Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL-BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Etta JAMES - The Dreamer (2011)
Par MANIAC BLUES le 26 Mars 2012          Consultée 770 fois

Etta James avait annoncé que The Dreamer serait son dernier disque. La mort de la chanteuse le 20 janvier, quelques jours après celle de Johnny Otis, l’homme qui l’avait découvert dans les années cinquante, scelle définitivement cette promesse. Le décès de la diva a ému, et comme souvent en ce genre d’occasion, les chiffres de vente de ses disques ont battu des records. Avec cet album, Etta James tire sa révérence sans particulièrement briller. Elle retourne aux sources du R’n’B pour célébrer la mémoire des chanteurs de soul qu’elle a côtoyés dès le début de sa carrière. Une manière de boucler la boucle en quelque sorte.

Alors rongée par la maladie, Etta James est présentée sous un jour avantageux, le visage irréel comme un masque de cire. Vocalement, sa voix a perdu de sa puissance, mais elle reste de belle tenue. Suffisamment en tout cas, pour revisiter d’une manière correcte cette sélection de titre R’n’B, interprétée dans une veine soul teintée de blues. Pour être franc, The Dreamer ne fait pas spécialement rêver, tant les arrangements manquent d’ampleur et l’interprétation de souffle. La première minute de « Groove Me, très poussive, n’augure rien de bon. La section instrumentale très classique accompagne honorablement la diva, mais la sauce ne prend qu’avec difficulté.

Après un départ à la limite du soporifique, « Dreamer », composé par Bobby Blue Bland, le champion du soul-blues, dégage une réelle émotion, renforcée par un accompagnement sobre qui permet à la chanteuse de s’exprimer avec force. C’est véritablement dans les tempi lents qu’elle montre tout son talent, la preuve étant le crépusculaire « Misty Blue ». Et que dire de « Cigarettes & Coffee » ? Cette composition très blues d’Otis Redding bénéficie ici d’une interprétation déchirante, accentuée par la voix affaiblie d’Etta James. La reprise d’ « In The Evening » de Ray Charles se révèle également l’un des temps forts de The Dreamer.

Pour le reste, surtout en ce qui concerne une fin d’album peu enthousiasmante, Etta James n’est pas dans une forme étourdissante. Dès que le tempo s’accélère, on écoute poliment les morceaux sans vraiment vibrer. Une certaine routine s’installe à l’image du standard rabâché « Too Tired », et il faut reconnaître que c’est avec un certain soulagement que l’album se termine.

Si The Dreamer offre quelques morceaux de bravoure, cet album de marquera pas les esprits. Fatiguée, Etta James a voulu offrir un dernier cadeau à ses fans avant de partir vers de nouveaux cieux. Cet album testament n’est cependant pas tout à fait la hauteur de l’immense talent de la diva dont les plus belles œuvres ont été enregistrées dans les années soixante.

A lire aussi en SOUL par MANIAC BLUES :


Otis REDDING
Otis Blue (1965)
Otis sur une autre planète




Aretha FRANKLIN
Lady Soul (1968)
Le sacre de la reine


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. Groove Me
2. Champagne & Wine
3. Dreamer
4. Welcome To The Jungle
5. Misty Blue
6. Boondocks
7. Cigarettes & Coffee
8. In The Evening
9. Too Tired
10. That's The Chance You Take
11. Let Me Down Easy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod