Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benjamin Biolay
- Membre : Catherine Deneuve

Serge GAINSBOURG - L'étonnant Serge Gainsbourg (1961)
Par BOMBE_HUMAINE le 21 Octobre 2013          Consultée 2131 fois

1961 : Serge Gainsbourg est en studio, toujours accompagné de l’arrangeur jazz Alain Goraguer et son orchestre. Le but : enregistrer le troisième album de cet auteur compositeur si apprécié des autres chanteurs mais si peu populaire auprès du public ; album nommé « L’étonnant Serge Gainsbourg » et qui n’a d'étonnant que sa médiocre qualité.

Les années 60 amènent un brin de légèreté dans le paysage musical français, et on sent un Gainsbourg quelque peu perturbé. Le jazz commence à sentir la poussière et l’on note dans ce troisième disque de nombreuses influences musicales, assez désordonnées et peu cohérentes : de la chanson, du jazz, des inspirations cubaines, de la pop et souvent des arrangements très classiques. Même les textes de cette cuvée ne sont pas comparables aux chefs d’œuvre rédigés auparavant, montrant le manque d’inspiration de l’auteur à cette époque. Il n’hésitera pas à reprendre une idée qu’il avait eue lors de l’album précédent, à savoir d’utiliser un poème classique. Comme il l’avait fait pour de Musset, on trouve sur ce disque des textes de Nerval, Victor Hugo et Arvers. Une belle leçon de « je veux pas me fouler pour les paroles ».

Ne crachons pas trop dans la soupe, l’album n’est pas un ratage complet. On retrouve en effet une des plus belles réussites du chanteur, « La chanson de Prévert » où l’on entend un texte doux et poétique sur une rythmique acoustique du plus bel effet. Ce magnifique morceau, qui aura requis l’accord de Jacques Prévert avant de pouvoir être enregistré est une chanson française culte et un de ses rares premiers succès. C’est aussi une des premières compositions où Serge Gainsbourg ne sert pas un de ces textes misogynes et cyniques dont il a le secret, ce que compense très bien le morceau suivant, « En relisant ta lettre », qui a le mérite d’être la seule autre véritable bonne chanson de ce disque. Les paroles et l’interprétation sont admirables et le petit air jazz qui l’accompagne donne un charme fou à ce titre.

Quant au reste de l’album, il est nettement en deçà. Si « Personne » arrive à plaire grâce à son exercice de style intéressant et si « les Amours perdues » souffre juste d’un arrangement qui ne met pas en valeur la qualité du morceau, les autres plages n’arrivent pas à rendre l’album globalement bon. Manque de cohérence, compositions pauvres, arrangements classiques et mous, interprétation sans charme, et « Les femmes c’est du chinois », un morceau à faire chi*r un constipé.

« L’étonnant Serge Gainsbourg » est donc un album mitigé ; il contient une des plus grandes réussites de l’auteur mais aussi un tas de morceaux très dispensables. Contentez-vous de réécouter les deux premiers titres et oubliez les autres !

* Le tube de l’album : La chanson de Prévert
* La chanson à découvrir : En relisant ta lettre
* La chanson à oublier désespérément : Les femmes c’est du chinois

A lire aussi en JAZZ par BOMBE_HUMAINE :


Serge GAINSBOURG
N°4 (1962)
La fin d'un cycle




Serge GAINSBOURG
Du Chant à La Une (1958)
Premier essai magistral


Marquez et partagez





 
   BOMBE_HUMAINE

 
  N/A



- Serge Gainsbourg (voix, chant)
- Alain Goraguer (arrangement, chef d'orchestre, piano)
- Paul Rovère (contrebasse)
- Christian Garros (tambour)


1. La Chanson De Prévert
2. En Relisant Ta Lettre
3. Le Rock De Nerval
4. Les Oubliettes
5. Chanson De Maglia
6. Viva Villa
7. Les Amours Perdues
8. Les Femmes C'est Du Chinois
9. Personne
10. Le Sonnet D'arvers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod