Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (396)

The STRANGLERS - Giants (2012)
Par ARP2600 le 3 Mai 2012          Consultée 2094 fois

Ces années 2010 voient un retour aux affaires de nombreux grands noms du rock, des musiciens qui estiment ne pas avoir tout dit et avoir encore une chance de se faire remarquer au vu de la faiblesse de la relève. Parmi eux, plusieurs groupes de new wave ont reparu et voici venu le tour des STRANGLERS. Ils n'ont jamais vraiment arrêté leur production mais l'album précédent, Suite XVI, date quand même de 2006, c'est leur plus longue pause, battant de deux mois celle qui a suivi Coup de Grace. En outre, le nouvel opus, Giants, présente un style plus éclectique, plus amusant, récapitulant leur carrière.

Giants résume en effet leurs années punk avec influence des DOORS, leurs expériences new wave, leur période plus pop, sur un ton léger très coloré et agréable qui le distingue de ses deux prédécesseurs. Il faut dire de suite qu'il y a quelques fautes de goût et que le chant de Baz Warne et JJ Burnel n'est pas plus convaincant que sur Suite XVI. Néanmoins, les qualités d'écriture de la musique et son pouvoir de divertissement font nettement pencher la balance du bon côté. Clairement, c'est un disque réalisé sans prétention excessive, conçu pour faire passer un bon moment de rock. Et de fait, il bat à mon avis d'un rien Suite XVI et About Time pour la place de deuxième meilleur album sans Hugh Cornwell, même s'il n'est pas près de valoir Norfolk Coast.

L'introduction, « Another Camden Afternoon » est un instrumental hard rockisant très cool et prenant, rappelant en plus doux le travail récent de RUSH (même constatation que sur les autres albums avec Warne à la guitare). On enchaîne avec un numéro de new wave speedée, « Freedom is insane », dont les claviers feront penser à The Raven. « Giants » est une belle chanson romantique au texte allégorique. On atteint un point culminant avec l'endiablée « Lowlands » dont le riff simpliste est tout simplement hypnotique, un vrai numéro (post-)punk comme on les aime. Jusque là, on court au sans faute...

Arrive alors le ventre mou : Le refrain de « Boom boom » est assez ridicule et on pourra être un peu rebuté par la ballade jazzy « My fickle resolve », dont l'orchestration est quand même belle et subtile. Le dernier et plus gros point faible est « Adios (Tango) ». Elle est bancale, avec des synthés et un rythme d'un goût douteux, sans parler de l'espagnol ânonné et de la fin partant dans une toute autre direction pendant trente secondes.

À l'inverse, « Time was once on my side » est très rock, très Stranglers. Avec ses riffs furieux, ses couplets punk et ce passage romantique plus électro à l'harmonie subtile, on a un beau résumé du message du groupe en trois minutes et demie, qui aurait pu faire un bon single. On pourra également difficilement résister à la chaloupée et joyeuse « Mercury Rising », single qui aurait mérité plus de succès. Enfin, la conclusion de l'album, « 15 steps » est cohérente et dégage une belle énergie, elle s'ajoute à la bonne liste sans problème.

Pour terminer, il faut reconnaître que rien de tout ceci n'est original. La question est bien sûr de savoir s'il est encore possible d'innover en rock en 2012. Je suis persuadé que oui, ce qui n'empêche pas qu'on puisse être réjoui par un disque normal comme celui-ci. On ne peut pas exiger du flambant neuf de la part d'un bon vieux groupe comme les Stranglers. Non, un album comme celui-ci prouve plutôt que le rock des années fin 70/80 est devenu classique. La new wave a dorénavant acquis un caractère intemporel, elle se classe parmi les grands courants du rock et peut être remise au goût du jour sans trop de peine, pour notre plus grand plaisir.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


ULTRAVOX
Lament (1984)
Le chant du cygne de la new wave ?

(+ 1 kro-express)



ULTRAVOX
Systems Of Romance (1978)
Ni plus ni moins que la fondation de la new wave.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Jet Black (batterie)
- Jean-jacques Burnel (basse, chant)
- Dave Greenfield (claviers)
- Baz Warne (guitare, chant)


1. Another Camden Afternoon
2. Freedom Is Insane
3. Giants
4. Lowlands
5. Boom Boom
6. My Fickle Resolve
7. Time Was Once On My Side
8. Mercury Rising
9. Adios (tango)
10. 15 Steps



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod