Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



SHAKIRA - Sale El Sol (2011)
Par MARCO STIVELL le 9 Septembre 2022          Consultée 519 fois

Avec Sale el Sol en 2011, SHAKIRA qui fête ses 20 ans de carrière se trouve prête à conquérir le monde une nouvelle décennie durant. "Loca" et "Waka Waka (This Time for Africa)" sont là pour réaffirmer son capital de sympathie auprès du public. De plus, parfaitement raccordée à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, elle débute sa liaison longue durée avec le footballeur catalan Gerard Piqué. Forcément, et en tant que future maman, tout ne peut plus être exactement pareil !

Mais pour l'heure, elle est encore au sommet et, comme pour contredire ses volontés de l'expérience She Wolf, le nouvel opus revient de plus belle vers un son pop-rock. Pas complètement, à côté il y a tous les morceaux connotés latino, souvent avec des intervenants masculins. Tout de même, le début de "Sale el Sol" (co-écrite avec l'ancien producteur Luis Fernando Ochoa, il n'y a pas de secret), son trio chant-guitare acoustique-guitare électrique dans le plus pur style folk californien ont de quoi rassurer. Une ballade mignonnette, avec SHAKIRA porteuse de douce mélancolie comme à son habitude.

Plus loin, sensualité garantie sur la jolie "Antes de las Seis", mêlant sons de piano et de... koto ? "Lo Que Más" poursuit cette beauté dans l'esprit d'une valse, cordes et harpe comprises ; la Colombienne est alors en tenue de soirée. "Mariposas", parcourue d'une brise aérienne caressante, permet à la chanteuse de rester avenante, des plus appréciables sur le plan vocal. On note une petite touche de "I Will Follow Him" (Sister Act) dans l'arrangement.

Mais, on le disait, 2010-2011 est une période de records pour SHAKIRA. Alors "Loca", pour commencer. Un titre reggaeton de meilleure facture que le doublet "La Tortura"/"Hips Don't Lie", idem du côté du rap inévitable, tout comme l'effet pitch, les sons branchouilles. Des cuivres aussi, miam ! Un tube pas démérité au rayon latino, plus proche de Cuba que de la Colombie mais dans cette partie-là de l'Atlantique, on n'est plus à ça près. Pareil, en passant, pour "Gordita", avec le Porto-Ricain RESIDENTE, énième complainte de 'chiquita' à son 'papi', qui pourrait être pire.

Arrive donc, par d'autres rivages, le très ou fort peu attendu "Waka Waka (This Time for Africa)" (ou en espagnol "Esto es Africa"), titre Coupe du Monde le plus réputé et troisième clip vidéo le plus vu de YouTube en son temps, avec plein d'images de footballeurs en prime (dont un certain Gerard Piqué, tiens !) et une SHAKIRA rayonnante en costume de danse africain. Reprise d'un tube camerounais de la fin des années 80 ("Zangaléwa" du groupe GOLDEN SOUNDS), cette chanson est interprétée avec les Sud-Africains FRESHLYGROUND.

Naturellement, elle revêt les couleurs les plus traditionnelles possibles, comme les paroles en dialecte fang (propre à toute la région ouest équatoriale de l'Afrique : Gabon, Congo, Cameroun...), et c'est le plus appréciable, dans ce gros tube pour stade, bien trop branché et factice autrement. Des tubes pop de cet acabit, il y en a eu plein de réussis, et même, cela reste un bon tube en soi, mais pas pour SHAKIRA. Et ce n'est pas comme si son chant particulier n'avait pas mes faveurs, d'ordinaire.

On découvre à l'écoute de Sale el Sol que "Waka Waka" est en réalité une chanson pop-rock, qu'elle passe très bien, comme du bon Shania TWAIN. Les guitares sont à l'avenant, la voix de la belle semble moins forcée, les choeurs africains sont tout aussi bien placés. Découverte tardive, mais qui fait réfléchir une fois de plus sur les goûts de masse, la culture des stades, donc populaire, et notamment durant cette tragique décennie 2010. S'il convient d'être faux et grotesque pour marcher, les politiciens ne méritent pas de concentrer toutes les critiques.

"Addicted to You" mêle quelques saxos bienvenus au chant de SHAKIRA sur un rythme latino très dansant. "Islands" est une collaboration sympathique avec le groupe pop-rock indé The XX, mais de ce côté-là, on retient mieux encore les fort goûteux "Tu Boca" et "Devoción", aussi incisifs et cosmiques que vitaminés, sexy. C'est tout à l'honneur d'une chanteuse qui n'a jamais cessé d'être rockeuse, chose dont on peut toujours la remercier.

Solaire par sa pochette et son livret, ce disque n'est pas son plus réussi, mais de haute volée à certains moments, appréciable par son entêtement à ne pas répondre aux exigeances de la pop-music en vogue ; équilibré même, en abordant un peu toutes les facettes de SHAKIRA, qui affirme néanmoins ses préférences.

La même année 2011, elle reprend hors-album "Je l'aime à mourir" de notre Francis CABREL national, chose qui a pu faire couler de l'encre chez nous, sans savoir que la chanson, déjà traduite en "La Quiero a Morir" par le principal intéressé depuis belle lurette était un grand succès dans plusieurs pays hispanophones. Cela peut déranger, ce constat que SHAKIRA, le temps d'un concert à Paris (disponible en CD/DVD), touche au sacro-saint français, de plus avec sa voix bien à elle. Mais, à l'évidence, du folk sensuel, elle aussi en fait depuis longtemps (pas vingt ans, mais pas loin). Et puis, comme quand Joan BAEZ reprend "Manhattan-Kaboul", c'est toujours sympa de dire que la France en musique ne se limite pas à PIAF ou GAINSBOURG pour les têtes d'affiche latinas ou anglo-saxonnes, que la folk dépasse nos frontières.

A lire aussi en VARIÉTÉ INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Pocahontas : Une Legende Indienne (1995)
"que, que, natura..."




Roger DALTREY
Rocks In The Head (1992)
L'Apollon cinquantenaire


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Sale El Sol
2. Loca
3. Antes De Las Seis
4. Gordita
5. Addicted To You
6. Lo Que Más
7. Mariposas
8. Rabiosa
9. Devoción
10. Islands
11. Tu Boca
12. Waka Waka (this Time For Africa)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod