Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON FRANçAISE  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benjamin Biolay
- Membre : Catherine Deneuve

Serge GAINSBOURG - L'homme à Tête De Chou (1976)
Par MANIAC BLUES le 4 Mars 2011          Consultée 3918 fois

Vingt après sa mort, Serge GAINSBOURG est fêté comme un héros national. La télévision, le cinéma, la radio, les journaux et autres feuilles de choux se bousculent pour rendre hommage à l’homme qui a révolutionné le paysage musical français. Pourtant, en 1976, L’Homme à tête de chou n’attire pas les foules et provoque davantage l’indifférence que l’admiration. Tout comme Melody Nelson, ce disque n’est reconnu à sa juste valeur que plusieurs années après sa sortie. GAINSBOURG est en effet un personnage qui dérange et sa musique terriblement avant-gardiste perturbe le milieu conformiste de la chanson française.

Quatrième album-concept de GAINSBOURG, L’Homme à tête de chou s’impose comme l’un de ses disques les plus jouissifs, les plus provocateurs et les plus géniaux. On retrouve toute sa verve corrosive sur cette œuvre que l’on reçoit comme une claque à chaque écoute. Serge se fabrique de toutes pièces une histoire d’amour avec Marilou, une shampouineuse à « la beauté païenne ». Celui-ci devient fou, tue Marilou et finit dans un hôpital psychiatrique. Sexe, sordidité, humour noir, provocations, poésie nourrissent L’Homme à tête de chou.

Les paroles transpercent nos tympans comme autant de piques acérés. Serge GAINSBOURG démontre alors toute sa maîtrise du talk-over : sa voix n’obéit plus à aucune ligne mélodique mais seulement à la rythmique des mots. Sa voix grave plane au dessus d’un accompagnement musical des plus variés. Les mélodies lancinantes d’ « Aéroplanes » ou « Flash Forward » mettent particulièrement bien en valeur la technique du talk-over qui exige de « sentir la rythmique, faire l'accent tonique au bon moment », selon les propres mots de GAINSBOURG. La présence de ce dernier envahit alors chaque interstice de cette œuvre, même les silences. On a l’impression qu’il se tient à côté de nous la cigarette à la main et nous susurre à l’oreille les paroles caustiques des ses chansons. Il ne chante véritablement que sur deux morceaux : le lascif « Ma Lou Marilou » et le faussement léger « Marilou sous la neige ».

L’éclectisme de l’accompagnement accentue l’étrangeté fascinante de ce disque. La guitare acérée et la rythmique rock du premier titre et de « Chez Max coiffeur pour homme » contraste avec « Marilou Reggae ». C’est la première fois que GAINSBOURG s’intéresse au Reggae. Cette incursion jamaïcaine qui trouve sa continuité avec les rythmes tribaux de « Transit à Marilou » s’adapte particulièrement bien à l’exotisme de cette « chienne shampouineuse ».

Souvent sophistiqué, parfois minimaliste, ce concept-album dégage une impression bizarre. Le maladif « Premiers symptômes » et le brutal « Meurtre à l’extincteur » frappent par leur morbidité ; chaque mot nous percute avec violence et nous précipite dans la folie du narrateur. « Variations sur Marilou », avec ses paroles sensuelles et érotiques, s’impose comme la pièce maîtresse du disque. Ce véritable tourbillon de jouissance et d’enivrement sexuel fait perdre la raison à l’homme à tête de chou. Celui-ci finit alors par sombrer dans la démence sur l’hypnotique « Lunatic Asylum ».

L’Homme à la tête de chou est le disque de tous les contrastes. Certes les arrangements ne sont pas aussi somptueux que sur Melody Nelson. Mais Serge GAINSBOURG atteint des sommets avec sa technique inimitable du talk-over. Les paroles décapantes de l’album, « la petite garce », « l’iris absinthe » ou « le doigt sex-symbol », restent gravées à jamais dans nos têtes. Cette œuvre culte fait partie incontestablement des incontournables de Serge GAINSBOURG. Alors qu’on ne cesse de rendre hommage à ce génie disparu, cette icône tant décriée, il n’y a finalement qu’une chose à faire pour honorer sa mémoire : écouter la sulfureuse histoire de Marilou et de l’homme à tête de chou.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


LUNATIC SOUL
Walking On A Flashlight Beam (2014)
Randonnée en Onirie




KINO [UK]
Picture (2005)
Rock pop progressif envoûtant


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. L'homme à Tête De Chou
2. Chez Max Coiffeur Pour Homme
3. Marilou Reggae
4. Transit à Marilou
5. Flash Forwards
6. Aéroplanes
7. Premiers Symptômes
8. Ma Lou Marilou
9. Variations Sur Marilou
10. Meurtre à L'extincteur
11. Marilou Sous La Neige
12. Lunatic Asylum



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod