Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Commentaires (15)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Led Zeppelin I
  Led Zeppelin Ii
1970 Led Zeppelin Iii
1971 Led Zeppelin Iv
1973 Houses Of The Holy
1975 Physical Graffiti
1976 Presence
1979 In Through The Out Do...
1982 Coda
2002 The Music Remains The Sa...
2007 Mothership
2012 Celebration Day
 

- Style : Cream, The Yardbirds , Cotton Belly's, Rory Gallagher , Whitesnake, Thin Lizzy, Deep Purple, Bad Company, Kingdom Come, Guns N' Roses
- Membre : California Breed, Jimmy Page & Robert Plant, Them Crooked Vultures, Robert Plant
- Style + Membre : The Firm

LED ZEPPELIN - Celebration Day (2012)
Par BAYOU le 20 Novembre 2012          Consultée 4385 fois

Le 25/09/1980 au matin, John Bonham, batteur de Led Zeppelin, est retrouvé mort dans sa chambre, après avoir absorbé la veille quarante vodkas en quatre heures, soit presque deux litres.
Quelques semaines plus tard, le plus grand groupe de rock des seventies annonce sa séparation.
Et, mis à part quelques courtes reformations ponctuelles, comme au Live Aid le 13 juillet 1985, avec l’horrible Phil Collins aux baguettes (mais bon sang, qui a eu cette idée débile ?) ou le 14 mai 1988 au Madison Square Garden de New York pour le 40e anniversaire d'Atlantic Records ; et enfin, le 12 janvier 1995, lors de l'intronisation du groupe au Rock and Roll Hall of Fame and Museum, le groupe ne se reformera jamais, contrairement à des tas d’autres (Black Purple ou Deep Sabbath) qui offrent un pitoyable souvenir de leur petite grandeur passée.
Mais en 2007, une immense rumeur parcourt le monde, le groupe donnera le 10 Décembre 2007 un show unique à l’O2 Arena, de Londres. Vingt millions de connexions internet seront enregistrées pour obtenir l’une des 20,000 places disponibles.
C’est Jason Bonham, le fils de John, qui est derrière les fûts.
Presque cinq ans d’attente pour voir et entendre le résultat de cet évènement, certes le concert a été multi-piraté, mais dans cette version officielle c’est Mister Page en personne qui assure le final cut !

On va commencer par les petits défauts :
* la voix de Plant au cours des années a perdu de sa puissance et il ne monte plus aussi haut dans les aigus, ce qui fait perdre de la sauvagerie à son chant ;
* Jason est un bon batteur, mais, à part Keith Moon, qui dans le rock peut cogner aussi fort que son père ? La puissance de Bonham était déterminante dans la musique du dirigeable, et en live, il faut écouter son jeu sur How the West Was Won pour mesurer son inestimable apport au son du groupe ;
* l’absence d’improvisations de Jimmy Page.

Sinon, c’est du très haut de gamme, le choix de la set-list est un mélange habile et subtil des grands moments joués en live tout au long de leur carrière, avec sur le second CD les hits incontournables « Dazed And Confused », « Stairway To Heaven », « Kashmir », « Whole Lotta Love » et sur le premier CD, les titres qui ont explosé en live, « In My Time Of Dying », « Trampled Under Foot », « Nobody's Fault But Mine », « No Quarter », « Since I've Been Loving You ».
On retrouve le son puissant de la plus belle machine rock, qui, même vieillie et amputée de Bonzo, produit quand même un incroyable concert, on ferme les yeux, c’est Cleveland en 1977, c’est 1973 à San Fransico, c’est Inglewood en 1972 ou Bath en 1970, tous ces concerts magiques qui ont forgé la légende, on en retrouve des fragments, des brisures.
Les hymnes zeppeliniens traversent le temps, intemporels, le mariage du blues et du métal, et finalement ce sont les morceaux moins connus qui sonnent le mieux.
Certes, connaissant les talents de businessman de Page, nous ne sommes pas obligés d’être dupes de la fantastique machine de communication du groupe avec sortie du film au jour J dans certains cinémas du globe, puis sortie des multiples éditions de l’évènement dans tous les formats possibles pour un concert déjà ancien, dont certains diront qu’il sent le réchauffé.
Mais on parle de Led Zeppelin, le groupe qui a changé la vie de milliers (millions ?) d’adolescents, de ce monstre de métal en fusion, du Hammer of Gods.
Alors quand Jimmy l’alchimiste noir du dirigeable daigne donner un tel cadeau, on se prosterne, on dit merci, on passe à la caisse et on pousse le volume à fond, histoire de vérifier si les vitres tremblent toujours sur « Dazed & Confused »

La réponse est oui !

A lire aussi en HARD ROCK :


MOTÖRHEAD
Inferno (2004)
Snaggletooth te casse la gueule !!!!




OPETH
Sorceress (2016)
Dans la tempête électrique


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Jimmy Page Guitare
- Robert Plant Chant
- John Paul Jones Basse Claviers
- Jason Bonham Batterie


1. Good Times Bad Times
2. Ramble On
3. Black Dog
4. In My Time Of Dying
5. For Your Life
6. Trampled Under Foot
7. Nobody's Fault But Mine
8. No Quarter
9. Since I've Been Loving You
-
10. Dazed And Confused
11. Stairway To Heaven
12. The Song Remains The Same
13. Misty Mountain Hop
14. Kashmir
15. Whole Lotta Love
16. Rock And Roll



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod