasion d’entendre MORRISSEY dans un registre inhabituel, même si on peut y reconnaître la patte de son guitariste Gustavo Manzur, déjà sensible sur World Peace Is None of Your Business.
On le voit, les bons moments sont nombreux. Et de fait, outre quelques rares petits trous d’air dans l’inspiration (principalement la balade au piano "In Your Lap", et l’impersonnel "Who Will Protect Us from the Police?"), ce qui dérange le plus dans Low in High School, c’est le son qui peut paraître un peu trop grave, un peu trop lourd, pour certains, comme en témoigne par exemple "I Bury the Living". Mais cela reste assez marginal et le résultat demeure très probant.

Si ce onzième album n’est pas à ranger parmi les sommets artistiques de MORRISSSEY, il n’en demeure pas moins un très bon disque comportant plusieurs morceaux qui mériteraient sans problème d’orner un Best of du bonhomme.

A noter que la version deluxe de Low in High School contient plusieurs reprises intéressantes, parmi lesquelles on peut citer une réinterprétation assez conforme à l’original du "Back on the Chain Gang" des PRETENDERS, mais également une version live plus personnelle du "You'll Be Gone" d’Elvis PRESSLEY. En revanche, le "Judy Is a Punk" des RAMONES perd ici un peu de son charme primaire, à l'inverse du pimpant "I Didn't Know What to Do", un reprise très courte d’un titre que l’on peut trouver en Bonus dans une réédition de Himself, le premier album du chanteur irlandais Gilbert O'Sullivan.

3.5/5

A lire aussi en POP par NESTOR :


SPOON
Lucifer On The Sofa (2022)
Pop rock diablement efficace




The CARDIGANS
Emmerdale (1994)
Pop sucrée et envoutante : premier coup de maître


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- My Love, I'd Do Anything For You
- I Wish You Lonely
- Morrisseyboz Boorer
- Jacky's Only Happy When She's Up On The
- Home Is A Question Mark
- Spent The Day In Bed
- I Bury The Living
- In Your Lap
- The Girl From Tel-aviv Who Wouldn't Knee
- All The Young People Must Fall In Love
- When You Open Your Legs
- Who Will Protect Us From The Police?
- Israel


1. Morrissey (chant)
2. Jesse Tobias (guitare)
3. Gustavo Manzur (claviers, Chœurs)
4. Boz Boorer (guitare)
5. Matthew Ira Walker (batterie)
6. Mando Lopez (basse)
7. Songa Lee (violon)
8. Kathleen Sloan (violon)
9. Erik Arvinder (violon)
10. Andy Martin (trombone)
11. Fred Simmons (trombone)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod